La République dominicaine compte construire quatre hôpitaux en Haïti et vendre de l’énergie électrique à l’État haïtien 

Construction de quatre hôpitaux à Malpasse, Anse-à-Pitre, Belladère et Ouanaminthe, des villes frontalières, et vente d’énergie électrique à Haïti font partie des neuf points d’un accord conclu entre les autorités haïtiennes et dominicaines.

Publié le 2021-03-18 | lenouvelliste.com

Edwin Paraison, directeur exécutif de la Fondation Zile, et le professeur Joseph Harold Pierre ont été les invités de Kesner Pharel à l’émission « Grands rendez-vous économiques », dimanche 14 mars, sur radio télévision Métropole. L’accord signé entre Haïti et la République dominicaine a été, l’un des points abordés lors de cette émission. Si les autorités haïtiennes ne pipent mot sur cet accord, les deux invités ont pu obtenir quelques informations à travers des médias dominicains concernant ledit accord.

« C’est un accord qui compte neuf points. Il y a un point qui porte sur la construction de quatre hôpitaux dans les villes frontalières constituant les zones de passage officiel entre les deux pays. C’est la République dominicaine qui sera chargée de la construction de ces hôpitaux.  Il y a un autre point dans cet accord selon lequel la République dominicaine va fournir de l’énergie électrique à Haïti », a indiqué Edwin Paraison, directeur exécutif de la Fondation Zile. D’après le diplomate haïtien, ces deux projets ne sont pas nouveaux.

« Cela fait environ 20 ans depuis que l’idée de construire des hôpitaux en Haïti avait jailli. C’était sous la présidence de Hipólito Mejía. Ce projet n’a jamais pu être concrétisé. Maintenant, 20 ans après, l’actuel président de la République dominicaine, Luis Abinader revient avec cette idée. Il cherche à impliquer la communauté internationale. Je souhaite que ça va devienne une réalité cette fois-ci », a exprimé M. Paraison. En ce qui concerne la vente de d’énergie électrique à Haïti, le directeur exécutif de la Fondation Zile a révélé que des entrepreneurs dominicains à Perdenales avaient nourri cette idée depuis environ seize ans.

Edwin Paraison dit ne pas savoir comment la République dominicaine va procéder pour vendre à Haïti de l’énergie électrique. Pour le dirigeant de la Fondation Zile, le problème de l’énergie électrique n’est pas totalement résolu chez nos voisins dominicains. « Là où je vis en République dominicaine, il y a parfois des coupures d’électricité, a déclaré Edwin Paraison. Puisque les entrepreneurs dominicains n’avaient pas concrétisé leur projet de vendre de l’énergie électrique à Haïti dans les années 2003-2004, quelles sont les nouvelles données qui vont permettre à ce projet d’atterrir ? toutes les conditions seront–elles réunies du côté des Haïtiens, en termes de voies et moyens, pour respecter leur part du marché ? »

    

Dans un discours prononcé le 27 février écoulé, le président dominicain, Luis Abinader, a fait savoir qu’il y a déjà un terrain identifié à Ouanaminthe pour abriter le premier des quatre hôpitaux à construire dans le cadre de cet accord entre la République dominicaine et Haïti, a souligné Kesner Pharel, le présentateur vedette de l’émission « Grands rendez-vous économiques ». C’est un premier pas franchi, dit-il, dans le cadre dudit accord. En Haïti, les autorités font silence sur cet accord. Sur ce point, le directeur exécutif de la Fondation Zile a, toutefois, fait remarquer que les bâtiments qui devront loger les hôpitaux ne suffisent pas. Il a soulevé des interrogations sur les ressources humaines qui devront constituer le personnel médical et sur la situation politique en Haïti avec un gouvernement de facto. Toutefois, il sait que l’État haïtien peut se tourner vers les médecins formés à Cuba et en République dominicaine pour constituer le corps médical. 

Pour sa part, le professeur Joseph Harold Pierre a fait savoir que l’accord comprend des points importants. En ce sens, il a fait allusion à ceux relatifs à la question du commerce. « Haïti vise comme objectif le développement économique. Le commerce avec la République dominicaine peut s’avérer profitable à Haïti », a soutenu Joseph Harold Pierre. Pour le professeur, Haïti doit donc faire seulement ce qu’elle a à faire.

En ce qui concerne la vente de l’énergie électrique à Haïti, le professeur Joseph Harold Pierre croit que ce sera difficile pour la République dominicaine. « Les sources énergétiques dont dispose la République dominicaine ne vont pas l’aider à devenir un fournisseur d’énergie électrique à Haïti », a- t-il argué.  En outre, le professeur signale cependant que l’énergie électrique est accessible partout en République dominicaine, tout en reconnaissant le courant électrique n’est pas toujours disponible 24/24 dans toutes les zones.  

De l’avis du professeur Joseph Harold Pierre, la construction des hôpitaux dans les villes frontalières Malpasse, Ouanaminthe, Anse-à-Pitre et Belladère constitue une honte pour les élites haïtiennes, particulièrement l’élite politique.  Il a déploré l’écart entre les deux pays en ce qui concerne le personnel médical. « En Haïti, il y a deux médecins pour 1 500 personnes alors que la République dominicaine en compte entre 18 et 20 », a indiqué le professeur.

Les autres points de cet accord conclu entre Haïti et la République dominicaine restent dans le secret des autorités haïtiennes.     



Réagir à cet article