Boulo et les vivants

Je n’arrive pas à écrire sur la mort de Boulo Valcourt.

Antoine Lyonel Trouillot
Par Antoine Lyonel Trouillot
22 nov. 2017 | Lecture : 2 min.

Je n’arrive pas à écrire sur la mort de Boulo Valcourt. La mort, il vient un moment où on a juste envie de lui dire d’arrêter. Égoïstement. Parce que si elle continue d’emporter ceux qu’on a connus, aimés, avec qui on a partagé des choses, on va finir par se retrouver seul, avec des rêves transformés en désillusions, des promesses non tenues, désormais intenables. Plus égoïstement encore, parce que vivre étant souvent notre dernière volonté, on se dit que bientôt ce sera notre tour, cela commence à devenir sérieux, on a intérêt à se préparer

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.