Concours national de dissertation

Les lauréats de la deuxième édition du concours national de dissertation sont connus

Publié le 2021-10-05 | lenouvelliste.com

Les lauréats de la deuxième édition du concours national de dissertation sont enfin connus. Le jeudi 30 septembre 2021, le Centre Muse Haïti (CEMUH) de concert avec l’Université Quisqueya (UNIQ), Loop Haïti, la Police communautaire éducative (EDUPOL|PNH) et Eduvilaj ont organisé la cérémonie de proclamation des résultats à la salle CCC de l’Université Quisqueya, à Turgeau.

Organisé autour du thème « Insécurité  et Violation des droits humains en Haïti », les membres du jury de la deuxième édition du concours national de dissertation, messieurs Berthony Noël, président du jury, père Gilbert Peltrop, C.Ss.R, secrétaire, James Boyard, Jean Idonal Caze, Beaugat Hierard et madame Rosy Auguste Ducena ont dévoilé les lauréats lors de la cérémonie de la proclamation.

Wadlandjy Etienne élève du Collège pratique du Nord du Cap-Haïtien, est sorti premier lauréat national, Yzadora Lundy de l'école Congréganiste Sainte-Thérèse de Pétion-Ville, est sorti deuxième lauréate et Marie Claude Annie Aurélus du lycée Jacques 1er, Croix-des-Bouquets, est troisième lauréate.

« Je continuerai à demander à la jeunesse de se responsabiliser afin que nous puissions guérir les maux de ce pays.... toutes les formes d'insécurité et de violation à nos droits fondamentaux », a déclaré  Wadlandjy Etienne, jeune lauréat du concours national de dissertation. Wadlandjy a confié au Nouvelliste avoir reçu ce prix avec un sentiment de satisfaction et de bonheur. Une satisfaction qui, selon lui, va orienter ses réflexions sur la situation actuelle du pays notamment en ce qui concerne l’insécurité que la population vit actuellement. « En participant à ce concours, je découvre qu’il existe en Haïti des jeunes qui, par leur conséquence, ont la capacité de trouver des solutions  à la crise», s'est-il félicité. Visage imprégné de joie et de gaité, le lauréat a déclaré : « Le pays peut compter sur la jeunesse ».

Dans son allocution, le directeur général du Centre Muse Haïti, Carl Cangé, a souligné les faits marquants en rappelant la situation d'insécurité en Haïti, notamment dans la zone métropolitaine. Il a aussi évoqué la situation de la zone de Martissant où des gens se sont trouvés dans l'obligation de quitter leur résidence en raison des gangs qui opèrent dans la zone ;  la circulation reliant le grand Sud à Port-au-Prince, en passant par Martissant qui devient de plus en plus problématique.

Le responsable du Centre Muse Haïti a rappelé quelques éléments  retraçant l'histoire de la première édition de ce concours pendant la lutte contre la Covid-19.

Le représentant d'Eduvilaj et l'ancien ministre de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle, Nesmy Manigat, est intervenu via Zoom. En ouverture de son intervention, le ministre a déclaré : « Il faut transformer le temps libre des jeunes en temps éducatifs, c’est l’urgence de l’année académique 2021-2022. »

L’ancien numéro 1 du ministère de l’Éducation nationale a fait son intervention en quatre grands axes. Il a félicité le Centre Muse Haïti pour avoir pris  cette louable initiative, cet exercice de citoyenneté qui a mobilisé des jeunes du Nouveau Secondaire dans ce concours national de dissertation autour de ce thème évocateur «Insécurité et violation des droits humains». En soulignant les conséquences (pertes en vie humaines, traumatismes, etc.) de ce fait, qui gangrènent la société, il a aussi relaté son rôle d'encadreur de l’équipe du CEMUH dans le projet de Plaidoyer des jeunes pour la démocratie en Haïti rappelant les revendications ou messages des jeunes sur le plan des droits économiques, sociaux et culturels, en plus des droits politiques. « Des jeunes qui ont besoin de sécurité pour exercer paisiblement leur droit d’aller à l’école, d’apprendre un métier utile et d’avoir ou de créer leurs propres emplois ». Monsieur Manigat a rappelé l’intérêt de la mise en application de la loi sur la formation technique et professionnelle et le démarrage des filières techniques du Nouveau Secondaire, à travers notamment de nouveaux lycées techniques ».

Pour lui, les lauréats du concours ont démontré une fois de plus comment la jeunesse haïtienne est disponible pour les bonnes aventures quand on lui en offre des opportunités. « L’heure est aux idées, aux solutions et aux actions », a-t-il conclu.



Réagir à cet article