Rosny Smarth : « Le peuple nous prend tous pour des commerçants qui règlent leurs affaires »

Publié le 2017-12-20 | Le Nouvelliste

Homme de gauche, ex-Premier ministre ayant eu une cohabitation compliquée avec le président René Préval entre mars 1996 et octobre 1997, Rosny Smarth, au terme d’une analyse de quelques failles de la Constitution de 1987 au profit de la commission d’amendement de la loi mère, a exprimé son « pessimisme » quant à un avenir radieux d’Haïti. Pour Rosny Smarth, la politique « a avancé vers quelque chose de commercial ».

Le Parlement est perçu comme un lieu de « négociation personnelle ». L’exécutif est à la même enseigne. Au point, a souligné Rosny Smarth, que le « peuple nous prend tous pour des commerçants qui règlent leurs affaires ». Pour lui, il y a un « problème d’élite politique ». « Nous avons déchouké Duvalier en 1986 mais nous n’avons pas pu monter une élite politique pour prendre la relève », a concédé Rosny Smart estimant que de grandes aspirations post 1986 et post 1990 ont été dévoyées.

L’ex-Premier ministre, en mettant le doigt sur le désenchantement de la population exprimé lors d’élections, croit qu’il faut maintenant réfléchir et agir pour « restituer la confiance minimale de la population afin qu’elle croie dans le système démocratique ». Cela demande « beaucoup d’efforts et de sacrifices », a fait remarquer Rosny Smarth, retraité politique mais attentif aux affaires de la cité.

Ses derniers articles

Réagir à cet article