Interview

L’ultime adieu à Claude C. Pierre, une étoile de l’Académie du créole haïtien

Le recteur de l’Université d’État d’Haïti, Fritz Deshommes, était le principal animateur de l'ancien comité pour la mise en place de l'Académie du créole haïtien. Il a longtemps côtoyé Claude C. Pierre, professeur à la Faculté de linguistique appliquée, académicien qui avait un goût très poussé pour la poésie. Ce natif de Corail dans la Grand’Anse, inconditionnel participant du festival de la poésie à Jérémie, est mort au Canada, le 24 juin 2017. On le retrouvait souvent dans le bastion de Lyonel Trouillot aux Vendredis littéraires de l’Université Caraïbe. Il aimait partager avec le public des extraits de ses recueils : Tourne ma toupie, À haute voix et à genoux, Le coup de l'étrier, Le dit du lierre ou encore Le voyage inventé. Après le grand saut du poète sur l’autre rive, Le Nouvelliste a rencontré l’un de ses pairs de l’Académie du créole haïtien.

Publié le 2017-06-29 | Le Nouvelliste

Le Nouvelliste (L.N.) : Le poète est parti, sa poésie est sur toutes les lèvres. Pouvez-vous citer de mémoire un de ses textes? Fritz Deshommes (FD.) Me revoilà avec mes mots malingres, ma colère sanglée de gestes déjà vus, la consternation indélébile sur le visage comme une mauvaise excuse affublée d’un masque de glaise modelé par quel magicien chevauché et accablé de forfaitures (Débris d’épopée). L.N. : Il était un académicien, on pourrait retenir cet angle. F.D. : Excellente idée. C'est d'ailleurs l'angle sous lequel je le connais le mieux. Et c’est probablement la plus grande coumbite à laquelle il a participé pour la défense des intérêts du peuple haïtien: la mise en place de l'Académie du créole haïtien. Il aimait surtout se référer aux droits linguistiques du peuple haïtien, de tout le peuple, précise-t-il souvent, ceux de Port-au-Prince, des villes, de chacune des sections rurales et aussi de la diaspora. L.N. : Saviez-vous que le professeur Claude C. Pierre était malade? F.D. : Nous savions que le professeur était malade, qu’il suivait régulièrement un traitement au Canada. Mais, plus récemment, nous avions appris que son état de santé avait pris une accélération fâcheuse et qu’il n’en avait plus pour longtemps. Le professeur Laënec Hurbon, son voisin et frère, avait partagé avec nous la nouvelle qu’il avait reçue de son fils. Nous avions alors alerté nos collègues de l’Académie du créole haïtien et de la Faculté de linguistique appliquée. C’était déjà la consternation. L.N. : Comment avez-vous accueilli la nouvelle de sa mort ? F.D. : Nous ne pouvons pas dire que la nouvelle nous a pris par surprise. Mais nous espérions encore… Face à l’inévitable, on n’a pas toujours la sagesse de se courber, d’assumer. C’était simplement douloureux et ça l’est encore. L.N. : Comment avez-vous connu ce professeur ? F.D. : Je ne me rappelle plus la première fois où l’on s’est rencontrés. C’était devenu une habitude, une seconde nature, une banalité. Nous fréquentions divers espaces sous des chapeaux différents : politique, littéraire, académique, « idéologique ». Nous nous rencontions aux Vendredis littéraires de l’Université Caraïbe, au rectorat de l’UEH, à la FLA, à la FASCH, à l’Académie du créole haïtien et ailleurs. Le passage de Claude C. Pierre L.N. : Plusieurs aspects d’un être humain étoffent sa vie. Chacun de nous a une manière de regarder une personne que l’on côtoie. Professeur Deshommes, vous qui avez côtoyé l’auteur du Voyage inventé, que retenez-vous de son passage sur terre ? F.D. : Avec Claude, j’ai eu une histoire particulière. Celle de la mise en place de l’Académie du créole haïtien. Claude est le seul collègue dont la présence a été constante à toutes les étapes de ce processus. Depuis la première réunion du Comité d’initiative tenue en avril 2008 avec la participation des cinq institutions