Femmes battues : briser le silence et rompre le cycle de violence !

La violence conjugale en Haiti ? REGARDS

Publié le 2018-10-05 | Le Nouvelliste

National -

Les bastonnades des femmes dans un couple sont souvent passées sous silence, banalisées, cachées et excusées quand ce n’est pas applaudi par une frange de la société. RFI nous révèle dans un reportage concernant l’acte crapuleux dont a été victime la mairesse Nice Simon que 17% de femmes et 11% d’hommes, selon les résultats d’une étude dévoilée en juillet 2018 par le ministère de la Santé.

Lorsqu’une femme en vue, une vedette, une personnalité politique ou du show-business en est victime d'acte de violence, les projecteurs s’allument. Par contre, l’anonymat des victimes éteint la flamme de la solidarité indispensable dans une société de justice.

Nous devrions comprendre, chers compatriotes, que la violence dans le couple n’est pas un acte d’intimité qui doit se cloisonner dans le couple. Il s’agit d’infraction à la loi que vous avez le droit et le devoir de dénoncer. Le silence tue !

La violence conjugale ne cause pas uniquement des dégâts physiques aux victimes. Cela entraîne des coûts sociaux. Grossesses non désirées, MTS, décrochage scolaire, sans compter les incidences sur les enfants élevés dans un environnement violent, susceptibles de reproduire le modèle à leur tour.

Le problème est multiple et touche les droits des femmes, santé publique et développement économique.

COMMENT BRISER LE CERCLE, MESDAMES ?

Le silence est un mur qui isole les victimes. La violence et l’isolement s’alimentent l’un l’autre. Tout se fait dans l’illusionnisme de l’amour. «Pa antre nan koze, moun damou pa kite» FOUTAISE !

La famille, les collègues, les amis constituent des bouées de sauvetage. Plus vous serez écoutées et comprises, moins la honte vous enchaînera à cette relation étouffante. Il ne faut pas faire de votre souffrance votre unique compagne ! Recherchez plutôt un soutien externe.

Évidemment, attendez-vous, dans certains cas, à un décalage entre vos proches et vous, par rapport à ce que vous vivez. Leur ressenti et leur perception ne doivent, cependant, pas ralentir ou contrarier votre quête de support.

Une autre source de réconfort est le réseau d’aides des associations de femmes. Un peu plus anonymes mais beaucoup plus discrets et dispensateurs d’information, pour envisager des solutions à une situation complexe.

RENFORCEMENTS INSTITUTIONNELS NÉCESSAIRES !

Chers compatriotes, les pistes d’actions sont multiples, mais l’approche institutionnelle demeure la voie la plus fiable. La police pour intervenir, des structures d’hébergement provisoire pour les femmes et les enfants, les services médicaux pour les constats, et la justice pour établir les limites et les règles.

L’UTILITÉ DES LOIS.

Chaque pays qui aborde de manière sérieuse la protection des femmes, généralement, passe par la qualification pénale des violences conjugales. En 2007, le Mexique devient le premier pays à intégrer dans son code pénal une peine particulière pour ces crimes commis par des hommes contre les femmes. Le Guatemala en 2008, Salvador en 2010 et le Pérou en 2011 ont suivi, dans la région latino-américaine et caribéenne.

L’ONU annonce que dans cette partie de la planète 38% des femmes tuées par leur conjoint. Les lois remplissent l'objectif de reconnaître, rendre visible la discrimination et l’oppression systématique contre les femmes.

PARLEMENT ET SOCIÉTÉ CIVILE, LA PAIRE !

Contrairement à une image erronée, dans notre société, un parlementaire n’est pas un chef mais un serviteur, un élu et un représentant des citoyens. Son efficacité et son leadership reposent sur sa capacité de répondre aux besoins de la population.

Les associations féminines sont très actives et ont contribué aux avancées significatives au respect des droits des femmes. Le président de l’Assemblée nationale M. Joseph Lambert, dans son discours du 8 mars 2018, a reconnu, dès le premier paragraphe, le retard de la femme haïtienne dans la jouissance de ses droits. Plus loin, il ajoute que «les législateurs travaillent sur des propositions de lois susceptibles d’arrêter les pratiques traditionnelles qui contrarient l’épanouissement du monde féminin».

En conclusion, le sénateur s’engage : « J’ai choisi de m’associer à ce mouvement… »

Lorsque le sénateur parle des parlementaires qui « travaillent sur des lois » il avait, sans doute en tête le projet de loi-cadre sur la prévention, la sanction et l’élimination des violences faites aux femmes et aux filles.

Ce projet émane des efforts d’associations de femmes haïtiennes appuyées par des organismes internationaux. Il est le fruit d’une lutte amorcée depuis plus de dix ans qui a abouti, sous forme de projet de loi, au Parlement sous l’administration Martelly.

Finalement, la sénatrice Dieudonne Luma aura fait le dépôt de la proposition de loi, par-devant le Sénat, le 4 avril 2018.

Le couple Parlement-société civile peut conduire à l’amélioration des conditions de vie des citoyens, si chacun joue son rôle de leader.

La force légale est essentielle mais pas suffisante. Le budget national doit refléter la volonté d’éradiquer le problème. La mise en place de campagnes nationales de sensibilisation et de conscientisation. La construction de maison d’hébergement pour l’assistance et la prise en charge temporaires, des centres d’appels pour s'enquérir recevoir les doléances et diriger les victimes vers des professionnels sont des mesures accompagnatrices qui consolideront l’efficacité des actions légales.

Aly Acacia
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".