« A d\'yeux » de Coutechève Lavoie Aupont

Publié le 2008-01-03 | Le Nouvelliste

Culture -

James, Duccha, Jean, Moïse,Yves, Edson ...... Mais quel est ce pays où les enfants deviennent poètes en tutoyant la mort ? Ce pays où le bonheur fait mal, où l\'amour est une insulte, où il faut implorer son pardon à la lumière, au soleil, à la terre de vouloir exister. Où pour être un homme il faut : « conjuguer ses pas collés sur les toits du silence» Un pays où l\'on vit déchiré entre amour et haine, où l\'on aime sa ville comme on aime encore un parent qui vous bat et vous insulte. Poésie toujours présente dans le coeur, les minutes se font douces même « quand Port-au-Prince se défait comme un sourire». « ton bleu est si doux quand il pleut que j\'invente ton sommeil... » Il faut les savourer dans le temps suspendu, la carte postale est toute trempée de bleu, même si jaune est le monde. Quelle est cette ville où la vie « est moisissure sur le pain». La vie qui danse sur des rayons de soleil, soleil des bidonvilles sur fond ultramarin ,où la mer frémit en des vagues de sang. Pourtant les enfants ont un droit inaliénable à la Ppix, à l\'amour, aux jeux de marelle sur le pavé des cours, quand les rues sont de sable. Voici cette île posée au large des deux Amériques, mais où est Dieu qui n\'a pas d\'Yeux. Coutechève est un poète à la voix de révolte ,au regard dur. Coeur tendre, mais comment accrocher la tendresse ? Toujours l\'image du crucifié hante les pages, ....églises, vendredi saint, images bibliques : « mains devenues suicidaires « mais avec « le goût fraternel des mains qui s\'aiment » Coutechève porte le regard d\'une âme imprégnée de mysticisme, et ce faisant il avoue être poète : « parce que je porte le scandale qu\'est mon peuple» tel un nouveau Christ voulant assumer les péchés des hommes. Pourtant il sait bien que : « rien ne pourra réinventer la bouche de l\'homme sur le calvaire ». Le poète se trouve pris dans le noeud gordien où s\'enchevêtrent et s\'identifient : la ville, la femme, l\'amour, sous le sceau de la souffrance. Il nous invite à prendre conscience que la limite extrême du supportable est atteinte dans cette île caribéenne, laminée par l\'histoire, et oubliée du présent. Survivre n\'est pas vivre, même si le « Poète des Encres Têtues » comme se dénomme lui-même Coutechève, enfante à chaque instant la beauté à travers son désespoir : « J\'ai tatoué ma vie de longs poèmes J\'ai tissé sur ma peau de plomb noir cette Rivière dite Froide et dans mes yeux de terre sèche ce Port qui n\'a plus de prince. « Coutechève est aussi le poète qui emprunte ses traits aux peintres surréalistes : « ce sein que tu portes sur le front ...... la toile s\'est suicidée sur ton épaule » Les oppositions surgissent : « J\'aime quand la puanteur se mêle à la pureté de ton regard « « ...quand pleuvine la Pureté des Ordures» Ces effets de style, venant du coeur expriment un refus d\'anéantissement, un désir de lumière, une espérance sous-jacente. « ici la terre est malade et son fruit porte les présages du deuil ». Il est impossible au printemps de la vie d\'assumer certaines évidences : « ma jeunesse n\'a pas quitté les miroirs de l\'aube» Car l\'espoir est ancré dans le coeur, dans le sang : « j\'écris pour vivre peut-être ou pour retisser la vie au blanc des yeux » Le chant du poète traduit un combat pathétique entre Vie et Mort, entre espoir et désespérance, et les mots de Gérard de Nerval résonnent par- delà le temps : « Je suis le veuf, l\'inconsolé le prince d\'Aquitaine à la tour abolie ma seule étoile est morte.... » Qui s\'est arrogé dans ce pays le droit de voler le soleil aux enfants et de ne laisser aux hommes que le désir de fuir. Le poète parle : « j\'ai déplacé l\'Etoile polaire à mon départ, je veux qu\'elle soit sur mon épaule» Par ailleurs se succède la grande beauté des images : « J\'ai peur tu sais ? quand je traverse ta mémoire dans les miroirs isocèles et perpendiculaires à tes cils lourds d\'extase» Quand cessera t\'on de dire et d\'écrire, Haïti est un pays très dur, mais qui possède des artistes admirables ? Il est vrai, le bonheur est moins prolifique, et le malheur engendre des chefs d\'oeuvres : « dans une ville sans pudeur pour coiffer sa puanteur» puanteur qui rime avec peur : « j\'ai peur tu sais ? ....les enfants ont peur tu sais ?» et l\'on vit malgré la peur : « Un jour si tu vois la mort dis-lui que j\'ai encore la vie dans les yeux ». Ce recueil de Coutechève Lavoie Aupont, est un manifeste un refus, un cri : « l\'espoir s\'étrangle dans l\'averse du quotidien le pire était là » Coutechève dans l\'un de ses poèmes confie à James noël : « Ne le dis à personne si tu te souviens des enfants plantés comme les cactus autour des maisons en terre cuite» bien souvent le silence est le manteau complice de la misère, et il ajoute : « Dis-leur simplement que l\'à d\'yeux... est une femme blessée à coup de vivre » « Que c\'est le cri isocèle de l\'espace» Cependant cette ville identifiée à la femme, appartient au poète, quelle que soit sa fatalité : « ville immense et merveilleusement belle ...on dit de ton nom qu\'il cristallise les roses des songes» La vérité à la fin du recueil apparaît et s\'impose : « je regarde sombrer à l\'horizon de ce pays cette ville cette rue pourtant j\'aime et j\'aime surtout quand Port-au-Prince s\'égoutte dans les pages liquides ». Alors vous aussi, vous aimerez A D\'YEUX, oeuvre d\'un jeune poète, dont le désespoir n\'a pu tuer la tendresse, et dont le témoignage doit s\'inscrire au fer, dans la mémoire collective des hommes de ce temps.

Denise Bernhardt Sociétaire des Poètes Français 15 novembre 2007 Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".