L'année 2016 en dix évènements culturels

Publié le 2017-01-03 | lenouvelliste.com

En Haïti, la politique relègue tout au second plan. Ce pays est miné par cette chose qui devrait être un art pour organiser le pouvoir dans l’État, son exercice dans les institutions politiques. La culture, c’est comme l’oxygène, elle pénètre dans tout. On oublie trop souvent qu’il faut agir sur notre culture politique pour donner un nouveau souffle au pays. Cette année, Le Nouvelliste a sélectionné dix événements marquants dans notre paysage culturel. Ce regard sur l’actualité s’ouvre sur un air de jazz. La 10e édition du PAPJazz Le Festival de jazz de Port-au-Prince, pour sa 10e édition, a réuni une pléiade d’artistes en Haïti. Du 23 au 30 janvier 2016, des artistes de renommée internationale avaient investi nos scènes. Du jazz d’horizons divers-États-Unis, Canada, Allemagne, Japon, Espagne, Suisse, France, Belgique, Cuba, Chili, Mexique-avait fait le bonheur des jazzophiles. On a apprécié Thomas Siffling, Kenny Garrett, Godwin Louis, Jonathan Michel, Jean Caze, Pauline Jean, Carolyn Malachi, Réginald Policard, Joël Widmaier, John Bern Thomas Obed Calvaire, Mushy Widmaier, et d’autres étoiles du jazz. La Fondation Haïti Jazz, en dix ans, a su créer une nouvelle attente dans le cœur des Port-au-Princiens. On attend la 11e édition contre vents et marées. 2016, un carnaval spécial À cause des complications liées à la conjoncture politique (crises électorales, fin du mandat présidentiel), le carnaval national s’est déroulé pendant seulement deux jours au Champ de Mars. Dans un climat sécuritaire affaibli, sept groupes musicaux ont foulé le macadam: Boukman Eksperyans, Barikad Crew, Rockfam, Bèl Plezi, Mass Konpa, Kreyòl La et Carimi. T-Vice et Djakout #1, deux ténors du carnaval haïtien, ont refusé de prendre part aux festivités. Michel Martelly est parti du pouvoir sans avoir fait danser les festivaliers sur le rythme de sa méringue « Ti Lili ». Une vraie provocation pour l’opinion publique. La 22e édition de Livres en folie met à l’honneur Marie Vieux-Chauvet La 22e édition de Livres en Folie a mis à l’honneur la romancière Marie Vieux- Chauvet. Pour rendre hommage à cette écrivaine qui aurait eu cent ans cette année : capsules vidéos, documentaires, conférences, lectures scéniques, atelier d'écriture, livre témoignage autour du personnage : «En amour avec Marie» a réuni un collectif d’écrivains qui ont témoigné de leur flamme pour Chauvet. Autant de moments forts pour célébrer le centenaire de cette figure emblématique de la littérature haïtienne. Rencontre des musiques du monde « Célébrer la fête de la musique, c’est être à l’écoute du monde. » Du 16 au 25 juin 2016, l’Association Tamise, en collaboration avec Caracoli, avait fait le bonheur des artistes haïtiens. Ils étaient avec leurs pairs, des artistes en provenance de la Caraïbe (République dominicaine), de l’Europe (Belgique, France) et de l’Afrique (Cap-Vert, Mali). De belles affiches pour des concerts gratuits durant 10 jours dans différents lieux : École de musique Ste-Trinité, Fokal, Institut français, Yanvalou restaurant, Café Selecto et les Alliances françaises en Haïti. Le public a connu de grandes joies avec le groupe Au P’tit Bonheur, la lauréate du prix Découverte RFI 2015 Élida Almeida, Habib Koité, Xiomara Fortuna, Pierre Vaiana, Daniel Bernard Roumain, Tamara Suffren, Érol Josué et Nègès fla vaudou. Côté pédagogique, des ateliers, des conférences et des projections avaient eu lieu autour de la musique. Le ministère de la Culture reçoit Makenzy Orcel Pour son roman « L’ombre animale » paru en janvier 2016 chez les éditions Zulma, Makenzy Orcel a remporté quatre prix pour l’année : prix Littérature-monde, prix Louis Guilloux, prix