''PetroCaribe Challenge'', sit-in... et maintenant ?

Publié le 2018-08-24 | Le Nouvelliste

Editorial -

Il était temps qu’une nouvelle strate de la société civile se réveille, passe du virtuel au réel. Il était plus que temps qu’elle exige, dans le cadre du sit-in devant la Cour des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA), le vendredi 24 août 2018, que la lumière soit faite sur l’utilisation du fonds PetroCaribe. Le lieu de naissance emblématique et symbolique de ce qui pourrait devenir un mouvement souligne l’urgence qu’une institution constitutionnelle, la juridiction compétente pour auditer les comptes des ordonnateurs, fasse son travail avec courage et sens des responsabilités. D'autant que ce n'est pas la première manifestation contre le gaspillage et le détournement de fonds publics réalisés ces derniers mois.

Cette expression d’un reste de foi dans la CSC/CA qui conduit actuellement l’audit du programme PetroCaribe met en avant l’espoir que ce soit les tribunaux, avec toutes les garanties judiciaires nécessaires, qui disent le mot du droit, ce sans persécution politique, pour sanctionner civilement et pénalement ou pour réhabiliter dans leur honneur des personnalités déjà jugées au tribunal, pas toujours juste, pondéré et rigoureux, de l’opinion publique.

Il s’agit, en tout point de vue, d’une bonne journée pour la démocratie, d’une belle journée sur laquelle toutes les espérances sont permises en considérant que des jeunes de croyances différentes, de convictions différentes sur des sujets brûlants de société se soient mis ensemble pour dire non à la corruption, oui à la transparence, la justice, la reddition de comptes, l’efficience budgétaire.

Il y a une intelligence, au moins, à fédérer, à se rassembler, avec nos différences, sur ce qui rassemble. Cette compréhension peut faire bouger des lignes. Car la spontanéité de « #PetroCaribeChallenge » qui a surfé sur une vraie vague de colère par rapport à la façon dont le président Jovenel Moïse et ses alliés gèrent ce dossier peut faire trembler. Quand le silence et l’indifférence ne sont plus une option choisie, la plus petite des contestations a du sens. Elles ne sont plus anodines.

Ce début de mouvement, l’avenir confirmera ou non son destin, souligne que le souffle chaud d’une jeunesse en colère est désormais sur la nuque de ceux qui, au pouvoir, croyaient pouvoir jouer la montre indéfiniment, faire semblant et se renouveler tranquillement au pouvoir. Le temps du faire semblant peut aussi être résolu si les fruits tiennent la promesse des fleurs.

Et déjà vient le temps de se demander quelle est la prochaine étape

Cette parole de révolte contre la corruption sera-t-elle portée dans tous les recoins du pays pour mobiliser les énergies saines et progressistes ? Débouchera-t-elle sur une organisation genre Podemos ?

Est-ce qu’on va assister à la naissance d’une alternative, d’une troisième voie pour ne pas avoir à fouiller dans les poubelles de l’échec, de l’enrichissement illicite qui constituent, en grande partie, les caractéristiques des grands mouvements politiques dominants de ces dernières décennies en Haïti ?

Si ce début de mouvement veut être plus qu’un instrument de pression dans la rue, il y aura à un moment ou à un autre un virage politique à prendre. Par ceux qui étaient dans les rues, par ceux qui ont intérêt à saisir le message politique de ce sit-in, la colère réelle susceptible d’être transformée en vote aux prochaines élections.

Et maintenant, qu’il soit révolu le temps de laisser aux audacieux, incompétents et immoraux l’opportunité de décider de l’avenir des générations à venir sous prétexte que la politique est sale.

Cela dit, sans angélisme, des hommes et des femmes connus qui ont eu le mâle courage de dire non à la corruption seront probablement ciblés. Il faut tout simplement espérer qu’ils seront capables d’aller jusqu’au bout de leur conviction et de leur engagement citoyen.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".