Gonaïves : les fidèles catholiques protestent contre l’insécurité

L’ensemble des institutions catholiques aux Gonaïves ont gardé leurs portes fermées, jeudi 15 avril 2021, pour protester contre le phénomène d’insécurité qui sévit dans le pays. Conformément aux consignes de la Conférence des évêques et la Conférence haïtienne des religieux, d’une seule voix, les fidèles du diocèse se sont résolus à jouer leur partition dans l’éradication de ce mal qui ronge la société. 

Publié le 2021-04-16 | lenouvelliste.com

Les cloches des églises résonnent dans tous les coins. Il est midi. À la cathédrale des Gonaïves, une messe consacrée à la délivrance du pays qui est en proie à la misère et à l’insécurité grandissante se déroule dans la sérénité. Parmi les fidèles, des activistes politiques sont remarqués. Avec foi, visage crispé et chapelet en main, les fervents implorent le pardon du Tout-Puissant. Leur esprit se focalise notamment sur la libération des sept religieux enlevés dimanche dernier à Croix-des-Bouquets. « Pitit manman Mari pa janm pèdi batay ! », s'est écrié l’assemblée eucharistique.   

Dans son homélie, le diacre Wadson Vertilus a invité les fidèles à prier pour le respect de la dignité de tout un chacun. À l’instar du peuple d’Israël, a-t-il soutenu, le Créateur peut délivrer la population haïtienne. « Puisse Dieu changer le cœur de tous ceux qui sèment le deuil dans le pays. Puisse-t-il nous protéger ainsi que nos frères et sœurs qui sont pris en otage », a déclaré le diacre.  

Le vicaire paroissial, Sony Rosalva, de son côté, croit qu’il est temps de donner une nouvelle orientation au pays qui sombre peu à peu dans l’instabilité. Les citoyens n’ont pas été créés pour vivre dans la galère, a-t-il rappelé. « N ap tann yon repons pozitif ! Nou pa kapab ankò », s’est indigné le prêtre, les bras tendus vers le ciel. Le prélat encourage tous les croyants à accomplir leur devoir.   

Traversés par les discours motivants de leurs bergers et conscients du danger imminent qu'ils encourent, les fidèles catholiques se décident à mobiliser leurs ressources pour le renouveau de leurs communautés. Un pas vers la consolidation de l’Etat de droit. 

Les bandits ne chôment pas aux Gonaïves 

Les bandits volent et tuent comme bon leur semble dans la cité de l'indépendance. Le week-end écoulé, ils ont enlevé au moins une personne et tué, en plein jour, deux autres par balle. Dans plusieurs quartiers de la ville, des actes de braquage et de vol de motocyclette sont rapportés. Le soir, les rafales de balles deviennent monnaie courante. Dans le quartier populaire de Trou-Sable, les citoyens sont aux abois. Ils ne savent à quel saint se vouer. Dès la tombée de la nuit, des individus armés les rançonnent.

Le commissaire du gouvernement des Gonaïves, Me Sérard Gasius, s’est dit conscient de la situation et promet de tout faire pour pallier la situation. L'homme de loi appelle à la collaboration de la population pour des résultats efficaces. 



Réagir à cet article