Lancement officiel du premier salon du livre de Mirebalais

À l’occasion de la journée mondiale de la poésie, la Fondation Anderson Dovilas a lancé, le dimanche 21 mars 2021, le premier Salon du livre de Mirebalais en ligne, lequel, avec un public motivé, actif, bat déjà son plein. 

Publié le 2021-03-24 | lenouvelliste.com

En cette période si éprouvante, fêtons le livre plus que jamais. Le lancement du salon du livre de Mirebalais est lancé, du 21 au 28 mars ; les débats seront orchestrés par des personnalités telles que Gary Victor, Darly Renois, Cherlie Rivage, Joslin Jean, Milady Auguste, Anivince Jean-Baptiste, Daniel Suplice, Fédia Stanislas. Durant toute la semaine, divers conférences et débats tenteront d’apporter quelques réponses à des mystères qui taraudent de manière égale l’esprit des lecteurs et des écrivains en devenir.

En ouverture, le poète Anderson Dovilas, initiateur du salon, a tenu à rappeler l'objectif de l'événement. « Le premier Salon du livre de Mirebalais est lancé dans le but d’inspirer la jeunesse à lire, à écrire et à s'intéresser aux choses de l’esprit ».

Dans une vidéo publiée sur la page de la fondation, plusieurs poètes et écrivains ont pris la parole pour inciter les Mirbalaisiens et les Mirbalaisiennes à prendre part à cette manifestation.  Jean Emmanuel Jacquet, Jonel Juste, Darly Renois et Cherlie Rivage ont félicité les initiateurs de l’évènement. Des lectures à haute voix consacrées à des pages de quelques auteurs haïtiens s'ensuivent. 

« Cette activité est une lueur d’espoir dans un pays dans lequel on perd jusqu’à notre humanité. J’espère que le message que nous voulons faire passer durant cette période de crise servira pendant longtemps. La meilleure arme qui soit, ce sont les livres ; soyons assez rusés pour nous en servir, et assez forts pour remporter la guerre avec; cette guerre que nous menons contre les autres, que nous la menions avec les autres! », renchérit François Damax Léila. 

Par ailleurs, pour Jean-Baptiste Anivince, la décentralisation des activités littéraires et artistiques constitue un atout précieux et fondamental pour combattre intelligemment les inégalités culturelles qui caractérisent notre société depuis des lustres.

Pour l’auteur de « Géométrie de l’absence » (éditions Floraison, 2021), la Fondation Anderson Dovilas, en initiant ce salon du livre au cœur de Mirebalais, apporte déjà sa contribution non seulement au développement culturel et intellectuel de la zone directement concernée (en particulier), mais aussi à la matérialisation de ce grand projet que nourrit plus d’un : faire réellement d’Haïti la grande capitale culturelle et artistique de la région caribéenne. 

« Comme beaucoup de poètes qui aiment sillonner les villes de province haïtiennes pour ces activités essentielles, c’est avec plaisir et amour que je foulerai le sol mirebalaisien pour cette grand-messe du livre à laquelle je souhaite déjà succès et continuité fructueuse », déclare le récipiendaire du prix d'excellence GRAHN 2018.

Une première édition en couleurs et en émotions

Le lundi 22 mars 2021, plusieurs ateliers sur l'écriture et la lecture ont eu lieu au collège St-François d'Assise de Corporan et au foyer d'enseignement rénové de Mirebalais (FERM) avec la romancière Milady Auguste et le poète L'amour Junior comme intervenants-formateurs. 

« Je suis ébahi. Je ne m’attendais pas à ça. La jeunesse a soif de culture et d’émotions. Le collège FERM nous a surpris avec des médailles de distinction, des repas succulents et du bon vin. Pour exprimer leur gratitude envers une telle initiative qui arrive à un moment où le désespoir sévit dans le pays. Dans le contexte actuel, l’équipe du salon est plus que jamais convaincue de la nécessité de donner la parole aux écrivains, aux intellectuels et aux artistes pour comprendre le temps présent et envisager le monde qui vient, », explique Joslin Jean, coordonnateur du salon.

Marc Sony Ricot 
Auteur


Réagir à cet article