La « caravane changement » de Jovenel Moïse sur les terres du fantomatique ODVA…

Publié le 2017-03-30 | lenouvelliste.com

Le président Jovenel Moïse veut jouer sur un symbole. Le jour de la fête de l’Agriculture et du Travail, le 1er mai prochain, il lancera, « fidèle à ses promesses de campagne », la « caravane du changement ». La première étape de cette caravane, un « parc d’équipements lourds », sera l’Artibonite, a expliqué le chef de l’État lors d’un cocktail donné en l’honneur des designers et architectes impliqués dans l’organisation du carnaval des Cayes dimanche dernier. 287 km de canaux seront curés ainsi que 87 km de drains. Quelque 100 kilomètres de route agricole seront réparés, a détaillé Jovenel Moïse. Après l’Artibonite, le cap sera mis sur le Nord autour du mois d’octobre. Le grand Sud, à genoux après l’ouragan Matthew, devra attendre la fin de l’année 2017. À travers le pays, des rivières seront curées, des routes agricoles retapées. Avec nos maigres moyens, on doit faire beaucoup, mettre les 60 % de moins de trente ans de notre population au travail 24/24, a indiqué le président Jovenel Moïse, qui voit son action comme un plan Marshal pour Haïti. La caravane du changement rentrera le 6 février 2022, le dernier jour de son mandat. « Le ministère sera toujours là. N’oubliez pas, chose promise, chose due », a lancé le chef de l’État à son auditoire. Pour le moment, il n’est pas dans l’emphase sur l’institutionnel. L’Organisme de développement de la vallée de l’Artibonite, entité technique, a été « politisée », a souligné le président, qui veut rassembler des agriculteurs, des agronomes et d’anciens ministres dans son action pour l’Artibonite. Oui, mais... Youri Latortue, sénateur de l’Artibonite, a estimé que « c’est une bonne chose » que le chef de l’État ait aujourd’hui accordé de l’attention à l’ODVA auquel il doit donner un « booster ». Cette entité dévoyée de sa mission technique par des politiques mérite d’être requinquée, a appelé le sénateur Youri Latortue. Un budget conséquent. Des moyens logistiques et un personnel qui fait de l’encadrement technique en faveur d’agriculteurs de la vallée pour passer de 2 tonnes métriques à l’hectare à au moins 4, a indiqué Youri Latortue. Pendant longtemps, 90 % du budget de l’ODVA servaient à payer les salaires, a souligné le parlementaire. Par ailleurs, si Youri Latortue est encouragé par l’attention accordée à l’OVDA par le chef de l’Etat, il a une mise en garde. « Je suis contre lorsqu’une institution dépend du palais. Non seulement ce n’est pas ce que dit la loi mais au départ de ce régime, l’institution n’a plus le même budget qu’avant », a dit le sénateur Youri Latortue. « Je pense que le président doit tout faire pour le remettre dans un cadre institutionnel », a-t-il insisté, reconnaissant que l’ODVA a été dépecé « dechèpiye ». Des équipements tombent en panne et ne peuvent pas être réparés. En 2008, lorsque le Venezuela avait fait don de plus de 200 tracteurs à l’ODVA, dans certains cas, ils ont été confiés à des gens sur la base d’accointance politique avec l’assentiment du président Préval et du ministre d’alors, a déploré le sénateur Youri Latortue. Le journal a appris qu’une évaluation de l’ODVA a permis de savoir que cet organisme autonome compte, selon des données de fin 2016, 512 employés. Il y a 221 réguliers et 278 contractuels. L’inventaire réalisé par la direction des équipements électromécaniques de l’ODVA présente un ensemble d’équipements lourds et légers dont l’acquisition s’étend sur une longue période. Le parc automobile compte 213 engins lourds et cinquante-quatre véhicules légers. Parmi les équipements lourds, de manière nominale, il y a 171 tracteurs, 4 backhoe loaders, 4 graders, 4 dragues, 16 excavatrices, 4 Wheel loaders, 2 plateformes, 5 bulldozers, 1 trac loader, 1 compactor, 1 mini loader, 1 rouleau. Parmi les tracteurs, nos sources indiquent que 32 sont hors d’usage, 109 sont immobilisés et 30 sont non fonctionnels. En termes de ressources allouées à l’ODVA par le ministère de l’Agriculture, il y a des montants qui ne suivent pas nécessairement une logique budgétaire. Par exemple, pour l’exercice 2009-2019, le ministère a alloué 99, 708,000.14 gourdes à l’ODVA contre 3,540,632.00 de gourdes l’année suivante, soit 2010-2011. Pour l’exercice 2011-2012, l’allocation budgétaire a été de 30, 000,000.00 de gourdes et de 101, 087,206.00 gourdes en 2012-2013. Si l’année suivante l’affection a été de 65,446,300.00, 2014-2015 et 2015-2016 ont été respectivement de 4,952,000.00 gdes et de 13,017,039.57. Globalement, de 2009 à 2016, l’ODVA, hormis d’autres ressources provenant de travaux réalisés ou de financement d’organisations internationales, a reçu du ministère de l’Agriculture 317, 751, 178.31 gourdes, selon des informations de nos sources. Si l’on compte les autres sources de financement dont USAID, Oxfam, FAO, pour la même période, ce sont 416,652,354. 02 gourdes qui ont été injectées à l’ODVA. Détournement frauduleux, la pointe de l'iceberg «Je dois donner le bénéfice du doute au président Jovenel Moïse, même si, pour le moment, ses explications sur sa caravane de changement laissent beaucoup de zones d’ombre. J’espère qu’il ne commettera pas les erreurs de ses prédécesseurs qui ont souvent contourné les institutions pour plein de raisons. Puisque le chef de l’Etat a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille, il devrait avoir le courage d’exiger l’audit systémique du secteur, de Damien à l’ODVA afin de rompre avec les mauvaises pratiques, pénalisantes en bout de piste pour les agriculteurs et le pays. Très vite, on va voir si Jovenel Moïse sera adepte des petits projets de la présidence ou s'il sera un institutionnel », a expliqué un fin connaisseur du secteur agricole. Pour le moment, le président Jovenel Moïse n’a pas expliqué si l’État va faire l’acquisition de nouveaux équipements ni comment il mobilisera les équipements lourds pour lancer cette caravane de changement.


Réagir à cet article