Gangs armés/Violence

Cité Soleil, les gangs armés tuent et s'entretuent

Publié le 2015-02-23 | Le Nouvelliste

Encore une fois, les habitants de Cité Soleil sont pris en otage par des gangs armés qui se battent pour avoir le contrôle du plus grand bidonville du pays. Depuis le début de l’année, le sang coule à flots dans cette commune limitrophe de la capitale. Manifestations de rue, grèves, drames au carnaval, dégradation des relations entre Haïti et la République dominicaine, la situation semble échapper au contrôle des autorités. Les gangs armés des quartiers de Boston et de Bois Neuf font parler la poudre. Encore une fois, Cité Soleil est au-devant de la scène avec ce qui a tendance à devenir sa marque de fabrique : « l’insécurité ». Depuis le début de cette année, la population de cette commune est prise en otage par les groupes armés qui se battent pour avoir le contrôle de la zone à l’approche des élections. Te Quiero et Gabriel Jean-Pierre respectivement les chefs des gangs de Boston et de Bois Neuf, font la pluie et le beau temps au vu et au su des autorités, ont dénoncé les responsables du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH). Gabriel Jean-Pierre, l’ennemi juré de Te Quiero. Le premier avait été appréhendé en septembre 2014 par la police pour son implication présumée dans la mort d’une quinzaine de personnes dans la zone de Belencourt à Cité Soleil, a fait savoir au Nouvelliste Pierre Espérance, directeur exécutif du RNDDH, soulignant que Gabriel, qui est un proche du gouvernement, a été libéré le 30 décembre 2014. Toujours selon Pierre Espérance, le gang de Gabriel a reçu des armes le 26 janvier 2015 de certains proches du gouvernement. « C’est à ce moment-là que la situation a dégénéré à Cité Soleil, a-t-il dit. Gabriel est protégé par la police nationale qui est de connivence avec lui et son gang armé », a dénoncé M. Espérance, qui a appelé les forces de l’ordre au démantèlement des groupes armés qui sèment le deuil dans cette commune de l’aire métropolitaine. De novembre 2013 à nos jours, Pierre Espérance a indiqué au Nouvelliste qu’au moins 200 personnes ont été tuées dans des luttes armées entre les gangs de Cité Soleil. Un chiffre qui n’est pas exhaustif puisque le responsable du RNDDH a souligné que le gang que dirige Gabriel est spécialisé dans la disparition des corps de ses victimes. Pour le directeur départemental de l’Ouest de la police nationale, il s’agit d’une guerre de territoire entre les gangs de Cité Soleil. Le commissaire divisionnaire Vladimir Paraison, joint au téléphone lundi par Le Nouvelliste, a fait savoir que les groupes armés tentent d’étendre leurs tentacules dans la commune. Il a souligné que même si la police a les moyens, elle ne peut pas intervenir n’importe comment pour ne pas faire trop de victimes collatérales. Même si le banditisme et l’insécurité qui prévalent dans le plus grand bidonville du pays ne datent pas d’hier, la PNH se veut précautionneuse dans ses interventions. Toutefois, le responsable de la police dans le département de l’Ouest a fait savoir que la PNH exécute des programmes dans cette commune pour faire baisser la tension comme des marathons, des matchs de football, entre autres. L’officier de police a dit constater que les gangs armés dans cette commune ont une force de frappe extraordinaire. Cependant, il a précisé que la PNH est en mesure de faire face à cette situation et la capacité des groupes armés ne dépasse pas celle de la police. Le commissaire Paraison a, toutefois, rappelé que la police avait déjà arrêté un bandit à Cité Soleil. Il avait été libéré quelques minutes plus tard par un parlementaire disant que le détenu était son agent de sécurité. Selon le directeur départemental, grâce à une présence policière dans la zone la situation ne dégénère pas totalement. Cependant, a-t-il soutenu, la police ne peut pas intervenir n’importe comment dans le fief des groupes armés. M. Paraison a estimé que les élections qui s’annoncent ne sont pas sans conséquence sur ce qui se passe dans la cité. Huit personnes tuées en une semaine Pour sa part, intervenant lundi matin sur Radio Caraïbes, Isaïe Bochard, un des agents intérimaires de l’exécutif à Cité Soleil, a confirmé qu’il y a deux groupes armés qui s’affrontent dans sa commune, notamment dans les quartiers de Boston et de Brooklyn. Selon lui, depuis le début des hostilités la semaine dernière, environ huit personnes sont déjà mortes et plus d’une dizaine d’autres ont été blessées. Il a dénoncé le fait que la Minustah, qui a tous les moyens nécessaires pour intervenir, n’apporte pas sa collaboration à la police. Contacté lundi après-midi par Le Nouvelliste sur la situation à Cité Soleil, le porte-parole de la Minustah a demandé au journal de lui faire parvenir d’abord les questions de l’interview pour le suivi avec le commissaire des Casques bleus qui s’occupe du dossier. Isaïe Bochard a indiqué que le commissaire de police de Cité Soleil, Joël Casséus, se trouve dans une situation extrêmement difficile. Selon l’agent intérimaire, il y a un problème d’effectif de la police dans la commune et la PNH n’a pas les moyens pour faire face au phénomène d’insécurité qui gangrène la cité. « Je lance un cri d’alarme au directeur général de la PNH; il doit prendre sa responsabilité, donner au commissaire les moyens nécessaires pour faire son travail », a-t-il lancé. Selon M. Bochard, le problème d’insécurité à Cité Soleil est un problème socio -politique très complexe. Il y a, a-t-il dit, des frustrés, anciens membres du pouvoir en place, ainsi que des membres de l’opposition et du secteur économique qui alimentent cette violence dans la cité, profitant de la misère de la population. Les gouvernements se suivent et se ressemblent tous pour Cité Soleil. Les conditions de vie des habitants de cette commune surpeuplée du département de l’Ouest se dégradent de jour en jour. Les problèmes et les besoins de ce vaste bidonville sont connus de tous. Outre les belles promesses de campagnes électorales, Cité Soleil est pratiquement livrée à elle-même, à la merci des gangs les mieux armés.
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".