littéraire des Caraïbes de l'ADELF, prix Éthiophile. Marc-Aurèle Garcia, ministre de la Culture et de la Communication, a rencontré, en juin dernier, cet écrivain sacré « enfant terrible de la littérature haïtienne » par les éditions Zulma. La rencontre de l’écrivain avec le numéro 1 de la Culture a porté sur le travail et le parcours de l’auteur. Festival Nègès mawon Sur le thème « Feminis, poukisa ? », le festival Nègès mawon s’est déroulé, du 18 au 24 juillet, dans de nombreux sites à Port-au-Pince. Le festival était un plaidoyer en faveur de l’art et de la culture. Les activités ont porté sur un ensemble de réflexions articulées autour des enjeux du combat féministe en Haïti. Des pièces de théâtre comme Talon aiguille/ Talon d’Achille de Gaëlle Bien-Aimé ont fait succès à cet évènement. La conférence « Femme et pouvoir » prononcée par Mirlande Hyppolite Manigat, Adeline Chancy et deux autres consœurs, à l’Institut français, en a été le point d’orgue. Projections, expositions, conférences, ateliers, spectacles ont rythmé le festival. Des pancartes osées ont capté l’attention : «Zozo pa zam», Espace privé, Pa chwazi pou mwen, M pap vann kenèp. Thony Mahotière, alias Tony Mix, nommé ambassadeur de la culture pour la commune de Carrefour La nomination du disc-jockey le plus populaire d’Haïti comme ambassadeur de la culture par le nouveau maire élu de la commune de Carrefour a fait scandale et soulevé une vague de contestations. Le maire Jude Édouard Pierre a expliqué que la valeur de Tony Mix dépasse les frontières de Carrefour et même d’Haïti. Commémoration des 70 ans des Cinq Glorieuses pour honorer Gérald Bloncourt Du 16 au 22 novembre, une série d’activités (conférence, exposition de photographies, lecture de textes) ont marqué les 70 ans des Cinq Glorieuses. Le reporter-photographe, peintre et écrivain Gérald Bloncourt, figure emblématique du mouvement révolutionnaire de janvier 1946, qui a renversé le président Élie Lescot, était en Haïti pour l’évènement. Un hommage bien mérité lui a été rendu. Cinquième édition du Festival international Ayiti couleurs au Cap-Haïtien L’association culturelle Atelier Soleil a réalisé cette année la 5e édition de son Festival international Ayiti couleurs (FIAC). Du 10 au 20 novembre 2016, des artistes venus de la France, d’Italie, de la Belgique, de la Russie et du Burkina-Faso et des acteurs haïtiens ont investi plusieurs lieux de rencontres culturelles au Cap-Haïtien : écoles, Alliance française, Bibliothèques, hounforts. Malgré les pluies ininterrompues qui se sont abattues sur la métropole du Nord, FIAC a maintenu ses activités : théâtre, art sacré, causeries, atelier d’écriture journalistique. Des acteurs de plusieurs pays francophones ont fait un triomphe avec « Un arc-en-ciel pour l’Occident chrétien », texte de René Depestre mis en scène par l’Italien Pietro Varasso. Cette pièce a été reprise au festival de théâtre Quatre chemins. 11- 13e édition du Festival Quatre chemins Du 21 novembre au 3 décembre 2016, divers espaces culturels de la capitale, dont la Fokal, le Villate, le Centre d’art et l’Institut français en Haïti, ont accueilli une soixantaine de représentations dans le cadre du Festival Quatre chemins. Devenu en treize ans plus qu’un festival de théâtre, «Quatre Chemins» a rêvé cette année de liens entre Haïti et la République dominicaine. « Lanmou pa konplike » a été le slogan phare de cette 13e édition qui a mis en honneur le marionnettiste haïtien Ernst Saint-Rome et l’artiste performatif dominicain David Pérez Karmadavis. Le mérite du festival repose tant sur l’organisation que sur la qualité des représentations. Rédaction : Martine Fidèle, Meem Shoomeatove Vincent, Orso Antonio Doréus, Claude Bernard Serant


Réagir à cet article