Jovenel Moïse a reçu le certificat du CEP, attend de prêter serment

Vainqueur de la présidentielle de novembre 2016, Jovenel Moïse a reçu son certificat décerné par l’organisme électoral. L’intéressé s’est rendu aux locaux du Conseil électoral provisoire conseil électoral provisoire (CEP) tôt lundi, à quelques heures de son entrée en fonction. Ce document est, selon l’institution électorale, un prérequis pour la prestation de serment au parlement.

Publié le 2017-02-06 | lenouvelliste.com

A moins de 24 heures avant le jour-J, l’investiture du 58e président de la République d’Haïti se matérialise. Ce lundi, l’intéressé a reçu son certificat du Conseil électoral provisoire. Un document qui lui permettra de prêter serment devant l’Assemblée nationale, selon ses explications. « Je suis respectueux de la loi. Après avoir été élu par le peuple, il me faut un certificat à remettre au Parlement. J’ai jugé bon de passer le récupérer au CEP », a expliqué Jovenel Moïse lors d'une brève rencontre avec les journalistes. Le président élu a par ailleurs promis d’œuvrer au renforcement, de l’institution électorale durant son mandat. « Le CEP est une institution importante pour le pays. On va travailler à son renforcement, ce afin d’avoir un organisme électoral capable, crédible et neutre, comme l’a été celui qui a organisé ces élections », a-t-il promis, soulignant que le sujet a été abordé lors de la réception de son certificat. « Dans les discussions que j’ai eues avec les conseillers, je leur ai donné la garantie que l’administration publique sera dépolitisée durant mon mandat. La fonction publique, selon la loi, est une carrière. On doit avoir une administration au service de l’État et non d’un homme, ou d’un clan », estime-t-il. Contacté par le journal, Uder Antoine, le Directeur du CEP a expliqué le certificat est un prérequis pour la prestation de serment au parlement. « C'est une pièce importante », a-t-il dit. Il a souligné plus loin que la durée du mandat de Jovenel Moise n’est pas mentionnée dans le certificat. « La durée du mandat est un problème pour les sénateurs non pas pour le président », a-t-il dit.


Réagir à cet article