Viol : de petits progrès éclipsés par d’énormes défis

Grâce au plaidoyer des organisations de défense des droits humains combiné aux cris d’alarme de la population contre la multiplication des cas de viol dans les camps de déplacés après le séisme du 12 janvier 2010, on observe de timides progrès dans la prise en charge des victimes. Depuis, des cellules de prise en charge du viol ont été créées ; des verdicts exemplaires contre des coupables de viol ont été prononcés; des victimes sont mieux informées de leurs droits. Des signes qui prouvent quelques progrès dans la lutte contre le viol même si, dans certaines régions du pays, la violation des droits des victimes est systématique à cause de nombreux facteurs, dont la corruption au sein du système judiciaire, la défaillance ou l’absence des institutions étatiques et la méconnaissance des victimes de leurs droits.

Jean Pharès Jérôme
Par Jean Pharès Jérôme
25 juin 2018 | Lecture : 11 min.

Suite au double viol qu’elle a subi au cours d’une soirée de mars de cette année, une institutrice de 38 ans n’a pas caché son soulagement d’avoir reçu le lendemain la visite d’une patrouille de la Police nationale d’Haïti. « C’est un policier qui a une proche dans la zone qui avait rapporté les faits à ses collègues », explique la victime, précisant cependant que son attente n’a pas été comblée par

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.