Jean Luc Verna lance officiellement sa carrière de D.J.

PUBLIÉ 2017-04-06


À dix-neuf ans, fraîchement sorti de l’école classique, Jean Luc Verna décide de se lancer dans une carrière de DJ. Une aventure qu’il entreprend avec passion et dans laquelle il compte bien réussir. Très confiant, il est sûr de pouvoir se faire un nom dans ce milieu qui a l'air d’être saturé et avoue ne pas avoir peur des défis. Bien qu’aucun membre de sa famille ne soit musicien, Jean Luc Verna est très tôt attiré par la musique. En décembre 2011, découvrant par hasard des logiciels de DJ, il décide de s’y essayer. Au début, ses parents pensent que ces activités de DJ ne sont qu’une folie qui ne fera pas long feu. Mais le benjamin de la famille Verna, qui se fait appeler Lucky Luke à cette époque, s’y accroche. Et, comme on devait s’y attendre, les parents commencent à questionner cet amour et sont même réticents de voir l’un de leurs trois enfants choisir cette voie. Mais il enchaîne les petits contrats, joue dans les fêtes d’amis et récolte des compliments et commentaires appréciateurs qui l’encouragent à avancer et à se perfectionner. Une assiduité et une persévérance qui arrivent à bout de la réticence des siens. Pour l’heure, cet ancien élève du Collège International, qui a terminé ses classes secondaires à Cours Privés Edmé, a tout le support de sa famille et avance. « J’aime voir le public, j’aime quand il m’envoie des ondes positives », explique Jean Luc. Comme Gardy Girault, un de ses modèles, Jean Luc Verna a décidé de se produire sous son vrai nom. Jean Luc Verna ! « Cela fait plus sérieux » dit-il aussi pour se justifier. Le jeune DJ apprécie aussi le travail de Mr Alcol, DZgot, DJ Stuba, en Haïti, et celui de Martin Garrix, de David Getta, d’Afrojack, de Tiësto, au niveau international. « Je rêve de faire mon nom dans la musique et de représenter Haïti à l’étranger », confie le jeune disc-jockey sous les regards attentifs et vigilants de deux de ses amis et de son manager Alessa Pierre. Avec tout son sérieux et son sens des affaires, cette dernière assure : « J’ai décidé de travailler avec lui, parque je vois qu’il a beaucoup de potentiel et qu’il a un grand avenir devant lui ». Dorénavant, celui qui commencera ses études en réseau informatique au Centre Canado-Technique en juin prochain est ouvert au business. Il s’est entouré de toute une équipe. Présent sur les réseaux sociaux, ses mix qui sont marqués d'un mélange de hip-hop, de musique africaine, et de rara sont disponibles sur son compte soundcloud @jean-luc-verna-ht.



Réagir à cet article