Accident de cortège : Antonio Chéramy indigné, Martine Moïse invite à élever le niveau

Publié le 2017-07-24 | lenouvelliste.com

Un incident de plus impliquant le cortège d’un VIP. En effet, la voiture du sénateur Antonio Cheramy a été percutée par l’un des véhicules du cortège de Martine Moïse, l’épouse du président de la République, dans l’après-midi du vendredi. Joint par téléphone ce samedi, le sénateur de l’Ouest a indiqué que l’incident est survenu au niveau de Juvénat, non loin de Pétion-Ville. « J’étais à bord d’une voiture Toyota Land Cruiser, immatriculée ''Démonstration''. Il y avait un bouchon monstre. J’ai entendu des sirènes, je voulais me mettre à l’écart, mais c’était impossible puisqu’à ma droite il y avait des alluvions et à gauche des voitures en sens inverse. L’un des véhicules du cortège de la première dame a percuté ma voiture. Quand je suis descendu pour demander des explications, certains agents ont pointé leurs armes en ma direction, ils m’ont injurié et m'ont agressé physiquement », a-t-il expliqué, soulignant que ces agents ont décidé de partir après l’intervention d’un agent rapproché de Martine Moïse. Le sénateur a souligné plus loin qu’il n’avait pas remarqué la présence de la première dame lors de l’incident. Toutefois, dit-il, sa voiture était présente ainsi que deux autres véhicules assurant sa sécurité. Le sénateur interpelle Martine Moïse à fournir des explications sur cet incident. « Cela m’a permis de me rendre compte que la population n’est pas en sécurité. Si cela m’arrive à moi comme sénateur, qu’en serait-il d’un citoyen lambda ? », se demande-t-il. Le sénateur et également chanteur de Brothers Posse envisage de porter plainte contre les agents de sécurité impliqués dans cet incident. De plus, fait-il remarquer, le président du Sénat Youri Latortue, qui s’est rapidement dépêché à sa rescousse, prendra une décision formelle dans les prochains jours. « Je suis un soldat. Je ne suis pas du genre à lâcher prise. Je vais obtenir justice », prévient-il. Martine Moïse invite à élever le niveau Contacté par le journal, le porte-parole de la PNH n'était pas en mesure de réagir sur cet incident, car ne disposant pas de toutes les infos. Le service de communication, de son côté, a promis de réagir via un communiqué depuis samedi. Celui-ci est, semble-t-il, encore en couture. Entre-temps, la première dame, durant son passage à Cabaret, est sorti de son mutisme. À la question d'un journaliste de Radio Kiskeya sur cet incident, Martine Moïse a estimé qu’il faut élever le niveau. « L’affaire d’un feu de véhicule brisé ne doit pas être traitée à la radio. Cela doit être discuté à l’OAVCT, étant de la responsabilité de cette institution. Il faut renforcer les institutions afin de mettre chaque chose à sa place. Elevons le niveau. Parlons de ce dont on a besoin », balance-t-elle.


Réagir à cet article