Proposition d’augmentation

Salaire minimum : le CSS tranche, l’ADIH inconfortable, l’exécutif joue le temps…

Publié le 2016-05-06 | Le Nouvelliste

National -

Me Jean Bonald Fatal, représentant du secteur syndical au Conseil supérieur des salaires, a confirmé, vendredi, pour le journal, « la transmission il y a plus d’une semaine du rapport sur l’augmentation des salaires minima au ministre des Affaires sociales et du Travail, Jean Antoine René Nicolas ». Les propositions dans la sous-traitance et dans les zones franches non agricoles établissent à 300 gourdes le salaire de base et à 350 gourdes le salaire de production, a indiqué le syndicaliste, soulignant que « le rapport a été signé de huit des neuf conseillers ». L’ADIH a formulé « des objections » par rapport à ces propositions. Les représentants du secteur patronal au CSS, notamment le conseiller Jean Dany Pierre-François, ont expliqué le consensus trouvé autour des salaires minimaux lors de réunions avec des patrons. En dépit de l’avis contraire du groupe Apaid, deux des trois représentants du secteur privé ont apposé leurs signatures au bas du document», a confié Jean Bonal Fatal, exhaustif, dans les détails sur les coulisses de ces négociations qui ne se sont pas déroulées sur un fleuve tranquille. Perplexe, Jean Bonald Fatal s’interroge sur les raisons de la non publication au 1er mai 2016 des propositions de salaires minimaux. « Je ne comprends pas pourquoi les propositions n’ont pas été publiées. Nous croyons savoir que l’ADIH, après avoir perdu la bataille au niveau du CSS, va se rabattre sur le gouvernement. Le temps passe et les ouvriers n’ont pas encore perçu l’augmentation», a estimé Jean Bonald Fatal, qui ne partage pas l’opinion du chef de l’Etat, Jocelerme Privert. Le président, au journal le 3 mai, a confié que la recherche du consensus était primordiale pour régler les différends. Jusqu’au 3 mai, le chef de l’Etat, en visite au journal Le Nouvelliste, avait indiqué n’avoir pas encore reçu le rapport du CSS. « Le président ne peut rien faire d’autre qu’augmenter les salaires minima, conformément à l’article 19, paragraphe 8 de la constitution de l’Organisation internationale du travail. Si le président parle de consensus, qu’il achète des chaînes pour lier les ouvriers », a fulminé Jean Bonald Fatal avant de souligner « que le président doit faire attention pour que les ouvriers ne se ne déchaînent pas contre lui ». « Le rapport du CSS comporte des recommandations », a indiqué Clifford Apaid, soucieux de rectifier l’affirmation de certains médias laissant croire que les salaires ont été fixés. « Ce n’est pas encore le cas », a-t-il dit. L’exécutif peut modifier les recommandations de salaires à la hausse ou à la baisse en fonction des objectifs de sa politique d’emploi, a indiqué Clifford Apaid. L’ADIH a des désaccords sur la méthode de calcul du CSS pour déterminer les augmentations. Tantôt il utilise le taux de change, tantôt l’inflation. La manière uniforme de faire les augmentations doit se baser sur l’inflation. Le taux de change n’est pas une référence. Il est déjà incorporé à l’inflation, a expliqué Clifford Apaid. « Il n’y a pas de justifications mathématiques pour les 300 gourdes », a-t-il dit, soulignant que si on calcule l’inflation, on devra être dans un salaire minimal de 265, 271 gourdes. Pour Clifford Apaid, il faudrait payer 265 et laisser le prix de la pièce à 320 gourdes. « Nous avons jugé que le prix de la pièce ne devrait pas être un sujet de débat. Cela crée beaucoup de confusion et les investisseurs qui rentrent ne savent pas quoi faire de ce salaire de production », a dit Clifford Apaid, qui évoque une baisse de l’engouement des investisseurs. Ils ne sont pas en train de plier bagages mais observent avec appréhensions les augmentations et leur rythme, a expliqué Clifford Apaid. Les donneurs d’ordre paient en dollar, a admis Clifford Apaid. Cependant, a-t-il expliqué, l’augmentation des salaires dans ce secteur risque de le rendre moins compétitif vis-à-vis d’autres pays. L’important est de créer des emplois, a dit Clifford Apaid, l’un des plus importants opérateurs dans le secteur de la sous-traitance textile en Haïti. Les gens de condition humble qui reçoivent leurs salaires en gourde ont perdu 33 % de leur pouvoir d’achat ces derniers mois à cause de la dépréciation de la gourde, a souligné le sénateur Steven Benoît, père de la loi sur le salaire minimum, avant de tancer les opérateurs du secteur. « N’oublions pas que ceux qui exportent sont payés en dollar. Si le dollar passe à 80 gourdes cela fera leurs affaires. Le Blanc paie ses maillots en dollar et l’ouvrier travaille comme une mule », a dit Steven Benoît, qui tacle en passant le CSS. Le rapport du CSS arrive longtemps après le 1er octobre, « a failli à sa mission ». D’une charge à l’autre, le sénateur s’en prend à l’ADIH qui a fait introduire dans la loi le salaire de production. Je savais que c’était un leurre, que cela allait poser des problèmes pour l’ouvrier », a détaillé le sénateur Steven Benoît. Le secteur textile, selon l’ADIH, a représenté en 2014, 885 millions de dollars d’exportation et pesé 36 000 emplois. Le renouvellement de la loi Hope mi 2015 a suscité des espoirs de création d’emplois dans le secteur.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".