Courant à tout prix, le pari de Jovenel Moïse 

Sous Jovenel Moïse, l’Etat, quitte à laisser filer le déficit public, investit des centaines de millions de dollars en installations électriques et subventions à l’Electricité d'Haïti (ED'H), une institution « en lambeau ». Mais la priorité est ailleurs. « Pour demander aux gens de payer le courant, il faut donner le courant régulièrement », soutient le Dg de l’Autorité nationale de régulation du secteur de l’énergie (ANARSE), le Dr Evenson Calixte, éminence grise du président Moïse. Alors l’Etat donne le courant à tout prix.

Publié le 2021-05-07 | lenouvelliste.com

Le directeur général de l’ANARSE, le Dr Evenson Calixte, ne fait pas de mystère sur la philosophie derrière le « projet courant 24/24-7/7-partout » du président Jovenel Moïse. « Pour demander aux gens de payer le courant, il faut donner le courant régulièrement », a-t-il cadré, en interview à la matinale de Magik-9 (100.9 fm), mardi 4 mai 2021. « L’ED’H vend un produit qui s’appelle kwh. Les gens en ont besoin. N’allez pas raconter aux gens que vous ne pouvez pas leur donner ce kilowatt/h parce que vous mettez de l’ordre », a-t-il affirmé.

Le DG de l’ANARSE, volontariste, favorable aux investissements publics dans la production, le transport et la distribution de courant, a cependant reconnu que « l’ED’H est en lambeau », avec une faible capacité de recouvrement. « Pour s’en sortir, c’est simple. Il faut s’assurer que l’ED’H soit capable de collecter ses revenus pour financer ses coûts de production »,a dit Dr Evenson Calixte, soulignant « qu’il y a des efforts à l’ED’h au niveau de la commercialisation ».

Par rapport aux préoccupations que des investissements publics et des subventions publiques à l’ED’H -- entre 100 et 200 millions de dollars par an depuis plus d’une décennie -- n’aggravent pas le financement monétaire du déficit public ayant un impact quasi mécanique sur le change et l’inflation, Dr Evenson Calixte, mollement, a affirmé « qu’il ne dit pas qu’il faut rester dans ce schéma ».

Mais Dr Calixte ne renie pas pour autant ses certitudes. « Personne ne peut me faire croire que financer un secteur porteur pour l’économie comme l’électricité soit une mauvaise chose pour l’économie (…) Il n’y a aucune possibilité de développer le pays sans courant électrique… Je fais des investissements intelligents pour mettre de l’électricité dans le pays. Je vous donne la garantie que cela va stimuler les activités économique », a expliqué le directeur de l’ANARSE qui met en avant les effets bénéfiques  observés des agglomérations urbaines. 

A Dondon, dans le Nord, 18 heures de courant sur 24, a encouragé les gens à s’adonner à des activités. On y fait de la « glace, des ti Carole ». La mairie pourra percevoir des taxes sur les activités économiques, a soutenu Dr Evenson Calixte qui encense son boss, le président Jovenel Moïse. « C’est la première fois, à l’intérieur d’un mandat présidentiel, que nous avons une production de  90 mégawatt/h avec du gaz naturel, une énergie propre et à coût abordable », a-t-il soutenu.

Dr Calixte annonce que dans quatre semaines, début juin, 60 mégawatt/h, disponibles en tout temps, provenant de la centrale thermique de Carrefour, seront disponibles pour alimenter la zone métropolitaine qui dispose, mardi 4 mai de 81 mégawatts dont 30 mégawatts/h de la centrale hydroélectrique de Péligre. Cette puissance proviendra de cette centrale dont deux turbines de 37 mégawatt/h chacune fonctionnent au gaz naturel, au propane et au diesel.  A la fin de l’année, une troisième turbine sera installée, a poursuivi Dr Evenson Calixte. 

Dans le projet de la centrale de Carrefour, il est prévu 30 mégawatts de plus, en addition aux 90 mégawatts, a-t-il expliqué, intarissable sur les avantages de cette nouvelle centrale construite par General Electric (GE) pour un montant de 57 millions de dollars. Pour les 60 mégawatts bientôt disponibles, il faut compter près d’un million de dollar par mégawatt/h, a expliqué Evenson Calixte. 

L’autre avantage, a-t-il dit, est le coût du gaz naturel qui a baissé par rapport au propane. Le gaz naturel (LNG) coûte 9 dollars par 1 million de BTU et le propane entre 11 et 12  dollars 1 millions de BTU. Le coût du LNG a baissé sous l’impulsion des Etats-Unis, grand exportateur de gaz naturel, qui ont encouragé leurs entreprises à s’ouvrir à la Caraïbe. 

Entre-temps, le personnel sera formé avant de passer la gestion de la centrale à son propriétaire, l’ED’h, a expliqué Dr Evenson Calixte qui met également en avant les investissements effectués pour moderniser le réseau électrique grâce à des fonds du prêt de 150 millions de dollars obtenu de Taïwan. Au niveau de la zone métropolitaine, 9 des 10 sous-stations sont en réparation, a indiqué Dr Calixte. Interrogé sur la disponibilité de puissance nominale au niveau de la zone métropolitaine depuis l’arrivée de Jovenel Moïse en 2017 à 2021, Dr Calixte a indiqué que nous sommes très en deçà des 600 mégawatt/h. En 2017, cette puissance était entre 90 et 110 mégawatt/h contre 145 mégawatt/h en 2021, a-t-il expliqué, estimant que les efforts pour combler les retards du pays en matière de courant électrique s’imposeront à la prochaine administration. Entre-temps, la république dominicaine a plus de 3000 mégawatt/h.



Réagir à cet article