Philippe Olivier prêche la bonne parole sur le Centre financier de Lagonâve

Le Centre financier de La Gonâve et ses avantages ont été évoqués, au cours du 6e sommet sur la finance organisé par le Group Croissance, par l’un des trois rédacteurs des 117 articles du décret créant le centre institué sous l’administration de l’ancien président Michel Martelly. La communication autour du centre était mal partie et Philippe Olivier promet la relance de ce dossier avec la bonne parole.

Publié le 2016-04-26 | Le Nouvelliste

Le financier Philippe Olivier, l’un des trois rédacteurs du document de création du Centre financier de La Gonâve, dans un entretien avec des journalistes en marge d’une présentation au sommet sur la finance du Group Croissance, a évoqué les avantages que le pays pourrait tirer de la création de ce centre. Celui-ci pourrait, selon lui, donner à Haïti son autonomie financière par rapport à l’aide internationale. « Dans les cinq prochaines années, on pourrait prendre une part de marché qui peut représenter 1 milliard de dollars américains », a indiqué Philippe Olivier, conseiller pour les affaires financières du ministre de l’Économie et des Finances, Yves Bastien. Il a souligné que ce produit permettrait à Haïti de développer des ressources propres, au lieu de continuer à fonctionner sous l’assistance des grandes puissances. Selon M. Olivier, les grandes puissances gagnent 80% du marché des centres financiers et des paradis fiscaux dans le monde. Il dit qu’elles ne voient pas d’un mauvais œil qu’on leur grignote un peu de leur part de marché en s’adonnant à pareille activité. Mais il a souligné que le cas d’Haïti était différent. « Depuis près de quatre ans, avant la publication de l’arrêté créant ce centre financier, Haïti a plaidé sa cause et a obtenu un aval de la communauté internationale pour s’adonner à cette activité », a fait savoir M. Olivier, ajoutant qu’Haïti allait s’adonner à cette activité de manière vertueuse. Il a soutenu qu’Haïti a créé un produit qui correspond aux attentes en matière de régulation et de garantie de sécurité de la communauté internationale, notamment le G-20, le Fonds monétaire international, l’OCDE, le gouvernement américain. Après ce qui est arrivé au Panama, les centres financiers et les paradis fiscaux sont un peu décriés, reconnaît le financier. « C’est quelque chose qui est difficile à manipuler, mais qui peut être mis en place correctement et d’une façon satisfaisante au regard des attentes en matière de convention internationale sur le blanchiment de l’argent, sur le terrorisme, sur la traite des organes humains, sur le respect des droits de l’homme », a indiqué Philippe Olivier, soulignant qu’Haïti allait signer les 11 conventions afin de garantir le produit. « Haïti allait également intervenir dans le cadre de conventions bilatérales de non double imposition », a-t-il fait savoir. Il y a des règles à suivre, a-t-il rappelé, et si on les avait suivies correctement, le pays aurait fait de très grosses affaires sur ce marché. Le conseiller en affaires du ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement haïtien dit regretter que la communication autour du Centre financier de La Gonâve ait été mal relayée. « Quand on a annoncé que le gouvernement avait vendu l’île de La Gonâve, cela a créé un désordre et l’affaire était mal partie », a-t-il indiqué, laissant présager que le projet n’était pas un mort-né. « Ce n’est pas parce que c’est mal parti qu’on ne va pas remettre les choses en place. On a recommencé à discuter avec tout le monde, les parlementaires, les relais d’opinion pour faire passer la bonne parole afin de relancer ce projet dans les prochains mois », a soutenu le rédacteur du décret. Le centre de La Gonâve a été bien monté, selon l’un des trois rédacteurs du décret. « Nous avons monté une équipe entre des spécialistes haïtiens et également des spécialistes internationaux en matière fiscale, financière, juridique », a souligné M. Olivier, avouant que les difficultés consistaient à concilier les attentes de la communauté financière internationale et, en même temps, que les attentes des instances pour la régulation avec les spécificités de la juridiction et du droit haïtiens. Le Centre financier de La Gonâve a été, pour le conseiller de M. Yves Bastien, un modèle unique qu’on allait pouvoir mettre sur le marché dans un environnement de la Caraïbe qui est essentiellement trusté par le lobby anglo-saxon.
Carlin Michel
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".