Administration Moïse-Céant/ MAST/ Installation

Marie Elise Brisson Gélin installée au ministre des Affaires sociales et du Travail

La nouvelle ministre des Affaires sociales et du Travail, Marie Elise Brisson Gelin, a pris fonction officiellement le mardi 18 septembre 2018. Intronisée à ses fonctions, la 94e titulaire du MAST a promis de contribuer effectivement à l’amélioration des conditions socioéconomiques des jeunes, des femmes, des marchandes et enfants en mal de vivre.

Publié le 2018-09-19 | Le Nouvelliste

Cette cérémonie a réuni plus d’une cinquantaine de personnes, dont l’ex-ministre du MAST, Stéphanie Auguste, des cadres du ministère, des parlementaires et d’autres personnalités de la société civile. Dans ses propos de circonstances, la ministre Marie Elise Brisson Gélin a remercié Dieu, puis le président de la République, Jovenel Moïse, et le Premier ministre Jean-Henry Céant pour la confiance qu’ils lui ont témoignée en faisant d’elle la 94e titulaire de cette institution, l’une des plus vieilles de l’État où 93 femmes et hommes se sont succédé; du ministre Louis Prophète en 1924, date de la fondation de ce ministère, dénommé alors département du Travail, à son prédécesseur, Stéphanie Auguste, qu’elle a salué et remercié.

D’après Marie Elise Brisson Gelin, être ministre en Haïti en cette année 2018, notamment ministre des Affaires sociales et du Travail, est une lourde tâche qui se révélera un vrai parcours du combattant. «En acceptant ce poste, je me suis engagée à servir, car consciente des responsabilités qui vont être les miennes et des sacrifices que je me dois de consentir pour contribuer effectivement à l’amélioration des conditions socioéconomiques de cette population, de ces jeunes, de ces femmes, ces marchandes et ces enfants en mal de vivre», dit-elle, ajoutant qu’elle lui serait indispensable de marcher dans les pas de la loi organique du 4 novembre 1983 du MAST faisant obligation de définir la politique sociale du gouvernement, d’assurer la protection des travailleurs, d’établir sur une base nationale un régime approprié de sécurité sociale, de mener la lutte contre la faim, la malnutrition, le chômage et le paupérisme, de renforcer l’assistance sociale tant au niveau public qu'au niveau privé, d’accorder une protection particulière à la femme, à l’enfant, au vieillard et aux handicapés.

«Au-delà de tout cela, la vision politique du chef de l’État sera le fer de lance de mes actions qui aussi se conformeront à la déclaration de politique générale du chef du gouvernement, notamment les points 24, 25 et 26 qui résument de manière claire et précise la mission de ce ministère dont j’ai désormais la charge. Je m’engage à être pratique et à poser des actions concrètes qui sauront prendre en compte la situation miséreuse et délinquante des enfants, la tragédie des marchandes et marchands, commerçantes et commerçants, victimes trop souvent des incendies des marchés publics, des parents perplexes quant à l’avenir de leur progéniture. Une responsabilité énorme, certes, mais que j’assume avec volonté et détermination», a-t-elle ajouté.

Amos Cincir
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article