« Les grottes d’Haïti : entre imaginaires et réalités », l’exposition d’Olivier Testa

PUBLIÉ 2017-10-25
Réalisé dans le cadre de « Patrimoine en question », l’exposition du spéléologue français Olivier Testa baptisée : « Les grottes d’Haïti : entre imaginaires et réalités » s’est tenue le lundi 23 octobre 2017 à l’Institut français en Haïti. Des photos accompagnées de poèmes ont été exposées pour mettre en évidence des grottes qui constituent le patrimoine national.


Les grottes incarnent des repaires où l’histoire reste gravée à tout jamais. Ces lieux constituent, entre autres, des patrimoines où restent accrochés des faits marquants de l’histoire de l’humanité. En Haïti, nous en avons des centaines, mais rares sont ceux qui connaissent leur emplacement et leur histoire. Ainsi, du 23 au 27 octobre 2017, la FOKAL, les Alliances françaises et l’Institut français en Haïti s’allient pour articuler une réflexion autour des enjeux patrimoniaux en Haïti à travers « Patrimoine en question » en organisant toute une série d’activités. L’exposition en est la toute première.

Depuis 2009, Olivier Testa, un spécialiste en cavités naturelles du sol, explore et photographie des grottes à travers le pays. « Leur magnificence est tout simplement extraordinaire », dit le spécialiste qui a fait de ces grottes sa passion. « J’en ai exploré plus de 250 sur tout le territoire. Eh oui, ces merveilles sont en Haïti ! », a ajouté Olivier Testa, qui confesse que certaines fois, en voyant les photos, ces semblables n’arrivent pas à croire que ces grottes sont bel et bien en Haïti.

En tant que spéléologue, son travail est pour le moins délicat, car il fait appel à beaucoup de déplacements périlleux. Ainsi, au cours de son périple, il a pu compter sur le support du ministère du Tourisme et du Bureau national d’ethnologie. Par ailleurs, concevoir ce projet pour aboutir à l’exposition a nécessité beaucoup de rigueur. En effet, Oliver Testa lui a consacré 5 années de recherche documentaire et 7 missions dans les différents départements d’Haïti et un an pour mettre au point ladite exposition. Aussi, ces manœuvres visent à développer des sites touristiques liés aux grottes. « Dans le Sud, on a déjà équipé et aménagé des grottes et des canyons pour des pratiques sportives et touristiques », confie Olivier Testa, qui y voit une opportunité pour le secteur du tourisme.

Erold Josué, quant à lui, se dit ravi, car l’État haïtien, à travers l’institution qu’il dirige, s’est investi dans ce projet pour la valorisation de ces patrimoines. « La question de la spéléologie et de l’archéologie relève de notre responsabilité », affirme le directeur du Bureau national d’ethnologie, qui révèle que des techniciens haïtiens ont aussi accompagné Olivier Testa lors de ses différentes expéditions dans les grottes. « Les Français amènent leur technique du point de vue spéléologique et nous nous chargeons du côté ethnographique lié à l’historicité des grottes » ajoute Erold Josué, qui se réjouit du fait qu’il contribue à léguer cet héritage à la nation haïtienne.

Du 23 au 27 octobre, des évènements comme des visites guidées, des expositions, des conférences, des spectacles et des projections se dérouleront à l’échelle nationale autour du concept de « patrimoine » en Haïti. Une belle occasion de découvrir ou redécouvrir les richesses que recèlent les entrailles de notre cher pays.

Pierre Michel André pierremichelandre@gmail.com



Réagir à cet article