Des étudiants haïtiens défendent un projet de vulgarisation et de valorisation des savoirs locaux au Forum social mondial 2016 à Montréal

De jeunes Haïtiens ont été parmi les 35 000 participants au Forum social mondial de Montréal la semaine écoulée. Le 11 août 2016 dernier, l’Université Mc Gill a accueilli certains d’entre eux, dans le cadre d’une conférence autour de la problématique de la science ouverte en Haïti et en Afrique francophone.

Publié le 2016-08-18 | Le Nouvelliste

National -

Pour la première fois, une ville du Nord a accueilli le Forum social mondial –un important rassemblement altermondialiste–. Son ouverture au monde, sa potentialité interculturelle, son caractère bilingue et le dynamisme de sa jeunesse ont joué gros pour cette ville qui a hébergé plus de 35 000 participants parmi lesquels on dénombre des jeunes Haïtiens. Certains, représentants du Réseau des Jeunes Bénévoles des Classiques des Sciences Sociales (REJEBECSS-Haïti), ont été à l’Université Mc Gill en vue de débattre un projet de science ouverte en Haïti et en Afrique de l’Ouest (SOHA). Ce projet de vulgarisation et de valorisation a été élaboré par Florence Piron, professeure à l’Université Laval, présidente de l’Association Science et Bien Commun. Lors de la conférence, elle a procédé à une présentation du projet avant d’animer un atelier sur l’édition électronique à l’aide de Pressbook – un logiciel de publication assistée par ordinateur –. Cet atelier visait, selon elle, à développer les compétences des membres du projet SOHA en vue de rendre leur implication plus efficace dans le cadre de la mise en œuvre. Désil Pierre et Steeven Louis, deux représentants du Réseau des Jeunes Bénévoles des Classiques des Sciences Sociales (REJEBECSS-Haïti), respectivement étudiants finissants en communication sociale et en psychologie à la Faculté des sciences humaines de l’Université d’Etat d’Haïti ont, à leur tour, abordé la question de la science ouverte du lieu de leur perspective estudiantine. Ils ont partagé l’expérience de leur rencontre avec le projet SOHA et le contexte de la création du REJEBECSS-Haïti. Selon Steeven Louis, ce réseau a été créé suite à la tenue d’un colloque sur l’injustice cognitive en Haïti en mars dernier. « Constatant l’accès restreint aux ressources scientifiques et la marginalisation des savoirs non scientifiques, nous avons pris l’engagement d’œuvrer à la pérennisation des classiques des sciences sociales ; à faire des universités d’Haïti des lieux de référence en matière de recherche-action ; à mobiliser et sensibiliser les chercheurs haïtiens à diffuser leurs œuvres en libre accès ; à valoriser les savoirs locaux […] », a-t-il expliqué. Pour sa part, Désil Pierre a présenté un bilan des activités réalisées antérieurement par cet organisme communautaire qui se veut un outil de lutte conte l'injustice cognitive que subissent les savoirs en Haïti. « Nous avons élaboré une vaste campagne de sensibilisation autour de la pratique de la science ouverte dans le pays. Cette campagne sera articulée autour de conférences, de colloques, de débats, de séances de formation, de la publication d’ouvrages, d’articles, de billets de blog […]. Nous avons déjà réalisé, en mars dernier, un atelier de formation sur la science ouverte, à laquelle ont pris part plus d’une cinquantaine de personnes », a-t-il indiqué. Ne pouvant pas se rendre au Canada, en raison des restrictions des services d’immigration du Canada, le président du réseau, Rency Inson Michel, est intervenu via Skype, pour évoquer les perspectives de cette jeune association. Celles-ci consistent notamment en la création de plusieurs « anthologies thématiques » dans les Editions Science et Bien Commun, la réalisation d’un colloque qui aura lieu à l’occasion de la Journée internationale contre la violence faite aux femmes, le 25 novembre prochain, autour du thème ‘’Femmes et injustices cognitives’’. Les participants à cette conférence n’ont pas caché leur intérêt pour le projet. C’est le cas pour Carol Thibaudeau, doctorant en psychologie à l’Université Sherbrooke, qui a trouvé très passionnante la conférence et pense emboiter le pas à l’équipe. D’autres participants, originaires d’Haïti mais résidant au Québec, se montrent également très optimistes pour le projet SOHA. La science ouverte est un cadre normatif alternatif à celui de la science conventionnelle. Elle est orientée vers l’idéal du libre partage des connaissances, du travail collaboratif, de la justice cognitive et du rapprochement entre la science et la société.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".