Assassinat de Jovenel Moïse : Ariel Henry ne veut pas que l’enquête se transforme en outil de persécution politique

Publié le 2021-08-10 | lenouvelliste.com

Le Premier ministre Ariel Henry a effectué une visite de courtoisie au quotidien Le Nouvelliste ce mardi 10 août 2021. À cette occasion, le chef du gouvernement a été questionné sur l’enquête autour de l’assassinat du président Moïse, notamment sur ses commentaires formuléa à radio Scoop FM quand il a dit ne pas croire en la culpabilité de certaines personnes contre qui des mandats avaient été décernés.

À l'occasion de son passage au Nouvelliste, le premier ministre Ariel Henry a tenu à clarifier sa pensée. « J'ignore ce qui se passe dans l’enquête. Je ne cherche pas à savoir. Mais je dis que je ne vais pas accepter un résultat qui ne soit pas vraisemblable. À chaque fois que j’aurai le sentiment que l’enquête est orientée dans un sens qui va la bloquer, je m’exprimerai. Quand j’ai pris la parole à Scoop FM, c’est parce que les choses qui m’ont été rapportées dans l’enquête sont invraisemblables », a-t-il expliqué.

« Je ne veux pas qu'on donne l’impression que l’enquête est utilisée à des fins de persécutions politiques. Ou que l’on choisisse de poursuivre seulement quelques personnalités. Je n’interviens pas dans l’enquête. La justice est indépendante. Mais je ne veux pas que l’on pose des actions ayant des allures de persécutions politiques, ou qui discréditent l’enquête », a-t-il poursuivi.

Le Premier ministre a assuré que son gouvernement assistera la justice haïtienne afin que l’enquête aboutisse. « C’est important pour moi que l’on retrouve les coupables et qu’ils soient traduits en justice. Le gouvernement va fournir tous les moyens au juge d’instruction afin qu’il puisse faire son travail. Nous avons demandé une entraide judiciaire à la communauté internationale, ce qui nous permettrait d’avoir tous les moyens pour rendre justice au président Jovenel Moïse et à sa famille », a fait savoir Ariel Henry. 



Réagir à cet article