Médiocres, prenez-en de la graine !

Publié le 2014-02-17 | Le Nouvelliste

L’affaire n’est pas nouvelle. Elle a même poussé sa dent de sagesse. Bien qu’elle soit récusée, dénoncée entre honnêtes gens, son existence n’en demeure pas moins plantée dans le décor. Si bien que ce qui aurait dû être une exception est devenu ni plus ni moins qu’une règle. Il est évidemment question ici du manque total de professionnalisme chez la plupart de nos animateurs de radio. Le 6 mars 2007, Joël Lorquet, journaliste, sortait une note intitulée «Radiodiffusion : Petit rappel en matière de mise en ondes ». Il y présentait plus ou moins le b-a ba de ce média, plus particulièrement dans l’animation et la mise en ondes. Le lecteur pouvait y lire : « Un bon animateur parle seulement au début, au milieu (partie solo) ou à la fin de la musique. Voilà pourquoi il doit bien connaître les chansons qu’il diffuse.» La note continuait pour stipuler qu’« un bon animateur ne chante jamais sur une musique. Si celui-ci veut exercer ses talents de chanteur, il aura certainement la possibilité de le faire sur scène ailleurs, mais pas sur les ondes en tant qu’animateur ». Quelle n’a pas été la surprise après une telle découverte ! Pas de doute qu’il s’agit clairement dans ce cas des règles les plus élémentaires que tout animateur, bon ou pas, devrait connaître. Cela va sans dire que la touche, les recherches personnelles, ajoutées à une parfaite maîtrise des mécanismes d’un corps de métier, forge l’originalité du professionnel. Mais il est inconcevable que ce dernier n’en connaisse ni ne maîtrise les rudiments. Comment comprendre en effet que ces fameux « animateurs » ne tiennent nul compte de ces principes de base de la radiodiffusion ? Dans pratiquement toutes les stations de radio du pays - celles des provinces influencées probablement par la presse port-au-princienne -, il y a un bon vivant qui se complaît dans le radotage en permanence. Il est rare que l’ont ait la chance d’écouter une musique dans son intégralité. Les paroles et la mélodie sont complètement perdues dans le babillage du coq en pattes. Ce culte de la médiocrité a pris une telle proportion que le pauvre auditeur a fini par croire qu’il lui faut endurer la voix rêche- nasillarde- ou même agréable du faux animateur-chanteur sans broncher. La bêtise ne s’arrête malheureusement pas là. Les metteurs en ondes sont également indexés : « Un bon metteur en ondes n’identifie pas la station à chaque musique […] ni plusieurs fois sur la même musique. » De plus : « un bon metteur en ondes ne diffuse pas un jingle (spot chanté) sur une musique ou au beau milieu d’une émission. Un jingle est fait pour être diffusé uniquement pour séparer deux émissions ; il utilise un bruitage, autrement dit, un fond sonore sans voix soit comme thème de l’émission pour parler dessus ou pour recevoir les interventions des auditeurs par téléphone. Les auditeurs ne sont jamais reçus en même temps que la chanson ou la voix du chanteur.» On ne croirait pas qu’un tel principe existe dans l’éthique de ce métier… Quelques semaines encore, et ce sera le 6 mars. Force est de constater qu’absolument rien n’a changé. Nos soi-disant animateurs sont tout aussi médiocres qu’ils l’étaient sept ans auparavant. Aucune amélioration n’est constatée, si ce n’est qu'aggravation du phénomène. Les rares exceptions se comptent sur les doigts de la main. Contacté à ce sujet, Joël Lorquet a réagi avec la même stupeur qui l’a poussé à publier ces informations en 2007. « La radiodiffusion n’a pas toujours été ce en quoi elle est transformée aujourd’hui, raconte le journaliste. D’ailleurs, n’était pas animateur de radio qui le souhaitait mais surtout qui en avait la voix. Maurice Duwiquet, Bob Lemoine, Herby Widmaïer sont d’ailleurs des noms restés en référence dans le domaine. A présent, la radio se fait comme nulle part au monde. Même pas chez nos voisins. La déchéance flagrante qui affecte le milieu m’amène souvent à me questionner sur le recrutement de ces animateurs. Comment les directeurs de radio ou de programmation procèdent-ils pour les désigner ? Est-ce que ces personnes ont seulement fréquenté une (bonne) école de journalisme ? » En outre, Joël Lorquet pense que l’incompétence de ces journalistes peut être imputée à un manque de structure adéquate dans le secteur de la radiodiffusion. Un département comme celui de la Communication à la Faculté des sciences humaines devrait être équipé d’une radio universitaire, d’un studio en vue de faciliter les stages des étudiants, toujours en nombre grandissant dans cette filière. Une requête qui, espère-t-il, ne tombera dans des oreilles de sourds.
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".