Aristide revient pour Maryse, leurs adversaires dégainent…

L’ex-président Jean-Bertrand Aristide est le meilleur atout de la candidate du parti Fanmi Lavalas, Maryse Narcisse, qui n’a ni le feu au ventre, ni la maîtrise des envolées oratoires qui séduisent la foule. Si des adversaires de Lavalas remuent les cendres de leur exercice du pouvoir, ils tapent aussi sur Jean-Bertrand Aristide, comme s'ils craignaient encore ce mythe qui, pour eux, s’est effrité…

Publié le 2016-08-31 | Le Nouvelliste

La rumeur avait couru sur les réseaux sociaux dès dimanche: l’ex-président Jean-Bertrand Aristide serait dans les rues de Pétion-Ville, lundi, avec Maryse Narcisse, candidate à la présidence du parti Fanmi Lavalas. JBA, cette fois, s’investit tôt dans la campagne, contrairement à l’an passé. En l’espace de presque un an, l’autre changement est celui des présidents. Jean-Bertrand Aristide ne gagne pas les rues dans un pays dirigé par Michel Martelly, mais au pays de Jocelerme Privert, son ancien ministre de l'Intérieur. L’assignation à résidence n’est plus d’actualité pour Aristide qui, au terme d’un bain de foule entre Tabarre et Pétion-Ville en passant par Delmas, a donné un point de presse, à l’hôtel Kinam, l'un des investissements importants du secteur privé dans la mise en place d’infrastructures touristiques pendant l'ere Martelly. JBA n’a répondu à aucune question, comme la dernière fois. Il est à fond dans la communication unidirectionnelle. N’empêche qu’il y a de l’attention sur son parti politique. Le comité exécutif du parti, entre-temps, dans une note datée du 30 août, a révélé la tenue d’une réunion « sur invitation » de la candidate à la présidence Maryse Narcisse avec « des entrepreneurs haïtiens pour débattre du développement et des enjeux économiques d’Haïti ». « Dans une ambiance cordiale et de franche camaraderie, les entrepreneurs ont priorisé pour le prochain mandat le cadre légal et régulateur des investissements et la construction d’un dialogue permanent entre le secteur privé et public avant l’installation le 7 février d’un nouvel exécutif », lit-on dans la note. « Le cadre légal permettra d’établir la confiance et les réformes nécessaires à la création d’un climat d’affaires qui puisse attirer les investissements locaux, de la diaspora et les capitaux étrangers. Durant cette première séance, les secteurs primaires identifiés sont l’énergie, la construction, l’éducation et l’accès au crédit visant une création rapide d’emplois et l’augmentation du pouvoir d’achat des classes nécessiteuses », selon la note. « Les entrepreneurs regroupés par secteur proposeront à la candidate et aux autres instances de l’Etat des pistes d’orientation et des projets spécifiques pour le prochain gouvernement. Cette rencontre a été réalisée en présence de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide et de son épouse dans leur résidence à Tabarre », a conclu la note. A l’heure de l’usage des réseaux sociaux et d'autres outils de communication, aucune photo n’a été rendue publique. C’est un « choix » ici où il y a de la stigmatisation, a confié au journal Joël Vorbe, membre du directoire du parti Fanmi Lavalas. Il faut discuter de ce qu’on va faire avant d’accéder au pouvoir, a expliqué Joël Vorbe. On saurait si Lavalas pouvait faire quelque chose de bon… Si Lavalas entame sa marche vers le palais national, quelques compétiteurs marquent leurs différences. Pas toujours avec des mots tendres. Les cendres du passé sont remuées. Reynald Lubérice, porte-parole du PHTK de Jovenel Moïse, voit dans la tournée de Maryse Narcisse et de Jean-Betrand Aristide l’expression d’une « solidarité entre des gens qui ont fait du mal au pays ». « Aristide a fait beaucoup de mal à ce pays », a fulminé Reynald Lubérice. « C’est la première fois qu'un président a demandé que l’on mette le pays sous embargo économique. Il a pris une série de mauvaises décisions économiques qui ont encore aujourd’hui des conséquences graves sur le pays. On se rappelle encore le rapport de Paul Denis », a-t-il détaillé. « Si Monsieur Aristide et sa famille politique pouvaient faire quelque chose de bon en Haïti, ça se saurait. On est en 2016. Ils sont arrivés au pouvoir en 1990 », a dit Reynald Lubérice. « Tout est clair, tout est limpide. Haïti mérite mieux. Ces-gens là font de la gesticulation », a-t-il assené, estimant que le « mythe Aristide » « n’existe pas ». « Si cela existe encore, c’est dans sa tête », a indiqué le porte-parole du PHTK « Le passé ne sera pas oublié. Il est là, vivace », a soutenu Reynald Lubérice. Lavalas fait peur,selon Anacacis L’ex-sénateur Anacacis Jean Hector, coordonateur de Lapeh, parti de Jude Célestin, n’est pas tendre non plus. Anacacis Jean Hector, a affirmé que « le plus grand problème du pays est lié à la division de lavalas, principalement Aristide qui ne s’était pas mis à la hauteur pour unir tout le monde. ». L'ex-sénateur a indiqué que « lavalas fait peur ». « N’oublie pas la