Pierre Espérance critique les actions du chef du parquet de Port-au-Prince dans l’enquête sur l’assassinat de Jovenel Moïse

Publié le 2021-08-05 | lenouvelliste.com

Le défenseur des droits humains Pierre Espérance a critiqué les actions entreprises par le commissaire du gouvernement, Me Bed-Ford Claude, dans l’enquête sur l’assassinat de Jovenel Moïse. Selon M. Espérance, tous les mandats émis par le commissaire sont en violation de la Constitution de 1987. « Il aurait dû entreprendre ces actions dans la période de flagrance, comprise entre 24 et 48 heures après les faits. Il n’a pas les provisions pour émettre des mandats et des interdictions de départ alors que la police judiciaire traite le dossier », a-t-il fait savoir. 

Selon le numéro un du RNDDH, le parquet est en train de « détruire » l’enquête. « On a émis un mandat d'amener contre Liné Balthazar et Paul Denis. Dans les auditions, les prévenus ont révélé qu’ils avaient parlé aux concernés et que ces derniers étaient au courant qu’ils allaient se rendre chez le président Jovenel Moïse. Depuis quand parler avec quelqu’un était un délit ? Est-ce que par le simple fait que le mot « au courant » a été répété que le commissaire peut émettre un mandat d’amener contre ces dirigeants politiques très connus ? Ce sont des personnalités connues, que le commissaire pourrait auditionner quand il le souhaiterait, sans avoir besoin de recourir à un mandat d’amener » a-t-il argué. 

Pierre Espérance accuse le commissaire Claude de travailler sous l’influence d’un secteur. « Il travaille à dessein. Des gens lui dictent quoi faire. On le conduit sur le terrain de la persécution politique. Il crée la confusion afin de brouiller les pistes », estime le défenseur des droits humains, soulignant que seule la police judiciaire est en mesure de bien mener cette enquête. 

S’il fait confiance au travail de la police judiciaire, Pierre Espérance regrette que le CSPN ne garantisse pas de meilleures conditions de travail aux enquêteurs. « Quand ils sont en mission, les enquêteurs de la DCPJ reçoivent 500 gourdes par jour pour leur nourriture. Ils doivent se débrouiller pour trouver un commissariat pour dormir. L’État haïtien dépense plus de deux milliards de gourdes pour les renseignements, alors que l’enveloppe allouée à la DCPJ à cet effet ne dépasse pas un million de gourdes par mois. Ces milliards sont partagés entre le Palais national, la Primature, le ministère de l’Intérieur, l’ancien président Martelly », dénonce-t-il. 

Le défenseur des droits humains a apporté une précision à l'intention de ceux qui ont souligné que les organismes de défense des droits humains n’ont produit aucun rapport sur l’assassinat du président Jovenel Moïse. « Le dossier est compliqué puisque le crime inclut des individus en Haïti, en Colombie, aux États-Unis, au Venezuela, etc. L’enquête n’est pas facile à mener. C’est ce qui explique que les organisations de défense des droits humains ne parviennent pas encore à produire de rapport sur l’assassinat. Les organisations n’avaient pas accès aux personnes arrêtées, à la scène du crime, etc . Ce n’est que la semaine dernière que nous avons pu voir les personnes arrêtées », explique-t-il. 

Depuis le 31 juillet, affirme Pierre Espérance, le dossier a été confié au commissaire du gouvernement. Ce dernier a déjà transféré le dossier au cabinet d’instruction. « Les étrangers et les complices haïtiens sont gardés dans une prison dans la capitale. Les policiers arrêtés sont placés dans des commissariats sous le contrôle du chef du parquet. Même si les personnes arrêtées ne sont pas sous le contrôle de la DCPJ, cette instance va poursuivre son enquête puisqu’on n'a pas encore découvert l’auteur intellectuel ni le mobile du crime», précise-t-il.



Réagir à cet article