« Mort, j’appelle de ta rigueur »

Dans la ville, en particulier dans les milieux petits-bourgeois, on n’aura jamais autant parlé de la mort.

Antoine Lyonel Trouillot
Par Antoine Lyonel Trouillot
06 mars 2017 | Lecture : 3 min.
Dans la ville, en particulier dans les milieux petits-bourgeois, on n’aura jamais autant parlé de la mort. Un anthropologue à l’humour inquiet appelle tous ses amis et leur demande de répondre « présent ». Une façon sans doute de se convaincre que lui-même est toujours en vie, car les morts n’entendent pas de voix. Sur la Toile, des recettes , des consignes, toute une littérature sur la prévention et le traitement des AVC, comme les pages essentielles du bréviaire de la survie. La mort des autres sert à cela, nous rappeler que nous sommes morte
CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.