Jimmy Jean-Félix ne renie rien

Jimmylogy: Somme

Publié le 2022-08-01 | lenouvelliste.com

On a toutes les peines du monde à s'arracher à l'écoute énivrante de ce CD, à son charme ensorcelant, comme à l'attraction orbitale, à la gravité d'une planète magique et musicale dont on est prisonnier.  on a des scrupules qui en retardent le compte rendu. Mais, à la fin, on se résigne à se jeter à l'eau.

Il existe des musiciens qui, au faîte de leur ambition, au bout de leur ascension et de l'échelle, refoulent honteusement leur passé, leur parcours et les jalons posés, avant d'atteindre leur objectif final.  Pas Jimmy Jean-Félix : il ne renie rien de son trajet d'artiste. Ce guitariste, avant d'aboutir à des compétences de jazzman moderne et d'arrangeur, a joué de la musique populaire haïtienne de danse urbaine et néo-folklorique, du rock et du funk, du jazz-rock. Il a écouté de la musique antillaise créole, de la musique africaine. Il nous propose une synthèse de toutes ces influences dans son CD « Jimmylogy » récemment sorti.

                                                                       Allure générale

L'auditeur et mélomane jouit en fait de treize compositions sur 15 pistes, dont huit (8) chansons et cinq (5) compositions instrumentales orientées vers le jazz, le funk et le rock, combinés souvent à des formes et rythmes haïtiens, latins et créoles, voire africains. La plupart des morceaux sont composés par Jimmy Jean-Félix qui les arrange également, à l'exception de « Milele » ( piste 9) dont le co-compositeur est Beethova et « Mèsi Bondye » arrangé dans une autre version que celle de Frantz Casséus. Jimmy Jean-Félix recourt à d'excellents paroliers comme Jean Winer Pascal, A. Patrick Augustin, Romel. A. Marseille, Beethova Obas, Alan Baptiste. Il a écrit lui-même les « lyrics » de trois chansons dont l'une en coopération avec Romel A. Marseille.

Le compositeur-arrangeur nous expose ses multi-talents de guitariste, claviériste, bassiste et chanteur ( vedette ou choriste ) . Des chanteurs et chanteuses en voix « lead » ou « background » lui prêtent leur concours sur ce CD. Que seraient les chansons sans l'agréable mêlée des choeurs féminins ou mixtes ! De belles voix et des voix affûtées pour animer les morceaux et conversés avec le chanteur ou la chanteuse principal.

La diversité des genres, formes et rythmes est manifeste, prégnante : funk, rock, jazz-rock, blues, jazz moderne et funky, R'N'B, s'alliant aux moules et rythmes de la musique folklorique haïtienne, latine, créole et antillaise ou africaine. Variété qui réjouit l'oreille.

Une prédominance de mélodies en mineur, parfois « bluesy » et « funky », cadrant bien avec les propos des chansons dénonçant la corruption, la délinquance et la dégradation sociopolitique, l'actualité de notre pays. Quatre compositions en majeur ou mélangeant les modes. 

Des commentaires improvisés ou en solos, ou préparés et arrangés pour développer les idées musicales des mélodies et de leurs harmonies. 

Des harmonies assez modernes et tendues sans être d'avant-garde. Elles sont magnifiques et très abordables pour les oreilles moyennes et communes.

De bons arrangements, intéressants, avec des « backgrounds » souvent touffus et foisonnants où s'entendent des suites d'accords de soutien - intermittents et ponctués aux bons endroits - plaqués et alternant parfois avec un arpège ( clavier et piano en particulier). Bons accompagnements en général. Présence de choeurs en arrière-plan, très animés. Reprises et riffs passagers. Ostinatos de la basse parfois.

Une instrumentation riche, véritable débauche, s'exprimant en des formules et combinaisons variées, selon les morceaux : guitare ( Jimmy Jean-Félix, Dener Céïde #12 ); basse ( Jimmy Jean-Félix); batterie ; keyboard; piano; orgue; Fender Rhodes; percussions et congas ; saxes ténor, soprano, alto ; trombone ; trompette ; flugelhorn ou bugle, flûte ; voix solistes accompagnées de choeurs ou non; un rappeur. Une pléthore d'instrumentistes et de participants, se relayant en fonction des pistes.

                                                               Présentation

15 pistes sur ce CD, dont une reprise en techno-mix au profit du rappeur : Warren Charleston et la dernière où Jimmy raconte la genèse du morceau « Pa Mêle ». Effectivement 13 compositions. Chaque morceau est précédé d'une introduction en ouverture et possède une conclusion très personnalisée, arrangée parfois. 

