Festival de Gelée aux Cayes, un devoir d'orientation

Publié le 2011-08-10 | lenouvelliste.com

Depuis plus de vingt ans, la ville des Cayes, chef-lieu du département du Sud accueille conjointement avec sa patronale, le 15 août, la Notre-Dame, le festival de Gelée. Evénement ludique par excellence, le festival de Gelée se réalise sur une plage de près de 2 000 mètres où se jette la rivière éponyme, attire plus de vingt mille visiteurs venus de différents endroits du pays et de l'étranger en quête de loisir. Des centaines de marchand(e)s se bousculent au portillon pour y trouver un espace où placer des tentes faites parfois d'objets de rebut. Tout au long du festival, les fêtards plongent à répétition dans une mer pas toujours trop catholique pour ensuite faire trempette dans une rivière dont les rives sont utilisées à souhait comme décharge municipale. De grandes entreprises de la capitale haïtienne cherchent à se donner une visibilité à travers l'affichage de leur logo. Des médias montent leur stand pour des directs. Certains cherchent un recrutement clientéliste auprès de la mairie ou du comité organisateur pour se mettre au poste de payage à l'entrée de la plage. Des prostituées décaties aguichent les passants puis entraînent gaiement de jeunes débauchés sous des tentes décousues et les vieilles maisons abandonnées. Les taxis-motocyclistes ne chôment pas, le nombre croissant d'aventuriers à transporter prolifère. Entre-temps, des embouteillages monstres provoquent l'inertie sporadique dans les allers et retours sur les routes conduisant à la plage. Cependant, malgré l'ampleur de cet événement, les autorités locales sous les auspices desquelles se déroulent ces activités, ne sont jamais soucieuses de cette question fondamentale : Comment un événement qui mobilise autant de gens ne peut pas être bénéfique à la commune des Cayes encore moins à la zone où il s'organise ? Représentation de Gelée pour la mairie des Cayes Gelée, cet espace balnéaire, n'est jamais, et jusqu'à présent, malgré les salives qu'elle fait couler dans les médias locaux, dans des débats à la fois simplistes et intelligents, un sujet de préoccupation stratégique sur le plan social et économique pour les autorités qui se sont succédé depuis des années à la marie des Cayes et pour la société civile dans sa globalité. Jamais la municipalité des Cayes ne s'entend pour une définition intelligente de la plage de Gelée sinon un espace où chaque 15 août des milliers de gens viennent, des dizaines de groupes musicaux défilent, des marchands et marchandes préparent la rentrée des classes de leurs enfants grâce au bénéfices accumulés dans les ventes sur la plage. Et cela s'arrête là. Parce qu'il y a eu beaucoup de gens, parce que la sonorisation a été parfaite, parce que T-Vice et Carami ont bien joué et que Sweet Micky a clôturé le festival, Gelée c'est une réussite. Jamais une étude n'est envisagée pour étudier la provenance géographique de ces milliers de visiteurs, leur pouvoir d'achat, leur catégorie sociale, leurs attentes pour des ajustements à leurs desiderata. La musique avec high power, cela uniquement satisfait- il les touristes en quête d'originalité et de découverte ? Une meilleure organisation administrative et technique de la cuisine ne faciliterait-elle pas une consommation à outrance et un profit maximum des vendeurs et vendeuses ? Bref, l'institutionnalisation de la plage de Gelée ne permettrait-elle pas une meilleure organisation de l'espace balnéaire dans sa vocation d'offre de loisir aux consommateurs réguliers y compris ceux de l'avalanche du 15 août ? Le modèle du Football La naissance du Football remonte à l'Angleterre au crépuscule du XIXe siècle. Après maintes tractations il a fallu attendre le 21 mai 1904, au 229, rue Saint-Honoré, à Paris dans les locaux de l'Union française de sports athlétiques, pour créer la Fédération Internationale de Football Association (FIFA). Le français Jules Rimet devient son 3e président le 1er mars 1921 et mettra toute son énergie, malgré les difficultés, pour lancer la première Coupe du Monde, le 18 juillet 1930, au Stade Centenary de Montevideo en Uruguay. De Jules Rimet à Joseph Blatter en passant par le Belge Rodolphe William Seeldrayers, l'Anglais Stanley Rous, le Suisse Ernst B. Thomm, le Brésilien João Havelange, la FIFA n'a cessé de progresser et de perfectionner ses outils d'abord sur le plan administratif pour organiser mieux le jeu, la véritable offre de loisir, pour atteindre ensuite ses fins économiques dans la logique du capitalisme moderne né de la révolution industrielle caractérisé par une organisation rationnelle au regard d'un recul wébérien. A l'origine, le Football comme le cinéma n'était qu'un passe-temps, un hobby. Lorsque, en Angleterre, le Football- association s'était séparé en 1863 du rugby ce n'était qu'un jeu et un sport pour se divertir. Après plus d'un siècle de son histoire, il fait partie du patrimoine de l'industrie des loisirs générant des milliards de dollars. Tout tourne autour d'une organisation structurée prenant le jeu comme contexte pour multiplier les profits. La réalité apparente est simple, mais l'organisation est complexe. Vingt deux personnes en présence de juges courent après un objet roulant appelé ballon, le frappent du pied (et parfois d'autres parties du corps) pour l'envoyer à la cage adverse. Voilà la forme apparente que prend le montage du jeu sur le terrain. Mais derrière cette