"Aide-toi, le ciel t'aidera"

Publié le 2021-04-09 | lenouvelliste.com

Cette semaine qui s’achève ramenait, le 7 avril, l’anniversaire de la disparition au Fort de Joux du précurseur de l’Indépendance haïtienne, Toussaint Louverture. Toussaint, qui a été gouverneur de Saint-Domingue, est celui qui a compris, avant les autres, que la géopolitique est essentielle dans le projet de créer et de protéger l’Etat haïtien. Il a été aussi avec les puissances étrangères, le maître du jeu, du double jeu, du jeu des alliances et des retournements au gré de l’évolution des rapports de force et des intérêts.

Depuis Toussaint, tous les chefs haïtiens ont fait ou ont tenté de faire pareil, avec des fortunes diverses.

Cette semaine qui s’achève est aussi celle où deux amis d’Haïti sont intervenus pour parler de la situation du pays. D’abord les Dominicains, dans un rare communiqué de leur ministère des Affaires étrangères, se sont prononcés ouvertement sur la crise haïtienne. Ensuite, le Core Group, dans un énième communiqué, a repris les éléments de langage du Conseil de sécurité de l’ONU et des pays qui suivent de près les péripéties de la crise haïtienne.

Si le président Jovenel Moïse a publié quelques messages sur Twitter qui donnent l’impression qu’il a lu les avis de ces pays amis, le reste de la société a fait profil bas.

Les inquiétudes ! On a dépassé ce stade en Haïti. Nous sommes à la phase des paris sur l’avenir dans un pays où les stratèges, dans tous les camps, ont disparu et où l’intérêt national ne veut plus rien dire. Ni la lecture lucide des rapports de force.

Il est évident que nous avons peu de chance pour que plus de problèmes ne submergent pas Haïti. Il est minime le pourcentage favorable pour qu’aboutissent parfaitement dans les huit mois qui viennent les projets de nouvelle constitution, de référendum et d’élections, tout à la fois, qui sont sur la table.

Alors qu’il n’y a que 1% de chance pour que le pays évite le scénario catastrophe en empruntant un chemin apaisé (dialogue, negotiation, ultimatum ou autres), il existe encore des esprits qui estiment qu’Haïti garde toutes ses chances pour se construire et trouver la paix grâce à une formule qui allie la contemplation du découragement et l’exaltation de l’inaction.

Masquer le texte cité

"Aide-toi, le ciel t’aidera”, dit un proverbe. Pour faire le miracle de la multiplication des pains, pour changer l’eau en vin, pour ressusciter Lazare, à chaque fois, même le Christ n’était pas parti de rien.

Même pour ressusciter dans la gloire pour les siècles et les siècles, Jesus a dû mourir sur la croix et connaître le tombeau.

Chacun devrait s’en souvenir ici, chaque matin. Il n’y aura pas de gains sans sacrifices et renoncements.



Réagir à cet article