Haïti consomme de l'essence de mauvaise qualité

Publié le 2017-07-26 | lenouvelliste.com

L’essence vendue en Haïti, particulièrement la gazoline et le diesel, ne respecte pas les normes affichées dans les stations à essence, a appris Le Nouvelliste. Dans aucune pompe, à partir du pétrole importé du Venezuela dans le cadre de l’accord PetroCaribe, la norme 95 n’est réellement disponible. On vend du 89, des fois de l’indice d’octane 84, selon des sources bien renseignées qui ont eu accès à des études conduites sur la qualité des produits pétroliers disponibles sur le marché. La qualité du carburant en Haïti est « mauvaise », a révélé une de ces études à laquelle le journal a eu accès. Par exemple, le niveau d’octane, de manganèse dans la gazoline 95 est très élevé. Sur un échantillon testé on a relevé un niveau de 20-31 milligrammes de manganèse au litre (mg/l). Pour une essence de « bonne qualité », le niveau du manganèse doit être inférieur ou égal à 2. Le niveau de sulfure explose. Il est de 600-831 [ppm] alors qu’il doit être inférieur à 50. Sur l’échantillon de gazoline testé pendant l’étude, il est révélé un niveau de contamination au diesel de 8,9 mg/l, cette contamination altère la qualité de la gazoline et ses performances. Le niveau de sulfure, le pourcentage de manganèse, d’éthanol, de méthanol, d’oléfine, d’oxygène entre-autres sont établis pour classer l’essence en « bonne qualité » « qualité suffisante » et « mauvaise qualité ». Pour quasiment tous les indicateurs, l’essence vendue ne rencontre pas les exigences ni les promesses faites aux consommateurs. L’État haïtien reçoit plus de 80 % du carburant consommé dans le pays du Venezuela, dans le cadre de Petrocaribe. Si la mauvaise qualité de l’essence disponible en Haïti n’est pas un scoop depuis au moins 10 ans. c’est la première fois qu’une étude scientifique en fait la démonstration.


Réagir à cet article