Déguerpissement à Pèlerin 5: Martine Moïse dénonce un « tollé » de l’opposition

Publié le 2018-07-30 | Le Nouvelliste

National -

La première dame Martine Moïse a effectué une visite dans son quartier, Pèlerin 5, le 27 juillet dernier. À cette occasion, l’épouse du chef de l’État est revenue sur la polémique provoquée par l’action des responsables à la solde de l’État consistant à démolir des maisons situées tout près de sa résidence. Dans une vidéo de la visite, publiée sur la page Facebook du président Jovenel Moïse, la première dame explique que ce n’est pas la première fois que des maisons sont démolies dans ce quartier. «Les maisons ont été détruites déjà en 2012. La même chose s’était produite la fois dernière. Mais, cette fois, l’opposition a fait un tollé avec le dossier. On a accusé le président d’avoir ordonné cette action, car il ne veut pas des pauvres comme voisins. C’est un mensonge. Le président et moi venons respectivement de Trou-du-Nord et de Chansolme. Nous venons de la masse défavorisée », s’est défendue Martine Moïse estimant que c’est grâce à la masse qu’elle est devenue première dame. « Il n’y a pas de problème sérieux à Pèlerin. C’est l’opposition qui attise le feu, qui chauffe quelque chose qui n’existe pas », tranche-t-elle.

L’épouse de Jovenel Moïse assure qu’elle veut travailler pour voler au secours de ces familles en difficulté. « Après les incidents, je me suis dit qu’il fallait créer un temps pour leur rendre visite. Il faut que je leur parle et leur apporte du réconfort. J’ai appris qu’il y avait des bébés dans ces maisons quand cela s’est passé. Il faut que quelqu’un parle et pense pour ces gens. Et c’est moi qui dois le faire. Aujourd’hui, j’ai parlé avec les gens que j’ai rencontrés. De leur côté, ils vont parler avec les autres. Ce afin de voir comment résoudre le problème », a-t-elle déclaré, insistant sur la nécessité de maintenir de bonnes relations avec ses voisins.

Le journal s’est rendu à Pèlerin 5 ce lundi et s’est entretenu avec des propriétaires. Selon Fito Mertilus, la visite de la première dame était un show médiatique. « Elle a tout planifié sans nous mettre au courant. Les gens qui l’accompagnaient et qui scandaient « vive Jovenel Moïse » n’habitent pas notre quartier. Ce sont des gens à qui on a distribué des kits alimentaires », a-t-il rapporté. Fito Mertilus estime que la première dame ne peut pas affirmer qu’il n’y a pas eu de problème à Pèlerin 5 alors que 8 maisons ont été démolies. « Sa déclaration est fausse », assène-t-il.

À la déclaration de Martine Moïse indiquant que des opérations de déguerpissement ont déjà eu lieu en 2012, Fito Mertilus nuance. « À l’époque, nous étions persécutés par Yves Léonard (propriétaire de la maison où habite le président). Il voulait acquérir toutes les propriétés situées tout près de sa maison. Il a effectivement détruit une maison dans la zone avec le support d’individus armés. Jusqu’à présent, cette affaire est devant la justice. Cette année, parce que sa maison a été louée au Président de la République, il use de son pouvoir pour nous attaquer. Si l’opposition fait un tollé avec le dossier, c’est justement parce que le pouvoir en place lui a donné du grain à moudre », explique-t-il.

Pour sa part, Jean Claude estime que la première dame n’a pas visité les propriétaires victimes. « Elle faisait une balade dans son quartier tout simplement. Je ne pense pas que c’est le moment de nous visiter après plus d’un mois », balance-t-il, très remonté. Jean Claude réclame des autorités la reconstruction des maisons et un dédommagement pour les familles. « Au moment où cela s’est passé, j’avais un bébé de 22 jours. Je suis obligé d’aller à l’hôpital avec le nouveau-né et sa mère. On n’était pas préparé pour de telles dépenses. De plus, la rentrée des classes, c’est pour bientôt alors que nous sommes obligés de nous payer un loyer », se plaint-il.

Delinois, un autre propriétaire, abonde dans le même sens. Il pense qu’on ne peut pas parler de visite de la première dame à Pèlerin 5. « Elle n’a pas visité les maisons qui ont été démolies. Ni les propriétaires. Au moment où elle était dans le quartier, nous participions à une réunion au Bureau des avocats internationaux (BAI) qui se charge du dossier. Nous n’étions pas avertis de cette visite. En réalité, elle a opéré sa campagne de charme en distribuant de la nourriture et de l’argent aux habitants de Pèlerin 2, Pèlerin 3, Tête de l’eau, Ti-Bouc. Ensuite, elle a drainé la foule pour se rendre jusqu’à notre quartier », a-t-il fait savoir. Les revendications de Delinois ne sont pas différentes de celles des autres propriétaires. « On a détruit ma maison alors que mes 3 enfants s’y trouvaient. Ils ont eu la vie sauve grâce à la vigilance de mes voisins. Jusqu’à présent, les documents d’identité de ces enfants sont sous les décombres. Nous vivons dans la rue. Je ne demande qu’une chose, qu’on me reconstruise ma maison », a-t-il dit.

Instruit par le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, le directeur départemental de l’Ouest de la Police nationale, Berson Soljour, avait procédé, le 4 juillet dernier, au déguerpissement de plusieurs familles vivant à Pèlerin 5. À l’époque, Ocnam Clamé Daméus avait envoyé une correspondance au directeur départemental. « Vu la requête adressée au commissaire du gouvernement par le directeur général de la Direction générale des impôts (DGI) en date du 2 juillet 2018 dénonçant des individus qui occupent de manière illégale des espaces faisant partie intégrante des domaines privés de l'État ; vu que l'espace occupé illégalement est à proximité de la résidence officielle de la famille présidentielle ; vu que l'occupation illégale de cette portion de terre, domaine privé de l'État, menace la vie et la sécurité de la famille présidentielle; le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince vous requiert de prendre toutes les mesures jugées utiles et nécessaires pour que ces occupants illégaux du domaine privé de l'État soient immédiatement délogés afin que la sécurité des honnêtes gens de la zone soit convenablement assurée », avait souligné le commissaire.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".