Disparition/Grand-Ravine

79 jours après la disparition du journaliste Vladjimir Legagneur, une instruction est ouverte

Publié le 2018-05-30 | lenouvelliste.com

La famille du journaliste Vladjimir Legagneur et la corporation attendent toujours des explications sur la disparition du photographe. Cela fait 79 jours depuis qu’il est parti en reportage dans la zone de Grand-Ravine pour ne plus en revenir. La police nationale et les autorités haïtiennes ne sont toujours pas en mesure de donner des explications sur la disparition du journaliste. Le juge d’instruction Wilner Morin a été désigné pour instruire le dossier.

Ce n’est que le 25 mai dernier, plus de deux mois après la disparition du journaliste, qu’un juge d’instruction a été désigné pour instruire l’affaire. Le juge Wilner Morin, en charge du dossier, a déjà auditionné plusieurs prévenus. « La femme du journaliste sera entendue le lundi 4 juin », a confié mercredi au Nouvelliste Me Jacques Letang, président du conseil d’administration du Bureau des droits humains en Haïti (BDHH), constitué partie civile dans le cadre de cette affaire et qui accompagne la veuve du journaliste.

Pour le moment, le juge d’instruction ne peut pas enquêter sur la mort du journaliste, puisque le corps de ce dernier n’a pas été encore retrouvé. C’est pourquoi Me Jacques Letang exige beaucoup de rigueur et de professionnalisme dans le cadre de cette enquête. Il estime que Me Wilner Morin devrait même se rendre à Grand-Ravine, l’endroit où le journaliste a été en reportage avant sa disparition.

« Je pense que le juge doit auditionner tous ceux qui avaient dit remarquer le journaliste dans la zone de Grand-Ravine. Ce qui lui permettra d’avoir de vrais indices pour avancer avec l’enquête », a réclamé Me Letang.

Dans cette enquête, le juge d’instruction devra déterminer les circonstances ainsi que les auteurs et les complices dans la disparition du journaliste, a fait savoir Me Letang. « C’est notre attente comme partie civile, puisqu’on ne peut pas encore parler de décès…», a-t-il dit.

Pas moins de 7 individus ont déjà été interpellés par la police dans le cadre de cette affaire.

Des «ossements, sans le crâne» et «un chapeau» ont été récupérés par la police sur un terrain vague, à Sillon, localité de Palema, à Grand-Ravine, le mercredi 28 mars 2018. Ces prélèvements, mis sous scellés par un juge de paix, ont été confiés à la police scientifique en attendant les analyses ADN afin de déterminer s'il s'agit ou non du journaliste Vladjimir Legagneur. Ces prélèvements ont été envoyés dans un laboratoire à l’étranger pour examen. Depuis, on n'en a aucune nouvelle.

Le 14 mars dernier, le journaliste Vladjimir Legagneur est parti en reportage dans la zone de Grand-Ravine, au sud de Port-au-Prince, pour ne plus en revenir.



Réagir à cet article