Harper invité à rectifier les relations entre Haïti et le Canada

Publié le 2006-02-24 | lenouvelliste.com

L'ancien ministre haïtien Patrick Élie a entamé, hier à Montréal, une série de conférences au Canada pour presser le gouvernement Harper de rectifier les «erreurs» des libéraux envers Haïti et d'apporter tout son soutien au président élu René Préval. «Je suis ici par loyauté envers mon pays d'origine, Haïti, et ma patrie d'adoption, le Canada», a dit Élie, qui détient la double nationalité et qui milite pour les droits humains au sein du Sant Observasyon Sitwayen (SOS). «Par son vote du 7 février, le peuple haïtien a désavoué les élites qui cherchent à l'exclure. Et il a désavoué les auteurs des ingérences étrangères, dont le Canada», a-t-il affirmé devant les médias. «Les actions récentes du Canada ont été délétères pour l'image du Canada en Haïti. Toute cette déstabilisation à laquelle le Canada a été mêlée pour renverser le président è020 . 0000.00éélu Jean-Bertrand Aristide. Et ces tentatives pour empêcher les Haïtiens de voler de leurs propres ailes. Le Canada doit changer d'attitude et de politique envers Haïti», a-t-il dit. «De peuple à peuple» Sa tournée de six semaines dans 18 villes, organisée par Haïti Action Montréal et Résistance haïtienne au Québec, vise, «par une diplomatie de peuple à peuple, à percer les mensonges et demi-vérités, pour qu'il y ait une solidarité transparente», a-t-il ajouté, saluant l'extension à tout le Canada de la solidarité passée du Québec avec Haïti. Élie mena la lutte contre le narcotrafic dans le gouvernement Préval en 1991 et géra le dossier de la dissolution de l'armée en 1994-1995. Arrêté et détenu aux États-Unis pour port d'arme en 1996, il évite depuis le territoire états-unien. Mais à son arrivée mardi soir à Dorval, par un vol direct de Port-au-Prince, il fut cuisiné pendant plus de deux heures par des douaniers et par le Service du renseignement de sécurité du Canada (SRSC). «Ils voulaient savoir qui organisait ma visite et la teneur de ma dernière conversation avec le président Aristide. J'ai dit que ce n'était pas de leurs affaires. C'était scandaleux, J'espère que les gens au Canada vont protester contre ce traitement», a-t-il indiqué. Pour Patrick Élie, «Préval a gagné avec 62 à 63% des voix», mais son élection restera sous une ombre «parce qu'elle a été décidée dans le cafouillage» et «ramenée à 51% ». «Le peuple s'est exprimé par son vote massif, et quand il a vu que l'appareil électoral cherchait à lui voler sa victoire, il a voté avec ses pieds, en descendant dans la rue, comme les Ukrainiens à Kiev et les Géorgiens à Tbilissi», a-t-il confié à La Presse. L'occasion à saisir Pour Élie, les déstabilisateurs d'Haïti n'ont jamais baissé les bras et ne sont pas prêts à abandonner maintenant. «Ils vont s'essayer à nouveau. Ils voulaient une démocratie sans le peuple. Ils ont échoué. C'est pourquoi j'appelle le Canada à saisir l'occasion de se démarquer des États-Unis et de la France pour engager une collaboration loyale et fertile avec la nouvelle légitimité haïtienne pour bâtir l'avenir ensemble». Serge Bouchereau, de Résistance haïtienne au Québec, a pressé le gouvernement Harper de retirer sans délai l'ambassadeur Claude Boucher de Port-au-Prince et d'instituer «une sorte de commission Gomery» sur les agissements des libéraux en Haïti, en remontant jusqu'à cinq ans en arrière. Il a indiqué qu'une quinzaine de groupes marcheraient à Montréal le samedi 25 février pour commémorer le deuxième anniversaire du coup d'État de 2004. Le défilé fera halte devant les consulats de France et des États-Unis et s'achèvera devant le complexe Guy-Favreau. Patrick Élie a qualifié de «silence honteux et penaud» le mutisme d'Élections Canada et de la Mission internationale sur la pagaille électorale en Haïti. Haiti Democracy Project, groupe financé par les États-Unis et qui soutient l'agitation de droite en Haïti, annonçait hier sur son site Web que Jacques Bernard, directeur exécutif du CEP en fuite et accusé de fraudes électorales, allait participer à un de ses colloques à Washington.
cybepresse.ca
Auteur


Réagir à cet article