Faf Talens veut se lancer à fond dans le rap game

PUBLIÉ 2018-09-10
Ancré dans un courant poétique, Yves Stanley Larose dit Faf Talens veut conquérir le rap game. Originaire de Jacmel, le jeune homme pratique la musique de manière professionnelle depuis 2010. Une année qui a changé sa vision du monde, indique-t-il. Sa stratégie de bataille est centrée autour de ses textes poétiques porteurs de messages positifs. Coup de pouce à un jeune talent qui s’affirme.


Timide au premier regard, Yves Stanley Larose a un discours cohérent et une volonté de conquérir. Le jeune homme estime que faire du rap, c’est non seulement tenir compte du lyric mais aussi être versatile. “Il faut un flow versatile et une habilité dans ce que tu fais”, souligne celui qui affirme avoir été initié à la musique par l'un de ses oncles lorsqu’il avait 8 ans. “J'ai participé à un concours et depuis lors, je suis passionné de cet art. J’ai toujours souhaité me diriger vers le rap.” précise-t-il.

Faf Talens a déjà plus de huit tracks à son actif. Parmi eux, plusieurs collaborations dont une avec F The Winner, membre du groupe 45 Soldiers. De ces productions, on peut également citer : “M Pèdi”, une chanson qui charrie toute la mélancolie de l’artiste après la perte de sa mère, ou encore le morceau ''Lanmou tanporè''. Âgé de 25 ans, le jeune artiste soutient que son adolescence s’est arrêtée bien plus tôt que la normale, dès son arrivée à la capitale. « J’ai été totalement désorienté par la mort de ma mère. J’ai même voulu mettre fin à mon cheminement », lâche-t-il, tristement.

Alors qu’il produit pas mal de textes, le natif de Jacmel est conscient de ne pas figurer dans le cercle des artistes les mieux cotés du pays. Selon lui, il est victime d'un manque d’accompagnement et d'encadrement. En effet, il n’a ni manager ni coach musical. Il gère lui-même sa progression et sa carrière : « Je suis un autodidacte. Je me fais un devoir d'écouter de la bonne musique, pour ensuite la recréer avec ma propre touche », confie celui qui pense que les contacts influents sont nécessaires à tout artiste qui veut émerger.

Parallèlement à ses ambitions d’artiste, Faf poursuit ses études à la Faculté des Linguistique appliquée (FLA/UEH) en première année. Il explique son choix par ces mots : « Le premier guide d’un artiste est sa plume. Si tu n’as pas une belle plume, ton produit n’est pas valable, c’est mon opinion. Je suis convaincu que les connaissances que je vais acquérir à la FLA vont m’aider à réaliser de meilleurs textes et de meilleures chansons. Ainsi, je pourrai aisément aborder l’actualité haïtienne de manière poétique.” Le jeune homme assure, par ailleurs, qu'il ne se tournera jamais vers la vulgarité qui caractérise certaines stars du moment.

Yves Stanley Larose, qui n’a jamais rencontré son père, souhaite que ce dernier n’attende pas son succès pour se manifester. Car, du haut de ses 25 ans, Faf Talens a foi en l’avenir et en sa bonne étoile.



Réagir à cet article