Vives émotions après l'assassinat de Jose Pablo Sylvain

Publié le 2021-09-10 | lenouvelliste.com

Les émotions sont toujours vives, ce vendredi, vingt-quatre heures après l’assassinat, par balle, de Jose Pablo Sylvain, dans son véhicule, à Santo 1, par des hommes armés. « Il était l’un des rares entrepreneurs de la République d’Haïti à croire et investir dans l’agriculture », a écrit sur sa page Facebook Savannah Savary, écrivaine, responsable de la fondation Savary.

« Citoyen ayant son pays à cœur, assez courageux  et déterminé pour continuer à se battre et planter plus de 300 carreaux en mangues Francique à Gros-Morne, dans le département de l’Artibonite », a témoigné Savannah Savary.

« Premier exportateur de mangues en Haïti, visionnaire et progressiste, brillant dans son domaine d’expertise, Jose œuvrait pour la création de richesses pour le paysan et l’autosuffisance alimentaire qui seule consacre un pays indépendant », a-t-elle poursuivi, soulignant qu’Haïti a perdu «yon potorik gason, un homme vertical ». « La Fondation Savary pour Ayiti pleure son départ brutal et prématuré, présente ses sympathies à sa famille, ses proches, amis, collaborateurs. Adieu Jose Pablo Sylvain. Tu as mérité de la patrie. Va vers la Lumière », a conclu Mme Savary.

« Je crois que le pays est livré aux bandits. La nouvelle de l’assassinat de Pablo nous plonge dans une immense tristesse. Pablo était l’une des personnes qui croyait que l’agriculture était l’un des leviers pour réduire la pauvreté. Malgré les difficultés, il prenait des initiatives, il faisait de nouveaux investissements dans le secteur », a confié au Nouvelliste l’ingénieur-Agronome Eric Balthazar, président de la CHAGA. « Nous présentons nos sympathies à sa famille, ses collaborateurs, à l’association nationale des exportateurs de mangues dont Jose Pablo Sylvain était le président. L’industrie de la mangue a pris un gros coup », a dit Eric Balthazar.

« ‘Que c'est triste ! On s'est connus au Collège Canado! Lumière José ! Justice Seigneur ! », a réagi l’écrivain Gaétan Mentor au post de Savannah Savary.                     

« Haïti vient de perdre l'un des rares qui tenaient vivante la flamme de l'espoir d'une Haïti autosuffisante en nourriture », a commenté pour sa part l’ingénieur Clément Bélizaire. Le souvenir que garde M. Bélizaire de Jose Pablo Sylvain est celui d’un rude travailleur, comme son père l’a été.

Jose Pablo Sylvain, vice-président de l’Association nationale des propriétaires de stations-service (Anapross) et président de l’association nationale des exportateurs de mangue (ANEM), a été prise en sandwich par deux véhicules avant que deux hommes armés ne le crible de balles, a confié au Nouvelliste le président de l’Anapross, Marc Antoine Deriphonse qui se dit éprouvé par tous ces assassinats de pères, de mères, de sœurs, et particulièrement par l’assassinat de M.Sylvain. « Il avait une valeur énorme. C’est quelqu’un qui croyait dans son pays, dans l’agriculture. Il croyait dans le potentiel agricole du pays. Il avait l’opportunité de faire ces investissements à l’étranger mais par amour pour son pays, il avait décidé de rester ici. Malheureusement c’est ce qui lui est arrivé », a expliqué Marc Antoine Deriphonse. « M Sylvain était un homme dynamique, ouvert qui avait une seule aspiration : l’avancement de ce pays. Un rêve : un lendemain meilleur », a confié Marc Antoine Deriphonse.



Réagir à cet article