Pénurie de carburant

La pénurie de gazoline persiste dans les stations, le marché de l’informel fleurit

Publié le 2022-06-27 | lenouvelliste.com

Il n’y a pas de pénurie de gazoline dans le pays. Depuis plusieurs semaines, le terminal pétrolier de Varreux alimente le marché de façon ininterrompue. Entre 130 et 170 camions-citernes remplis de produits pétroliers quittent le terminal régulièrement. Cependant, le précieux liquide, notamment la gazoline, n’arrive pas dans les stations d'essence. Le directeur général de Wineco, Georges Lebrun, qui gère le stock de Varreux, se questionne lui aussi sur la pénurie de gazoline dans les stations-service.

« A Varreux nous avons fait notre travail. Le carburant est livré quotidiennement sur le marché. En moyenne, entre 130 et 170 camions-citernes remplis de produits pétroliers quittent le terminal tous les jours », a informé au Nouvelliste le directeur général de Wineco, qui gère le stock de Varreux.

Comme tout le monde, Georges Lebrun a dit constater que la gazoline après avoir quitté le terminal n’arrive pas dans les stations-service.

Interrogé pour savoir si n’importe qui pouvait venir acheter du carburant à Varreux, M. Georges a fait remarquer que seules les compagnies pétrolières de la place sont les clients du terminal. Personne d’autre. Il est formel sur ce point.

Georges Lebrun a dit constater aussi parallèlement à cette situation de rareté de gazoline dans les pompes, qu'il n’y a pas de ralentissement dans le trafic de véhicules. Cela laisse croire, a-t-il dit, que si les gens ne s'approvisionnent pas dans les stations  d'essence ils le font quelque part d’autre…

En effet, le marché informel en produits pétroliers fleurit. À chaque coin de rue et à proximité même des stations d'essence le précieux liquide se vend à deux fois voire, même à trois fois le prix officiel. Le gallon de gazoline se vend entre 500 et 750 gourdes alors que le prix officiel à la pompe est de 250 gourdes.

Dans cette interview accordée au Nouvelliste, Georges Lebrun a souligné que les compagnies pétrolières commandent aussi de moins en moins de produits pétroliers de l’extérieur. « Le marché continue de consommer alors que le volume de commande diminue considérablement. La consommation quotidienne du pays en carburant se chiffre à environ 25 000 barils de produits pétroliers. Ce que nous ne livrons pas tous les jours », a expliqué l’opérateur pétrolier.

Pour le moment, le stock disponible au terminal pétrolier de Varreux, qui représente 70% de la capacité de stockage du pays, peut encore alimenter le marché pendant plusieurs jours en attendant un nouvel arrivage. Pour le lundi 27 juin 2022 avant livraison, Varreux disposait en stock 4 560 432 gallons de gazoline, 5 640 400 gallons de diesel et 890 650 gallons de kérosène.

Dans une interview accordée au Nouvelliste le lundi 20 juin dernier, le ministre du Commerce, Ricardin Saint-Jean, avait annoncé un ensemble de mesures pour faire face à cette pénurie de gazoline dans les stations-service.

« Nous allons recommencer à saisir les carburants en vente sur le marché informel. Nous allons aussi inviter les cinq compagnies pétrolières à des rencontres. La réalité est que le carburant est entré au pays, les stations-service placent des commandes, mais elles se plaignent de ne pas recevoir la quantité commandée. Nous allons rencontrer les compagnies pétrolières pour savoir de quoi il en est », annonçait le ministre du Commerce.

Comme troisième mesure, Ricardin Saint-Jean disait que son ministère allait exiger des compagnies pétrolières des informations sur les transporteurs de carburant. « Nous allons leur demander le numéro de la plaque d’immatriculation des transporteurs, le numéro de série, la quantité de carburant qu’ils transportent et à quelle station-service ils vont livrer les produits », prévenait le ministre comme mesure pour combattre l’approvisionnement du marché informel.

Une semaine après, rien n’a changé. Le terminal de Varreux continue d’approvisionner le marché, la pénurie de gazoline persiste dans les stations d'essence et le marché informel continue de se renforcer…



Réagir à cet article