quantité de personnes tuées dans le pays pendant le régime de Jean-Betrand Aristide. Il y a de ses proches qui sont morts », a dit Anacasis, soulignant que « cette expérience est très douloureuse pour la société et pour la classe bourgeoise ». Il est revenu sur les agissements des chimères, des individus armés sur lesquels le pouvoir avait perdu tout contrôle. Sur la sortie de Maryse Narcisse et de Jean-Betrand Aristide à Pétion-Ville, Anacacis Jean-Hector ne se prend pas la tête. « Il a fait sa sortie en tant que chef de parti afin promouvoir sa candidate. La seule chose que nous pensons à Lapeh est qu’il est difficile de transférer sa popularité à quelqu’un. Surtout quand cette personne n’a pas le même talent que vous », a indiqué Anacacis Jean Hector, pour qui le mythe Aristide s’est effrité. Le support du leader charismatique ne peut plus ouvrir automatiquement les portes du palais national à un candidat. Les générations ne sont plus les mêmes, a-t-il expliqué, soulignant qu’il y a eu beaucoup de bandes de rara à Pétion-Ville alors que le Jean-Bertrand Aristide des années 90 drainait la grande foule. Quand un candidat n’a pas le discours,il a besoin d’un tuteur. Maryse Narcisse a besoin d'un tuteur, d’une ombrelle », a indiqué Edmonde Supplice Beauzile de la Fusion. Moïse Jean-Charles en "rupture totale" Mathias Pierre, lieutenant de Moïse Jean-Charles, l’un des candidats majeurs, est dans la rupture.« Il y a une tendance à comparer le président Jean-Bertrand Aristide à Moïse Jean-Charles. Ils sont différents. Moïse Jean-Charles, candidat à la présidence, parle de Jean Jacques Dessalines et Aristide de Toussaint Louverture », a-t-il dit. Le projet de Toussaint Louverture est « un projet néocolonial ». Revenu d’exil en 1994, JBA a changé, son projet nationaliste a changé, a insisté Mathias Pierre, pour qui l’influence de JBA a grandement diminué sur l’échiquier politique. Le mythe n’existe plus. L’Aristide de 1990 n’est pas celui de 2016. 12 ans après, le peuple croit en Jean-Bertrand Aristide Au contraire, rétorque Joël Vorbe, membre du directoire du parti de l’ex-président Jean-Bertrand Aristide. Le mythe ne s’est pas effrité. « Aujourd’hui, après douze ans d’absence, spontanément, sans planification, sans argent, sans rien du tout, la population a répondu d’elle-même qu’elle croit en un leader qui l’a accompagné dans sa lutte. Oui, il y a une population qui y croit encore et Jean-Bertrand Aristide travaille encore pour cette population, pour la jeunesse », a-t-il soutenu. « La réaction populaire a été très intéressante », a insisté Joël Vorbe qui dit avoir observé « une ferveur naturelle de la population ». « La population de Pétion-Ville est descendue de partout pour venir voir « La joie et le contentement de ceux qui le voyaient pour la première fois. Ils étaient émus », a expliqué le responsable politique qui revient sur l’objectif de cette sortie. Il était nécessaire que « Jean Bertrand Aristide puisse présenter à cette population, qui a toujours confiance en lui, sa candidate et faire savoir qu’il est resté attaché à la formation politique Fanmi Lavalas et non à une multitude de particules qui se réclament de Lavalas », a fait savoir Joël Vorbe qui tacle ceux qui taclent le leader de Fanmi Lavalas en évoquant une expérience négative d’exercice du pouvoir.« Repassez les cassettes pour voir qui voulait du bien pour le pays. JBA, malgré un embargo économique, a construit tant d’écoles pour les jeunes. Il a pu électrifier tant de villes de province. JBA n’a pas eu la chance d’avoir les milliards de dollars de PetroCaribe, encore moins les milliards de dollars de l’après séisme. Je pense qu’avec les maigres ressources que le gouvernement Lavalas avait à l’époque, on a fait la différence avec la bonne volonté et l’intégrité. On aurait pu encore faire mieux s'il n’y avait pas tant de haine vis-à-vis d’un homme. La vraie question est la haine que beaucoup de gens ont pour un homme qui, lui, a voulu voir son peuple être reconnu et exister, leur offrir le minimum en terme d’accès à la santé, à l’éducation et le droit à la parole », a longuement expliqué Joël Vorbe qui a dénoncé l’élection fabriquée pour les zombis par le régime Tet Kale. Il a rappellé que Fanmi Lavalas n’est pas au pouvoir depuis un certain temps « Douze ans après, ils ont instauré la corruption comme une règle et l’intégrité est aujourd’hui une exception. Si on n’est pas corrompus, on ne peut pas faire partie de l’Etat », a balancé Joël Vorbe. Pour l’ex-président Jean-Bertrand Aristide, la dignité et l’union seront les clés de la victoire de Maryse Narcisse aux prochaines élections. « Men nan men n ap mache pou mobilizasyon jeneral. Men nan men n ap mache pou sove diyite nou », a-t-il martelé avant de donner rendez-vous à ses fidèles partisans au Palais national le 7 février 2017, où Mme Narcisse sera installée comme présidente d'Haïti. Roberson Alphonse
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".