Haïti, faible face à la plus petite catastrophe...

Publié le 2018-10-08 | Le Nouvelliste

Cette fin de semaine avait une allure de répétition générale. N’était les morts, les blessés et dégâts matériels.

Cette fin de semaine, deux séismes de moins de 6 sur l’échelle de Richter sont venus nous rappeler à l’ordre. C’étaient les premiers tremblements de terre meurtriers depuis celui de 2010.

Le sentiment de panique qui a saisi chaque Haïtien qui a ressenti les secousses, et ce sur tout le pays, et le dénuement des institutions de Port-au-Prince comme de province ont montré qu’il y a encore du travail pour atteindre l’excellence dans la préparation aux catastrophes naturelles comme un tremblement de terre.

Dans le Nord, le Nord-Ouest et l’Artibonite, les villes frappées ont dû répondre aux urgences avec les moyens du bord. Pas dans le cadre d’un plan.

Bien entendu, du 12 janvier 2010 à nos jours, dans la région métropolitaine comme dans le Nord et le Nord-Est, des pas ont été accomplis. Des mises en place ont pu être faites. On construit mieux. On reconstruit en ayant appris des leçons du passé récent. On tient des exercices d’alerte ici et là.

Marquées par la peur d’un prochain séisme ou instruites des ravages de celui de 2010, les populations de ces régions sont plus averties.

Mais voilà que ce week-end nous a mis devant une fâcheuse évidence : le reste du pays ne s’était pas senti concerné, n’a pas été sensibilisé, a été oublié des plans.

Et pourtant, cela fait des mois depuis que le système de surveillance sismique est en place, que pas un mois ne passe sans la détection de secousses. L’ingénieur Claude Prépetit dit et redit tous les jours que ce n’est pas « si » mais « quand » il faut employer pour parler du prochain séisme. Les experts sont unanimes quand ils parlent de la faille septentrionale : chaque jour qui passe nous rapproche de la prochaine catastrophe autant qu’il nous éloigne de celle de 1842 qui avait dévasté le grand Nord.

Le pays est assis sur une mosaïque de failles actives. Les études pour les principales villes ont identifié les points vulnérables, les tremblements de terre sont imparables et pourtant nous cultivons l’insouciance.

A ces aléas naturels s'ajoutent nos institutions faibles et peu préparées. On n’a qu’à visiter les hôpitaux, les services de lutte contre incendie et de sauvetage, le système national de transfusion sanguine ou les installations de la Direction de la protection civile pour se rendre compte que nous ne sommes pas équipés pour faire face aux catastrophes majeures. Même les petites nous ébranlent.

Nous avons un pays fragile et des institutions faibles. Les secousses de cette fin de semaine nous en ont fait le rappel. Que cette petite tape nous rappelle à l’ordre et à nos devoirs!

Frantz Duval
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".