Insécurité/Situation sociopolitique

Face à la situation insoutenable que connaît le pays, Religions pour la paix sort de son silence

Publié le 2018-06-12 | Le Nouvelliste

National -

Le pays se meurt. Il est rongé par la violence. Son économie est anémiée, la corruption est partout… Le constat de la plateforme Religions pour la paix est sombre. Face à la situation difficile que connaît actuellement le pays, cette structure interreligieuse sort de son long silence, dans un communiqué publié le 8 juin 2018, pour faire une sorte de ‘’wake up call’ aux autorités et aux différentes élites du pays…

La plateforme Religions pour la paix fait un diagnostic de la situation du pays en 10 points. Rien ne va. Elle estime que les élites du pays ne peuvent pas démissionner et doivent assumer leurs responsabilités face à la situation actuelle. « Un pays qui se meurt, rongé par la violence avec une multiplication des zones de non-droit et une augmentation des gangs montrant l'incapacité des forces de l'ordre à protéger la population », ont déploré les leaders interreligieux du pays.

En outre, la jeunesse du pays, désemparée, tourne son regard vers l'extérieur, a dit constater Religions pour la paix. « Une dégradation de l'environnement accélérée par la déforestation agressive et l’importation de produits non biodégradables largués dans la nature. Une économie anémiée avec une inflation galopante et une carence d'investissements. Une corruption généralisée qui atteint tous les secteurs de la vie nationale », a dénoncé la plateforme religieuse.

La classe politique ne fait pas la différence, de l’avis des leaders religieux. Elle a des « discours usés et démodés, indifférente aux douleurs de la majorité opprimée et souffrante. » L’élite intellectuelle, quant à elle, est timide et parfois déroutée (pour parodier le professeur Roger Gaillard), estime la plateforme interreligieuse, soulignant la « dislocation des familles engendrée par la pauvreté abjecte et l'irresponsabilité des parents… »

Religions pour la paix a dit constater, d'un autre côté, un effritement des valeurs citoyennes profondes conduisant à un mépris systématique des symboles nationaux.

Les leaders religieux signataires du communiqué ne s’estiment pas avoir de leur côté bien joué leur rôle. Ils critiquent aussi la classe à laquelle ils appartiennent. « Une élite religieuse hésitante, plongée dans son silence, qui se bat pour sa survie », écrit Religions pour la paix.

Cette structure interreligieuse invite les élites économiques, politiques, sociales, intellectuelles et religieuses du pays à saisir le sens du discours prononcé à la Chambre de commerce haïtiano-américaine le 16 mai 2018 et à prendre conscience des responsabilités qui leur incombent. « Car, pour qu'il y ait des changements profonds et réels en Haïti, les élites haïtiennes doivent s'y engager et montrer le chemin aujourd'hui et maintenant. N'ayons pas peur ! Entrons dans la confiance et agissons ensemble pour bâtir l'Haïti que nous rêvons tous », exhorte Religions pour la paix dans ce communiqué qui porte les signatures de Mgr Pierre André Dumas, Rév. Clément Joseph,

Mambo Euvonie Georges et Mgr Zaché Duracin.

Il faut rappeler que le 16 mai 2018, Daniel Gérard Rouzier, lors d’une soirée de la Chambre de commerce haitiano-américaine, avait parodié un ancien président de la République pour expliquer une partie de la situation actuelle du pays. « N’ayez pas peur et rappelez-vous les mots du Président Borno, prononcés, il y a presque un siècle : « Il n'est pas possible, disait-il, qu’à côté d'une élite civilisée jusqu'au raffinement vive une masse triste, à peine touchée des lueurs du progrès. Nous, de l'élite, nous sommes injustes et cruels. Nous n'avons pas rempli nos devoirs envers ce peuple qui peine sous le soleil et la pluie pour faire vivre le pays. C'est lui qui paye presque tous les impôts. Un fossé empli d'ombre, la sépare de nous. Il faut le combler et l'illuminer, pour notre bonheur, notre paix et la conjonction féconde des forces. Jetez un regard sur la terre natale, voyez en quel état se trouvent notre outillage économique, nos écoles, nos ponts, nos routes, nos hôpitaux. Les procédés de culture sont arriérés et périmés. Notre sous-sol attend encore le coup de pioche pour livrer ses trésors. » (fin de citation…)

Plusieurs membres de Religions pour la paix contactés mardi soir par Le Nouvelliste reconnaissent que la plateforme a observé un long moment de silence. Cependant, ils indiquent que Religions pour la paix suivait de très près la situation du pays et estime que face à cette situation insoutenable que connaît la population, la plateforme ne pouvait ne pas tirer la sonnette d’alarme.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".