Le premier Conseil des ministres de Claude Joseph

Nous publions ci-après dans son intégralité une note du ministre de la Culture et de la Communication, Pradel Henriquez, sur le 77e Conseil des ministres qui s'est déroulé sur la sécurité, au Palais national, le mercredi 14 avril 2021.

Publié le 2021-04-16 | lenouvelliste.com

Un tout premier Conseil des ministres s'est tenu dans l'après-midi du mercredi 14 avril 2021, au Palais national, suite à la démission du gouvernement dirigé par l'ex-Premier ministre Joseph Jouthe.

Il s'agit du 77e Conseil des ministres présidé par le chef de l'Etat, Son Excellence Jovenel Moïse, assisté du nouveau Premier ministre a.i. Claude Joseph. 

 À ce Conseil important qui a duré près de trois heures d'échanges sur la sécurité nationale, la sécurité du territoire et la sécurité des citoyennes et des citoyens, étaient présents tous les ministres.

Étaient aussi présents, bien entendu, les directeurs de cabinet du président de la République, les secrétaires généraux de la présidence et de la Primature, ainsi que les conseillers et des cadres techniques de la présidence.

Les deux exposés principaux, du chef de l'Etat et du nouveau Premier ministre a.i, ont porté sur la nécessité de rétablir l'ordre sur le territoire national et de poser des actions concrètes en matière de sécurité.

«Claude Joseph à ce poste n'est pas un cadeau», a martelé le président de la République, Son Excellence Jovenel Moïse, il s'agit plutôt d'un fardeau.

Le nouveau Premier ministre a.i. Claude Joseph entend donc répondre à son devoir en usant ou en interpelant des valeurs comme l'humilité, la fraternité, la solidarité en vue, comme le propose le chef de l'Etat, de s'engager dans la voie du dialogue qui permet de faire atterrir enfin ce climat de paix et de serennité souhaité par l'ensemble des couches sociales.

Les différents intervenants à ce 77e Conseil ont déploré une véritable dégradation de l'environnement sécuritaire de notre pays où des actes barbares de kidnapping et de violences de gangs armés  sont enregistrés ces derniers temps en particulier. 

La peur, les angoisses, les pleurs, les grincements de dents sont devenus ainsi le lot d'un peuple qui ne demande qu'à vivre en paix. Les valeurs morales sont mises à rude épreuve.

Hier encore, des enlèvements de pasteurs, de  prêtres catholiques et de religieux de toutes sortes, de femmes et d'hommes d'affaires paisibles et honnêtes ont pollué l'aire métropolitaine et continuent encore de faire souffrir des familles.

Le chef de l'Etat, engagé depuis quelque temps dans un dialogue systématique qui devra tôt ou tard  déboucher sur cette stabilité tant rêvée, demande sans équivoque tant au CSPN, Conseil supérieur de la police nationale, qu'aux autres institutions impliquées dans la sécurité, de tout faire, et ceci, sans délai, pour apporter les meilleures réponses claires possibles au fléau de l'insécurité et de la criminalité qui fait rage dans notre société.

Voilà donc désormais un vrai défi qui se pose à tous les responsables de ce pays , à tous les ministres, secrétaires d'Etat et directeurs généraux, qui se pose à nous toutes et tous,  à l'approche du référendum constitutionnel et des prochaines élections, défi qui se pose quotidiennement d'ailleurs si nous voulons amorcer au moins ce virage vers une amélioration de la qualité de vie des populations.

À ce Conseil des ministres, et une fois de plus, une fois de trop, l'ordre a été donné de rechercher et de retrouver les personnes kidnappées quel que soit l'endroit où elles se trouvent sur le sol national.  Puis de chatier les criminels, d'engager des poursuites judiciaires contre tous les auteurs des exactions et, finalement, de désarmer les gangs.

Fait à Port-au-Prince,
 le 15 avril 2021

Pradel HENRIQUEZ
Ministre

Auteur


Réagir à cet article