1- « Delko »- mélodie de Jimmy Jean-Félix avec un texte Subtil de Jean Winer Pascal, sorte de « Funk » et « R'N'B » avec une batterie énergique, une mélodie en mineur très « bluesy ». Introduite en scat avec support de guitare du chanteur qui entame un couplet. Il cède la place à la chanteuse Berthe Lamour, qui scatte également avant son couplet. Refrain : appels du chanteur, réponses du chœur. Background du piano et commentaire de guitare. La chanteuse chante le pont. Voix et choeurs sur le refrain. Commentaire final de la guitare: 4'31". Voix : Berthe Lamour. 

2- « Ede m rele », sorte de « Maskawon » ou « rabòday » tragique et poignant, chanté par Michèle Aupont. Il y a le saxophone alto de Charley Corczynski pour les contrechants et commentaires. Mélodie en mineur de Jimmy Jean-Félix et paroles de A. Patrick Augustin, simples et objectives. Le rendement de la chanteuse est déchirant : douleurs des entrailles 5'18 ".

3- « Rise-up ». En mineur et très funky avec les vents. Paroles et musique de Jimmy Jean-Félix. Intro spéciale: impression de mesure impaire. Eddy François chante par la suite, savoureusement, cette espèce de « Nago », ou « Dahomen». Un cri de conscience et d'alarme. Guitare saturée et rock, sur cet excellent « rasin »; choeur imposant. Conclusion reprenant l'intro, avec sa mesure d'allure asymétrique, 4' 55"

4- Instrumental. Jazz latin et calypso. Intro « funky ». Composition à multiples saveurs antillaises et créoles. Vents arrangés et solos de piano et de guitare. Au saxophone ténor, il y a Jake Hirsch. Morceau en Majeur 4' 55"

5- « Pa Mele ». En mineur. Un « Ibo » chanté par Jimmy avec choeur. Vents: Accents Funk. Solo de guitare saturée. « Pa Mêle » et « démele » , « Mele ».

6- « Time to go ». Une excellente contredanse de style sud-africain, avec basse évoquant un peu un tambour « guaguanco ". Choeur et voix soliste très sud-africains. Présence d'un balafon. Ah! Les belles harmonies du chœur féminin 3'59"...

7- « Sunday Brunch » Une excellente composition intrumentale, de style de jazz moderne et funk. Thème très large et élaboré. Intro. Une première partie en mineur, un pont en majeur. Solos enchanteurs: piano aérien dans une belle envolée. Breaks d'accords tendus. Belle variation à la guitare de Jimmy Jean-Félix 4'31"

8- « Eigheen-0-Four » ( 1804 ). En mineur. Vodou- jazz-rock, instrumental. Thème séduisant dans sa complexité. Rythme de « Mayi » national. Solos de guitare saturée et rock. Breaks à l'avantage de la batterie. Étourdissante chevauchée. « Fuzz » et « distorsion » du guitariste. Coda élaborée. 5':02"

9- « Milele ». Beau compas de Jimmy et de Beethova. Paroles de Beethova Obas. Chants des deux compositeurs. Piano et Sax soprano très swinguants. En mineur. 4':17"

10- « Rabòjazz », Superbe fusion des concepts du jazz et de notre « rabòday ». Bon piano. Belle envolée de guitare, Basse étonnante dans son « ostinato » puis libre et discrete. Le dessin servant au thème rappelle étrangement dans sa courbe « girl of Ipanema » de A.C. Jobim. C'est ingénieux, cette transposition d'intervalles manipulés. Influences. 4;27".

11- « Mesi Bondye » de Frantz Casséus. Excellent arrangement en funk-contredanse de ce thème presque traditionnel. Guitare enchantée et endiablé du leader. Choeur. Morceau en Mineur 4:52'

12-« Limit Zero » « Yanvalou » et « Mayi ». Chanté par Bélo. Texte difficile et diction pas trop claire du chanteur. Vents « Funky » Guitare « rock » Saturée, en support et solo. Belle mélodie et bons commentaires 4'; 27 "

13- « Petrocité ». Rabòday et Rara méringue populaire de type C: « démonte moulen » 4'37" ! 

Les voix dénoncent le  scandale « PétroCaribe », avec la guitare hurleuse et pliantive.

14- « Edem m rele »  techno Mix. C'est à l'avantage du rappeur Warren Charleston_4':51"

15- « Pa male ».  The Story 9''07". Histoire racontée par Jimmy Jean-Félix

                                                - Appréciations -

« Jimnylogy » est un album vertigineux.Très riche en verité. Il faut de la patience pour découvrir les détails de chaque morceau et en faire la synthèse. C'est difficile et épuisant, et il faut faire des choix. Les petits canevas et résumés de présentation sont loin d'être complets. Nous nous en excusons, nous avons fait de notre mieux et nous ne sommes pas musicologue. C'est regrettable.

L'arrangeur-compositeur- auteur- interpréte y a mis tout le paquet et toute sa science. Il a gagné son pari. Bravo Jimmy Jean-Félix!

C'est un album à se procurer absolument.

NB: Pour les crédits: se référer à la pochette 

                                                             

Roland Léonard  
Auteur


Réagir à cet article