Parti politique

Les 20 chantiers de l’offre politique du Parti « En Avant » présentés à New York

Construction d’un État fort qui favorise une économie forte et prospère tout en promouvant la justice sociale, l’éducation, la santé, la démocratie, l’intégration des jeunes et la diaspora… tels sont, entre autres, les grands axes des 20 chantiers de l’offre politique du Parti En Avant. A l’amphithéâtre « The SPACE at Westburry » à New York, dimanche dernier, beaucoup de compatriotes ont fait le déplacement pour écouter les leaders de ce parti politique, dont l’ancien député Jerry Tardieu, présenter leurs projets pour Haïti.

Publié le 2021-08-31 | lenouvelliste.com

Entrepreneurs, professionnels, personnalités culturelles, retraités, étudiants ou simples compatriotes résidant à New York ont suivi avec attention la présentation des 20 chantiers de l’offre politique du Parti « En Avant ». Une occasion pour les responsables de cette organisation politique d’implanter officiellement une coordination du parti dans cet État américain. Les principaux leaders du mouvement En Avant de la diaspora à New York ont pris la parole pour exposer la vision, la philosophie, les valeurs du mouvement.

Le Dr Florénal Joseph, coordonnateur de En Avant à New York, a souligné que le parti est un nouveau mouvement politique qui ambitionne de mettre en selle d’autres leaders et d’autres idées.

Le Dr Florénal s’est félicité de la qualité des hommes et femmes qui ont accepté de représenter le mouvement En Avant ainsi que ses valeurs dans divers États aux Etats-Unis et dans d’autres pays. Il a mis l’emphase sur le travail de Saint-Jean Joseph à Paris, de Guy Boccicaut au Connecticut, Jocelyn David à Miami, Fallone Francœur à Montréal, Alain Ménélas à Boston, Gaetjens Télusma en République dominicaine, Talia Jeanty à Atlanta, Réginald Siméon à New York..., entre autres.

De son côté, le  coordonnateur de En Avant à  Boston, Alain Menelas, a souligné que les 20 combats du parti sont les 20 chantiers de l’espoir et « le véritable projet national qu’attend Haïti ». Diplômé de Harvard University, Alain Menelas a rappelé que le mouvement En Avant repose en grande partie sur trois secteurs importants de la vie nationale. Il s'agit de « la jeunesse, les femmes et la diaspora ».  

Jerry Tardieu, coordonnateur national du mouvement En Avant qui avait fait le déplacement en la circonstance, a été chaleureusement accueilli par le public avec un standing ovation.  Dans son intervention, l’ancien député de Pétion-Ville a mis l’accent sur la vision et les projets du parti pour la diaspora, ainsi que sa compréhension du rôle de la diaspora après le tremblement de terre qui a ravagé le grand Sud d’Haïti.

Selon M. Tardieu, En Avant a pris note de l’insatisfaction grandissante de la diaspora relative à l’utilisation faite du 1.50 dollar   américain retenu sur chaque transfert d’argent de l’étranger vers Haïti. « La diaspora paye 1.50 dollar américain sur chaque opération de transfert, générant ainsi 30 millions de dollars américains par année à l’État haïtien », a-t-il souligné.

« Aujourd’hui, cet argent est théoriquement versé par les maisons de transfert à la BRH pour le compte du Fonds national de l’éducation (FNE). Malheureusement le grand public estime n’être pas assez tenu informé de l’utilisation de ce fonds, ce qui alimente la méfiance et la grogne de la diaspora », a-t-il ajouté. 

« Dans le cadre des grands projets de En avant au bénéfice de la diaspora, une fois arrivé au pouvoir, le mouvement En Avant se propose d’utiliser ces cashflows réguliers de 30 millions de dollars américains pour une opération de leverage (levée de fonds) de 150 millions de dollars américains à travers l’émission de bons offrant des taux attractifs », a annoncé Jerry Tardieu.

Selon l’ancien parlementaire, ce montant permettrait de construire 5 grandes universités régionales, 20 écoles professionnelles et techniques et 10 lycées de référence. « La grande innovation sera la mise en place d’une structure tripartite de gestion incluant des personnalités de la diaspora, la Banque de la République d'Haïti (BRH) et le gouvernement », a-t-il affirmé.

Le député Tardieu a précisé que les  « batailles de En Avant pour la diaspora incluent aussi la bataille pour une nouvelle loi sur la nationalité, la bataille pour le droit de vote à l’étranger (Constitution et loi électorale), la bataille pour les incitations fiscales pour les membres de la diaspora qui investissent en Haïti, la bataille pour une utilisation transparente du prélèvement de  1.50/dollar américain sur chaque transfert, la bataille pour le droit de concourir aux joutes électorales (être candidat aux élections nationales), la bataille pour participer activement à la nomination du ministre des Haïtiens vivant à l’étranger (MHAVE) ».

Pour nos compatriotes à l’étranger, notamment aux Etats-Unis, les années passent mais leurs revendications demeurent les mêmes. Parmi ces revendications, figure leur intégration pleine et entière dans la vie politique de leur pays, Haïti. Ils ont profité de la présence de Le Nouvelliste à New York pour continuer à plaider en faveur de l’adoption de lois qui leur permettront de bénéficier des mêmes droits que ceux de leurs compatriotes haïtiens qui vivent au bercail.



Réagir à cet article