Angle de vue

« Détruire la misère » selon Victor Hugo

« Le poète a toujours raison, disait Aragon. Qui voit plus haut que l'horizon. Et le futur est son royaume. Face à notre génération, pour parodier Jean Ferat, nous déclarons» avec Hugo « Il faut détruire la misère ».

Publié le 2018-01-08 | Le Nouvelliste

Culture -

Claude Bernard Sérant

A l’occasion de ce nouvel An, nous voulons partager avec vous un extrait d’un discours de Victor Hugo, ce poète, dramaturge et prosateur français que nous portons tous ici, en Haïti, dans notre cœur. Ce discours titré « Détruire la misère » que ce monstre sacré de la littérature française a prononcé le 9 juillet 1849 à l’Assemblée nationale législative trouve un écho fidèle en Haïti, eu égard à ce qui se passe en ce moment.

Ce discours, sous tous les cieux, sous toutes les latitudes, partout où il y a des humains qui souffrent, éveille les consciences à toute époque. En Haïti, à l’heure actuelle, elle vibre intensément dans nos entrailles. Alors, on doit se réveiller pour que les choses changent. Le pape Jean-Paul II, dans une homélie devant des milliers de fidèles, à l’aéroport international de Port-au-Prince, avait proclamé en 1983 : « Il faut que quelque chose change en Haïti. » Depuis, ce changement est comme un horizon lointain, un idéal inatteignable pour notre peuple.

En son temps, Hugo ne s’est pas réfugié derrière sa plume pour écrire de beaux livres, il s’est porté volontairement dans la politique non pas pour se servir, mais pour défendre les sans-voix, les misérables, les paysans et les ouvriers de son pays. Il s’est servi de son génie non pas pour confondre l’esprit des humbles dans les ténèbres de l’ignorance, mais il l’a utilisé pour éclairer le monde et porter tout un chacun à voir la situation calamiteuse que traversait la France.

De même que nous avons brisé les chaînes de l’esclavage et proclamé l'indépendance d'Haïti le premier janvier 1804, ne devons-nous pas aussi briser les chaînes de la corruption, de l'injustice sociale, de la misère, de l’ignorance et toutes autres habitudes sociales malsaines qui nous portent à vivre dans des villes insalubres comme si c’était la normalité ? Utilisons mutuellement notre esprit positif en ce nouvel An à des fins utiles pour qu’enfin notre devise ait un sens dans la réalité de chaque jour de l’Haïtien : «L’union fait la force.»

Comment la force peut-elle résulter d’un peuple qui s’enfonce année après année dans une misère affreuse ?

Pour nous donner un nouvel élan en ce nouvel An, voici, amis lecteurs, notre matière à réflexion : « Détruire la misère ». Nous vous invitons à le lire intégralement sur Internet.

Extrait du discours sur la misère

« Vous n’avez rien fait, j’insiste sur ce point, tant que l’ordre matériel raffermi n’a point pour base l’ordre moral consolidé ! Vous n’avez rien fait, tant que le peuple souffre ! Vous n’avez rien fait, tant qu’il y a au-dessous de vous une partie du peuple qui désespère ! Vous n’avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l’âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! Tant que ceux qui sont vieux et ont travaillé peuvent être sans asile ! Tant que l’usure dévore nos campagnes, tant qu’on meurt de faim dans nos villes, tant qu’il n’y a pas des lois fraternelles, des lois évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons ouvriers, aux gens de cœur ! Vous n’avez rien fait, tant que l’esprit de la révolution a pour auxiliaire la souffrance publique ! Vous n’avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres, qui se continue souterrainement, l’homme méchant a pour collaborateur fatal l’homme malheureux !

Vous le voyez, Messieurs, je le répète en terminant, ce n’est pas seulement à votre générosité que je m’adresse, c’est à votre sagesse, et je vous conjure d’y réfléchir. Messieurs, songez-y, c’est l’anarchie qui ouvre des abîmes, mais c’est la misère qui les creuse. (C’est vrai ! C’est vrai !) Vous avez fait des lois contre l’anarchie, faites maintenant des lois contre la misère ! » Victor Hugo (Fin de citation)

Société civile, monde politique haïtiens, nous sommes au XXIe siècle. Nous vous avons invité à vous plonger dans cet extrait du discours de Victor Hugo prononcé dans première moitié du XIXe. Si chaque lecteur pouvait commenter ce texte avec ses proches et s’inspirer d’idées positives pour Haïti, ce serait un petit pas qui nous amènerait à en faire d’autres dans le sens de l’intérêt commun.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".