Crise politique/Fin de mandat

Martelly n’est pas prêt à céder le pouvoir le 7 février

Publié le 2016-01-28 | Le Nouvelliste

National -

Une fin de mandat très difficile à gérer pour le président de la République. Après avoir passé plus de quatre ans à la tête du pays sans organiser les élections, Michel Martelly évoque l’article 136 de la Constitution pour rester au pouvoir au-delà du 7 février, date à laquelle son mandat prend fin. Dans son discours, jeudi, lors de l’inauguration des travaux d’infrastructures sociocommunautaires du wharf de Jérémie, dans la commune de Cité Soleil, le chef de l’Etat a soutenu qu’il ne partirait pas le 7 février en laissant le pays dans l’incertitude. Jour J-9 de la fin constitutionnelle de son mandat. Michel Martelly s’accroche à son poste de président de la République. « Je n'accepterai pas de donner le pouvoir à ceux qui ne veulent pas aller aux élections », a lancé le chef de l’Etat vendredi lors de l’inauguration des travaux d’infrastructures du wharf de Jérémie. Son message est clair. Sans la signature d’un accord, il ne partira pas le 7 février. Michel Martelly a dit travailler pour trouver une solution à la crise avant cette date. « Mais je vous le dis, si le 7 février arrive sans une proposition concrète, le pays sera dans une situation qui n’est pas prévue même par la Constitution. Qu’est-ce qui va se passer après le 7 février ? Je prends sous ma responsabilité d’inviter des institutions internationales pour nous accompagner », a-t-il dit, faisant référence, sans le citer, à l’OEA qui se propose comme médiatrice dans la crise. « Nous cherchons un dénouement à la crise avant le 7 février », a-t-il dit à maintes reprises. « S’ils nous traînent jusqu’au 7 février sans une solution, comme président de la République, je ne laisserai pas passer ceux qui ont des plans macabres pour prendre Haïti en otage », a martelé le leader des Tèt Kale. M. Martelly a appelé ses partisans à la vigilance. Selon lui, parallèlement à ceux qui ne veulent pas les élections, il y a une majorité silencieuse qui veut aller aux élections et comprend qu'en démocratie c’est un président élu qui remplace un président élu. Michel Martelly croit savoir que pour des intérêts personnels des gens cherchent par tous les moyens à faire obstacle à toute recherche de solution dans le but d’arriver au 7 février sans la signature d’un accord. « La Constitution demande au président d’assurer la continuité de l’Etat et de garantir la bonne marche des institutions. Ce n’est pas un choix mais c’est un devoir que j’ai. Je ne pourrai pas partir le 7 février en laissant le pays dans l’incertitude. Cela ne se passera pas de cette façon. Incertitude non, consensus oui, dialogue oui », a-t-il fulminé, soulignant que nous sommes en face d’une lutte pour le pouvoir. Il a appelé ses partisans à bien choisir le prochain président de la République, quel que soit le moment où les élections se réaliseront, puisqu’il n’était pas en mesure de dire quand le processus électoral va reprendre. Selon lui, le pays a besoin de paix et de sécurité. Il a dénoncé les actes de violence enregistrés dans le pays ces derniers jours. «Dans votre lutte contre les élections vous n’aviez pas besoin d’incendier les lycées comme le lycée de Léogâne. En agissant ainsi, vous gâchez l’avenir des plus petits et ralentissez le développement du pays… », a critiqué Michel Martelly. Il a dit reconnaître le droit de manifester mais dans le calme et sans violence. Encore une fois, le président croit qu’il a fait en cinq ans ce que ses prédécesseurs n’ont pas su faire pour le pays. Alors que le président Martelly ne rate jamais une occasion pour promettre qu’il partira le 7 février 2016, à 9 jours de cette date, il change de discours et conditionne son départ parce qu’il n’a pas pu organiser les élections.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".