Camp-Perrin pleure le départ de Roosevelt Edma et Magalie Constant 

Les funérailles de Roosevelt Edma, 63 ans, et de Magalie Constant, 53 ans, ont été chantées à Camp-Perrin le samedi 28 août. La cérémonie a eu lieu dans la cour des Frères de l'instruction chrétienne. Portrait du couple.

Publié le 2021-08-30 | lenouvelliste.com

Revenus des États-Unis d’Amérique pour vivre, investir et travailler dans leur patelin, Roosevelt Edma s’occupait d’un night-club et d’un petit hôtel à Camp-Perrin, sa femme, Magalie Constant, avait occupé pendant un certain temps, non loin des Cayes, le poste d'administratrice pour le fameux Institut Brenda Strafford, principal centre de traitement ophtalmologique et oto-rhino-laryngologie du pays. Les Edma sont décédés, le 14 août 2021, dans les bras l’un de l’autre, en faisant de leur corps un bouclier pour protéger leur  fille Meghan de 15 ans pendant le séisme qui a dévasté leur localité.

Après avoir passé une partie de leur vie à travailler aux États-Unis, le couple Edma aurait pu revenir en Haïti et vivre une semi- retraite tranquille. Madame, qui a décroché un doctorat en santé publique, a plutôt travaillé comme administratrice pendant quelque temps au prestigieux Institut Brenda Strafford et monsieur a monté l'un des principaux night-clubs de Camp-Perrin et un hôtel. Les prochaines fêtes champêtres de Sainte-Anne, dans la ville de Camp-Perrin, compteront deux illustres absents. Roosevelt Edma et son épouse Magalie Constant. 

Ces deux passionnés qui, au fil des ans, ont fait de la patronale de la zone un incontournable, ont péri dans le tremblement de terre du 14 août. 

« Ils se trouvaient dans leur maison quand la terre a tremblé. Leur fils de 18 ans rapporte que son père a tenté vainement d’ouvrir la porte principale. Quand il s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas sortir, il a enlacé sa femme pour que les deux puissent servir de bouclier à leur fille. Ils sont morts comme ils ont vécu durant leur vie de couple. Ensemble et en se rendant utiles une dernière fois », raconte Guerda Edma Pierre-Louis, la sœur aînée de Roosevelt. Pour l’heure, leur fille est allée prendre des soins aux États-Unis. 

Roosevelt Edma est reconnu comme celui qui a rendu célèbre le quartier Champlois, 2e section communale de Camp-Perrin. Il y a construit le « night-club » Le Palmier en 1991 et le guesthouse Villagio à son retour des États-Unis, il y a quelques années. 

« Un visionnaire est parti. Notre quartier a perdu sa tête pensante. Je n’ai pas de mots pour exprimer cette disparition », regrette Rolande Davilma St-Fort, une voisine. Edma voulait étendre son hôtel, en y ajoutant de nouvelles chambres et une piscine sur un terrain à côté qu’il avait acheté. Un projet brutalement stoppé par le séisme. 

Selon Rolande Davilma St-Fort, le couple partageait leur engagement pour Camp-Perrin. « Magalie, au même titre que son mari, était une figure importante pour la zone. Son dévouement dans les activités de l’église ou les causes sociales étaient remarquables. Elle était toujours sur le front. Elle a pris part à plusieurs associations », se souvient Rolande. 

Roosevelt et Magalie étaient des coéquipiers inséparables. Ils ne se quittaient presque plus depuis leur mariage il y a dix-neuf ans. Dans un premier temps, Roosevelt a dû quitter son pays pour se rendre aux côtés de sa tendre épouse aux États-Unis. Ils y ont passé 4 ans. « Au bout du compte, Camp-Perrin manquait beaucoup à mon père. Il a décidé de revenir. Son épouse l’a suivi. En revenant, ils ont construit ensemble le guest house "Villagio", rappelle Ashley Edma, fille de Roosevelt. 

Ashley n’a pu retenir ses larmes en évoquant son père. « Il était un père pour ses enfants mais aussi pour tout le monde. Il était le poto mitan de la famille. Il était bon envers tout le monde. Il aimait beaucoup sa communauté. Il était un rude travailleur. Il va me manquer énormément. Tout en lui me manquera », a soupiré la jeune dame, estimant que le couple va beaucoup manquer à la ville de Camp-Perrin.



Réagir à cet article