Jacmel | Poésie

Quand Maurice Cadet erre en canailles

Publié le 2018-08-01 | lenouvelliste.com

Au milieu des nombreux bijoux littéraires du poète et essayiste Maurice Cadet crèche l’une de ses précieuses œuvres titrée « Errances canailles ». Cet auteur haïtien, natif de Jacmel, qui a passé le plus clair de son temps au Canada, n’a pas cessé de gâter ses fidèles lecteurs avec ses textes. Plus de quinze titres publiés au Québec, dont « Turbulence », « Haute dissidence », « L’Illusoire éternité de l’été », « Soleil levé », « Tambour battant ». Les femmes, l’identité et l’amour sont ses principaux thèmes de prédilection, surtout le dernier qu’il semble traiter à fond dans « Errances Canailles ».

« L’amour. Parfois splendides ébats. Parfois gambades canailles. Au quotidien, petite musique de chambre d’un sommier bavard. Une grinçante ballade. À la fin de l’envoi, le métal berce encore les corps. La raucité des vieux ressorts. Vrille jusqu’au céleste bleu », telles sont les pépites littéraires à délecter à petites gorgées dans le premier texte de cet ouvrage d’environ 50 pages. « Liminaire » peut-on lire comme titre de ce premier fragment.

Le poète chante l’amour, tout en se livrant au passage à ses lecteurs. Ses déboires, son profond désir d’unir deux êtres épris l’un de l’autre (Au début de mon histoire), l’expression d’une enfance manquée et d’une virilité ratée [Et ma jeune virilité en jachère], remplissent les pages de ses « Errances en canailles ».

Les « Koze damou » retrouvés à la fin de l’ouvrage témoignent eux aussi de

cette fièvre qu’a l’auteur de parler d’amour et d’en faire vivre ses lecteurs. L’excellent choix des mots, accordé aisément avec le style authentique de l’auteur pour s’exprimer dans le vernaculaire haïtien, confère à l’ouvrage tout l’aspect poétique que Maurice Cadet désire partager dans ses pages.

Maurice Cadet : Quand l’auteur erre en canailles, il le fait à merveille. Fouinez donc dans les pages de « Errances canailles » pour avoir une idée plus nette.

Darline Honoré darlinehonore1324@gmail.com
Auteur


Réagir à cet article