logique ludique se cache une véritable administration bureaucratisée qu'est la FIFA traitant avec les grandes entreprises multinationales. Tout est sous contrôle et rien ne passe inaperçu : les panneaux d'affichage aux abords du terrain, les droits de retransmission, ... et ceux qui réfléchissent sur ses sujets souventes fois n'ont jamais touché un ballon dans leur vie. Donc, le Football sur le terrain est un paravent ourdi pour la réalisation des visées socio-économiques au moyen d'un grand establishment. Du Football à Gelée La plage de Gelée fait partie intégrante du domaine de la commune des Cayes mais inexploitée jusqu'à ce que Monsieur Thierry Larosilière de la société civile ait lancé en 1989 le festival de Gelée devant coïncider avec la patronale de cette ville. A l'origine, le festival n'était qu'une fête récréative sans véritable orientation rationnelle comme le Football l'a été à son début. Au fil des années, voyant le nombre croissant de visiteurs, la mairie des Cayes a manifesté un profond intérêt de faire rentrer dans ses sphères d'action l'organisation du festival de Gelée. Cependant, l'intervention de cette entité étatique ne s'intéresse guère à une gestion compétente de la plage d'abord incluant ensuite le festival. Si Monsieur Larosilière a tracé les sillons du festival comme Jules Rimet pour la Coupe du monde, la mairie des Cayes, dans la postérité, n'aura jamais, jusqu'à aujourd'hui, des Seeldrayers, Rous, Thomm, Havelange, Blater pour faire passer le festival, par la compétence, d'une simple fête populaire à une activité économique qui rentrerait dans le patrimoine de l'industrie touristique de la commune des Cayes qui apporterait des milliers de dollars à la commune évitant des dons humiliants à la municipalité comme des logistiques de bureau par ces ONG qui détruisent notre fierté de peuple, notre orgueil national. Le modèle du Football est une inspiration géniale. Des milliers de fous et folles se bousculent dans les stades achetant des billets à prix fort, d'autres affolés s'accrochent à leur petit écran câblé pour contempler vingt deux personnes qui courent après ce petit objet appelé ballon : c'est la construction sociale du monde. De même, des aventuriers se mettent à la file indienne pour pénétrer sur la plage de Gelée en quête de loisir, argent en main, jouissant la sensation d'une entrée routière non poussiéreuse, des jeunes filles et des jeunes garçons accueillants au bord de la ligne leur souhaitent la bienvenue pendant qu'ils leur distribuent la carte de la plage. A l'intérieur, la gastronomie n'est plus l'affaire des pieds sales, mais de serveurs et serveuses au visage d'ange. Une commande de plats ne dure plus trois heures pour être prête et livrée et est servie plutôt immédiatement sur demande. Des parkings payant pour sécuriser et laver les voitures aussi bien des parcs divertissants pour les enfants pendant que leurs parents se recréent. Des véhicules sur mer de location pour diversifier l'offre dans sa logique de violence symbolique utilisant la matière grise des techniques de marketing... Tout ceci constitue l'arsenal ludique de Gelée, mais derrière se cache le planning de la mairie via sa section culturelle dans son volet tourisme. Mais pour y arriver, la démarche première, c'est l'éducation, la formation. La mairie des Cayes doit financer le perfectionnement académique des jeunes de la communauté à travers des bourses en gestion municipale, en tourisme et développement...Ces compétences, une fois disponibles, devront réfléchir et proposer des politiques touristiques à la municipalité incluant Gelée et les autres pôles d'attraction. La nouvelle orientation de Gelée La plage ainsi que le festival de Gelée sont appelés à être définis. La mairie des Cayes a l'obligation de passer en revue un ensemble de questions. Qu'est ce qu'elle entend par espace balnéaire et à quoi sert-il ? Quelle conception a- t- elle du festival de Gelée? Un espace d'exposition de la misère ou d'offre de loisir pour des échanges entre des consommateurs venus de partout ? La municipalité de la troisième ville du pays doit savoir que les sites balnéaires servent à attirer les touristes. Pour ce faire, un ensemble de conditions au préalable doit être rempli. Le site doit être d'une extrême beauté naturelle et/ou artificielle. Il doit déclencher à première vue l'étonnement. Si la mairie des Cayes conçoit le festival comme une vitrine de la misère, elle peut encore continuer à désigner un comité quelques semaines avant le 15 août, à mettre un annonceur de musiques d'une radio de la capitale responsable du comité parce qu'il connaît le couloir des groupes musicaux - mais si sa vision de Gelée est un espace d'offre de loisirs, elle est obligée de reconnaître le rôle fondamental des compétences universitaires dans la redéfinition et la réorientation du site dans la production touristique. Pour ce, ces professionnels devront être au premier plan dans l'élaboration et la mise en application de la nouvelle politique sur la plage. Ils devront s'attacher à étudier les différents paramètres pouvant garantir une meilleure compréhension pour une meilleure gestion de l'espace. Gelée deviendra, par le fait même, une machination fomentée par une structure invisible en vue de tirer profit pour le bien-être de la communauté cayenne.
Wenchel Jean Baptiste Directeur général de Radio Télé Caramel et PromoGestion, Cayes Août 2011
Auteur


Réagir à cet article