Gessica Généus à Cannes : « J’ai osé croire que c’était possible »

Publié le 2021-07-13 | lenouvelliste.com

Le Festival de Cannes s’est ouvert ce mardi 6 juillet 2021. Et pendant les onze prochains jours, cette grande-messe du 7ème art international qui n’avait pas pu se tenir l’an dernier en raison de la pandémie de COVID-19, présentera dans sa sélection officielle 135 longs métrages, dont 24 sont en lice pour la Palme d’or. Dans cette sélection officielle, catégorie « Un certain regard » on retrouve Freda, réalisé par Gessica Généus. 

À Cannes pour le coup d’envoi du festival, Gessica Généus ne cache pas son excitation. C’est un moment intense de la carrière de celle qu’Haïti a vu naître et grandir. « Cannes, c’est ce dont rêvent tous les réalisateurs à travers le monde. Être là cela veut dire que j’avais osé rêvé. Cela n’a pas de prix. Il n’y a pas de mot pour expliquer ce que je ressens. C’est  vraiment un moment magique », nous confie-t-elle avant d’aller assister à la projection de « Annette de Leos Carax qui ouvre le Festival de Cannes cette année.  

La dernière fois que Gessica était à Cannes, c’était en 2012, à la fin de ses études en cinéma à Paris. « À l’école, on avait réalisé un court métrage, et ce film était dans le Short Film Corner à Cannes. Ce n’est pas une sélection prestigieuse parce que n’importe qui peut avoir son film là-bas et en général ce sont les étudiants qui ont les leurs. D’ailleurs, le jour de la projection de ce court métrage, il n’y avait que des étudiants de ma promotion dans la salle et personne d’autre !  Mais on était content. On était entre nous et c’était une belle façon de terminer nos études en cinéma », raconte celle qui à l’époque s’est promis de revenir.  

Ce petit moment aura même pour effet de booster la motivation de la réalisatrice qui avait découvert le festival, il y a à peu près 14 ans, quand un ami lui avait ramené un livre qui célébrait les 60 ans du festival. « J’avais trouvé que c’était un festival merveilleux, que c’était accessible et que cela accueillait les films du monde entier. J’avais la sensation que c’était possible pour moi d’oser rêver, d’oser croire que ce serait peut-être possible un jour d’être là, puisque c’est un festival qui ouvre ses portes à plus de 2000 films qui viennent du monde entier. Même si parmi ces 2000 films, c’était presque improbable d’y être, je me disais que je pouvais me permettre d’y croire que j’allais travailler comme un forcené pour qu’un jour cela arrive. Et grâce à la vie, j’ai rencontré les bonnes personnes sur mon chemin qui ont permis à ce rêve d’exister ».

Chose dite, chose faite. Cette actrice qui avait fait un carton sur nos écrans dans des longs métrages haïtiens dont Barikad et Cousines réalisés par Richard Sénécal, fait son entrée à Cannes en 2021 avec Freda, un film qui parle d’Haïti. Une réalisation qui tient de l’exploit si on tient compte de l’état moribond du cinéma national. 

Notons que quatre des acteurs de Freda, ce film produit principalement par SaNoSi Productions, Ayizan Production et Merveilles Production, ont pu faire le déplacement pour la projection du film qui aura lieu le 14 juillet 2021. « Ils vont me rejoindre à Cannes ce vendredi 9 juillet et ensemble on va vivre ce moment exceptionnel », promet la réalisatrice.



Réagir à cet article