Quand le FC Metz se met au service du foot féminin

Une délégation d’experts du prestigieux club français FC Metz, qui travaille avec la FHF sur un projet de partenariat, en vue d' accompagner le football féminin, séjourne à Port-au-Prince depuis le lundi 10 octobre. Aux dires du Dr Jean-Bart, ils sont venus renforcer l’objectif de la FHF qui est de devenir un « un grand du football féminin ». Coup de projecteurs sur le foot féminin haïtien !

Publié le 2016-10-10 | lenouvelliste.com

Qu’est qui est arrivé au programme d’Indiana ? À cette question, le président de la Fédération haïtienne de football (FHF), sans langue de bois, répond de la façon suivante : « Le programme d’Indiana, dans sa forme initiale, a été arrêté pour deux raisons », a-t-il dit en substance. Evoquant ces deux raisons, il a fait savoir très clairement : « Le consulat des USA nous a fait remarquer que le visa de visiteur n’habilitait pas nos jeunes à rester si longtemps aux USA. Par ailleurs, certaines de nos filles ont eu leur visa de touriste annulé pour « over stay ». Ainsi, nous avons compris l’aspect légal et nous essayons de faire réactiver les visas de nos jeunes … tout en essayant désormais d’appliquer pour le visa approprié pour celles qui sont encore éligibles. La deuxième raison est que le ministère des Sports qui garantissait une subvention mensuelle a arrêté dès la deuxième année. Il nous était difficile de faire souffrir les filles autant, même si on avait décidé de périodes plus courtes de stage pour respecter les lois américaines… mais nous continuons heureusement à bénéficier de l’expertise bénévole du coach Sheik Borkowski et de son staff qui nous accompagnent dans ces stages plus courts avant les tournois internationaux ». Des experts du FC Metz en Haïti « Comme pour renforcer notre programme féminin, nous avons invité et nous recevons cette semaine une délégation d’experts du prestigieux club français FC Metz qui travaille avec nous sur un projet de partenariat pour nous accompagner dans nos efforts d’amener nos filles vers le haut niveau. L’ambassade de France encourage ce projet qui devrait créer en Haïti un environnement technique plus compétent pour nos filles. Dès lors, nous nous rapprocherons plus de notre objectif qui est de devenir un « grand du football féminin », et déjà, nous surclassons tous les pays de la Caraïbe », a fait savoir Dadou. 25 académies fédérales sous peu en Haïti À cela, il a ajouté très fièrement : « Nous dominons l’Amérique centrale. Nous talonnons les mastodontes canadien et mexicain. C’est d’ailleurs pour cela que nous lançons, sous peu, 25 académies fédérales dans tout le pays. Ce faisant, nous aurons à recevoir 25 garçons et 25 filles de 8 à 12 ans pour une bonne initiation avant que les meilleurs commencent leur préformation à l’académie Camp Nous », dixit Yves Jean-Bart en guise de conclusion. Le foot féminin haïtien bien loti à l’étranger La semaine dernière, Roselord Borgella a paraphé un bail de deux ans en faveur d’un club évoluant dans la lucrative ligue féminine sud-coréenne. De son côté, Nérilia Mondésir devrait, en principe, signer un contrat de 5 ans avec Montpelier (France). Si l’on se fie aux informations du docteur du football, Soveline Beaubrun et Nérilia Mondésir avaient reçu une offre ferme venant de la Corée du Sud, mais vu qu’elles sont encore jeunes et qu’on veut privilégier la filière française, on a dû renoncer à cette offre. Signalons que les experts du FC Metz, qui ont foulé le sol haïtien le lundi 10 octobre afin d’apporter leur expertise au football féminin haïtien, quitteront Port-au-Prince à destination de Paris, le 14 du même mois.


Réagir à cet article