fondatrices : la secrétairerie d’État à l’Alphabétisation (SEA), le journal Bòn Nouvèl, la Confédération nationale des vodouisants (KNVA), les Presses nationales d’Haïti (PNd’H) et bien entendu, l’Université d’État d’Haïti. (UEH). Jusqu’à ce mémorable 4 décembre 2014, jour de l’investiture des académiciens du créole. Et même au-delà à travers le fonctionnement concret de cette nouvelle institution publique. Il était l’une des premières personnalités à avoir répondu à l’appel pressant lancé par l’UEH à travers son vice-recteur à la recherche pour la concrétisation du vœu constitutionnel de créer une institution chargée d’assurer la valorisation et la promotion de notre langue nationale. Il importe de se rappeler qu’au tout début, ce projet paraissait comme une chimère, un vœu pieux, presque une impossibilité. Tant il est vrai que la plupart des militants du créole avaient tendance à considérer la notion d’académie avec une certaine appréhension, suspicion même on dirait. Il fallait rassembler, attirer, convaincre, persuader. Pas les « anti-créoles », ce serait peine perdue. Mais essentiellement les militants, linguistes, poètes, romanciers, académiques du créole, qui ont passé leur vie à la défense, l’illustration et la promotion de notre langue nationale. Ceux qui craignaient que la notion d’académie ne soit déjà « polluée » par l’exemple de l’Académie française qu’ils estimaient négatif. Ceux qui craignaient que l’attribution de « fixer » la langue octroyée par la Constitution à cette instance ne se traduise par un caporalisme linguistique propre à bloquer le développement de la langue. Ceux qui ne s’accordent pas sur l’orthographe, sur la manière de traiter différents parlers locaux ou régionaux, sur la manière d’intégrer de nouveaux mots, etc… Il fallait donc prêcher à des convaincus. L.N. : Dans les premiers moments, vous ne saviez où aller ? F.D. : Dans ces premiers moments, il fallait une foi particulière, une mystique contagieuse. Claude en était bien pourvu et ne se faisait pas prier pour les partager. En réalité, nous savions où nous voulions aller, mais nous n’en connaissions pas le chemin. Et nous ne savions pas où pourrait nous mener « l’aventure ». Je lui sais profondément gré d’avoir été présent et effectif en ces moments cruciaux. Sa foi, ses idées, ses convictions, sa créativité nous ont permis de franchir bien des obstacles, de contourner bien des difficultés, de faire du chemin et d’avancer en rangs serrés vers l’objectif final. L.N. : On vous demandait ce que vous retenez de Claude C. Pierre. F.D. : Ce que je retiens de Claude ? Une grande générosité, une innocence de poète, une disponibilité à la mesure de ses convictions. Ces qualités ont marqué profondément le processus de plaidoyer et de mise en place de l’Académie. Par exemple, nous n’avons pas eu beaucoup d’argent, en dépit de la multiplicité des activités et l’ampleur des enjeux. Notre comité était totalement bénévole et ses membres payaient même de leur propre argent en certaines occasions en plus de donner généreusement leur temps, leur énergie, leurs capacités. Nous en savons gré à Claude d’en avoir été un modèle parfait en ce sens et d’avoir prêché d’exemple. Nous disions lors de la cérémonie d’investiture des membres de l’Académie que l’expérience nous avait révélé combien dans notre pays meurtri par ses profondes divisions nous avons encore la capacité de nous unir, de nous mettre ensemble et que lorsque nous y parvenons, nous réalisons de grandes choses en dépit de la limitation de nos moyens. L.N. : Et pour cela, que lui dites-vous? Claude C. Pierre, vous écoute là-haut. F.D. : Merci, Claude, de cette leçon que nous avons tout à la fois apprise et enseignée à l’occasion de cette fabuleuse expérience. Propos recueillis par Claude Bernard Sérant
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".