Nouvelle journée de terreur à Port-au-Prince imposée par les gangs armés

Publié le 2021-09-02 | lenouvelliste.com

Au centre-ville de Port-au-Prince, dans la commune de la Croix-des-Bouquets et sur la route nationale numéro 2 à Fontamara et à Martissant, la tension a atteint son paroxysme ce jeudi 2 septembre. Tirs nourris d'armes automatiques, barricades de pneus enflammés, véhicules mis en travers de la route, axes routiers bloqués... Un commerçant a été tué par balle à la rue Pavée.

Selon des observateurs, se serait en représailles à la mort du numéro deux du gang « Krache dife », tué par la police, que des hommes armés ont semé la terreur dans plusieurs zones au bas de la ville jeudi matin. Face aux détonations, pris de panique, des employés de banques situées en ville ont lancé des appels de détresse.

« Le numéro deux du gang de “Krache dife”, connu sous le nom de “Manino”, alias “Gwos Wòch” auteur de plusieurs actes de banditisme, dont assassinats, viols, vols à main armée et incendies, a été mortellement touché dans des échanges de tirs avec la police », selon un rapport de la police nationale.

Les membres de gang ont envahi des zones à Port-au-Prince comme la rue Pavée, Wart Jérémie, Portail Saint-Joseph, entre autres. 

Sylfonet Maxi, 62 ans, un commerçant qui est installé au bas de la ville depuis plus de 45 ans, a été tué par les balles assassines du gang « Krache dife » à la rue Pavée. « Avant de quitter la maison ce matin, Je lui ai dit d'être prudent parce que l'insécurité fait rage dans les rues. Au moment des tirs, il s'est abrité derrière un poteau, mais il a été atteint d'un projectile au premier coup... », lance en pleurs Rita Vilcéus Maxi, l'épouse de la victime au micro de radio Kiskeya qui s'est rendue sur les lieux après le drame.  « Je ne t'oublierai jamais mon mari. Depuis plus de 45 ans il vend des vêtements dans cette zone », lâche la dame inconsolable.

Après une trêve de plusieurs semaines, la route nationale numéro 2, à Martissant et à Fontamara, renoue ce jeudi avec ses anciennes habitudes. Pendant pratiquement toute la journée du jeudi 2 septembre, la circulation sur cet important axe routier a été paralysée.

Selon ce qu'ont fait savoir au Nouvelliste des habitants de Fontamara, des gens de la zone ont bloqué la route nationale numéro 2 pour protester contre des cas de kidnapping enregistrés ces derniers jours à Martissant. Ils évoquent le cas du directeur départemental du Sud-Est du ministère des Travaux publics, Transports et Communications (MTPTC), Gilbert Bazile, et de son chauffeur, Ernst Mentor, qui ont été enlevés mercredi à Martissant.

Par ailleurs, dans la commune de la Croix-des-Bouquets, le gang « 400 Mawozo » ne se donne aucune limite. Ce groupe armé kidnappe, cambriole et rançonne les habitants de la commune de l'aire métropolitaine. Il opère en toute quiétude.



Réagir à cet article