Le premier ministre Ariel Henry est en voyage pour un touche-tounen.

Editorial - Il est parti alors que plusieurs villes étaient en ébullition ce 7 septembre. Dans la Gand'Anse et le Sud-Est on a compté des blessés par balle. Jérémie a connu des scènes de pillage. La police a passé la journée à contenir les Haïtiens qui réclament, entre autres, le départ du PM Henry.  Selon son service de presse, « Accompagné de quelques membres de son cabinet particulier, le Premier ministre, Dr Ariel Henry, a quitté le pays, ce mercredi 7 septembre, à destination de la Floride où il doit rencontrer un groupe d'entrepreneurs intéressés à investir dans le pays. Il sera de...

Haïti : Ni révolution ni réforme, direction le chaos

Editorial - Ce 7 septembre 2022 est attendu avec appréhension par certains secteurs, avec excitation par d’autres. Annoncée depuis des jours, ce 7 septembre est la date choisie par l’homme politique Jean Charles Moïse pour mettre au défi le gouvernement et le système bancaire haïtien. Après la réussite de plusieurs manifestations organisées au Cap-Haïtien, le leader de Pitit Dessalines a mis le cap sur la capitale. Il demande, il suggère, il exige, il menace. La vie chère et le taux de change sont ses cibles. Si le gouvernement d’Ariel Henry fait la sourde oreille, si la Banque de la République d’Haïti (BRH)...

Une affaire de monnaie

Editorial - La capitale et ses banlieues ont connu en juillet 2022 une hausse des prix évaluée à 31 % comparée à l’année dernière. La région métropolitaine est la zone où l’inflation est la plus élevée dans un pays où la moyenne s’établit à 30,50 %. L’inflation bat des records. La vie chère a hissé son pavillon. Dans la hausse des prix, plusieurs facteurs rentrent en compte. Des facteurs internes et d’autres externes. Ces derniers temps, tout se ligue contre les consommateurs haïtiens. Petite cause, grande conséquence, la désaffection du public pour les pièces métalliques s’est coalisée avec la faiblesse de la...

Nous perdons du temps, de l'énergie et des ressources

Editorial - Haïti est un pays à l'arrêt. On pourrait se demander ce qui fonctionne. Depuis tantôt deux semaines, plusieurs villes du pays sont en ébullition. Des manifestants parfois en colère exigent des mesures contre l'insécurité, la disponibilité des produits pétroliers dans les stations d'essence et la baisse du prix des produits de première nécessité sur le marché. Si le gouvernement, à travers la banque centrale, a décidé d'injecter des millions de dollars sur le marché des changes, cette mesure a peu d'effet jusqu'ici. Faut-il patienter ?  Deux semaines après le début des manifestations, aucun appel au calme n'a été lancé par le Premier ministre Ariel Henry...

A nos élites défaillantes

Editorial - Les Américains sont venus en 1915, et sans donner un dollar en cadeau à Haïti pendant toute la période de l’occupation, jusqu’en 1934, ils ont construit des routes, des hôpitaux, une armée, une administration et des institutions. Tout ce que les bourgeoisies noire et mulâtre, les civils et les militaires haïtiens n’avaient pas pu ériger, ils l’ont fait avec les recettes internes des douanes haïtiennes. Ils ont réussi le passage à la gestion d’un État en évinçant simplement les mauvais gestionnaires locaux et en les remplaçant par des Américains. Celui qui explique cet exploit Yankee s’appelle Roger Gaillard. Personne ne...